jeudi 1 décembre 2011

Chien du Heaume - Justine Niogret



Chien du Heaume est d’abord un rendez-vous manqué pour moi. Je ne l’ai pas acheté au salon du livre l’année de sa sortie (je lui ai préféré un Barbara Hambly) et je ne l’ai pas lu quand je l’ai emprunté à la bibliothèque la première fois (et pourtant ce n’est pas faute de l’avoir prolongé).

Mais comme on dit, la troisième fois est la bonne (grâce au Cercle d’Atuan cette fois-ci), et je regretterai presque d’avoir attendu aussi longtemps pour découvrir ce texte éminemment sympathique qui conte l’histoire de Chien du Heaume, une femme mercenaire qui armée de sa hache (qu’elle maitrise à la perfection), mène une quête très personnelle : elle recherche son nom.

Mon résumé est succinct, mais je me suis personnellement lancée dans ce livre sans en savoir beaucoup plus que ce que la couverture donnait à voir (il parle d’une femme avec une hache), et découvrir petit à petit l’histoire a été un réel plaisir.

Il y a un petit quelque chose qui évoque les Conan et confrères dans ce roman : la violence du prologue sans nul doute, le personnage de Chien qui vit par les armes et manie la hache avec un talent peu commun, et l’univers du livre très guerrier. Mais Chien du Heaume est loin d’avoir la simplicité d’un roman de sword & sorcery (d’ailleurs il y a assez peu de sorcery pour le coup).

L’intrigue assez simple (et presque tranquille) permet à Chien et à ses compagnons de raconter leurs histoires de batailles, leurs pensées, la façon dont ils voient le monde. J’ai très peu d’affinités avec la violence, et j’ai donc un peu de mal avec les personnages de mercenaires qui mettent leurs armes au service d’une cause et tuent pour vivre, et pourtant, j’ai très vite accroché au personnage de Chien (qui m’a rappelé la Cendres de Mary Gentle).

Sa façon de voir la guerre, son métier, est assez particulière, et on se rend vite compte qu’elle n’est pas juste une barbare avec une hache. Elle a une certaine conception du monde, de sa place, et finalement, c’est un personnage plutôt perspicace, voir même très sage dans certaines de ses interventions.

Ses compagnons d’arme sont très intéressants aussi, que ce soit Bruec ou Regehir, dont les histoires de leurs longues vies sont passionnantes à découvrir. Ceci dit, le roman n’est pas que parlotte, et on trouve également quelques bonnes scènes d’action souvent bien sanguinolentes, extrêmement réalistes dans cet univers médiéval crasseux et sanguinolent.

Le tout est écrit avec une très belle plume qui m’évoque le style de Jaworski (en un peu moins virtuose, sans que ce soit un défaut hein). Le roman joue clairement du style médiéval dans son vocabulaire comme dans les tournures de ses dialogues, sans pour autant tomber dans la totale imitation, ce qui lui donne un côté archaïque agréable sans être lourd à la lecture.

Pour moi qui peine à m’intéresser à la fantasy ces temps-ci, lire Chien du Heaume a été un vrai plaisir. On y trouve pas mal de codes du genre (on a quand même des châteaux, des épées, de la baston, et même un soupçon de magie sous la forme de druides), sans pour autant tomber dans le cliché. Pour preuve la quête de Chien, qui ne concerne absolument pas le destin du monde ou un objet magique, mais uniquement son identité.

C’est un livre très bien écrit, qui se dévore avec délice (je regrette d’ailleurs d’avoir fait traîné ma lecture, j’y ai un peu perdu en compréhension), et dont l’histoire est complète. Il existe une suite, Mordre le Bouclier (que je lirais sûrement), mais on peut très bien s’arrêter là, ce qui est quand même merveilleux dans le monde des trilogies en quinze tomes.

Bref, même si je peine à trouver les mots pour l’exprimer, Chien du Heaume est un roman qui m’est allé droit au cœur, et je surveillerais désormais avec attention les prochains écrits de Justine Niogret (le temps que Mordre le Bouclier arrive à la bibliothèque).

Avis des autres atuaniens : Elysio, Endea, Julien, Kactusss, Lelf, Lhisbei, Olya, Rose, Roxane, Spocky, Tigger Lilly

6 commentaires:

  1. Je me souviens que j'avais eu quelques peines à me plonger dedans mais une fois prise, n'en être plus ressortie, les personnages sont profondément humains et c'est magnifiquement écrit.
    J'ai un tout petit moins apprécié la suite mais pour autant cela vaut le détour aussi, bonne lecture ^^

    RépondreSupprimer
  2. Ouais j'ai vu des avis un peu plus mitigés sur le 2e volume, mais je vais surveiller son arrivée à la bibliothèque de très près quand même ^^

    RépondreSupprimer
  3. Chien du Heaume se suffit très bien à lui même alors que j'ai eu une sensation de pas assez au terme de Mordre le bouclier.

    RépondreSupprimer
  4. Je verrais ça à la lecture alors ^^

    RépondreSupprimer
  5. Je partage ton enthousiasme pour ce roman. "Droit au coeur", c'est exactement ça.
    Merci pour le lien, au fait.

    RépondreSupprimer
  6. Mais de rien, à vrai dire c'est pas moi, c'est Citriq qui a fait tout le boulot :D

    RépondreSupprimer