mardi 13 décembre 2011

Fables 14 : La Guerre des Nerfs - Bill Willingham


C’est bizarre, je ne m’attendais pas franchement à voir encore un tome de Fables chez Panini, vu que Vertigo passe chez Dargaud l’an prochain. En même temps, ce n’est pas plus mal que ce volume soit sorti avant, parce que sans être réellement la fin de l’histoire, il offre une conclusion partielle, c'est donc l'idéal pour passer la main.

Mine de rien, ça faisait treize tomes qu’on nous baladait autour de la lutte entre Fableville et l’Empire, il était grand temps de passer franchement à l’action. On a donc le droit à une petite introduction (Terre Promise, très frais, qui m’a rappelé les premiers tomes de la série), une délicieuse aventure de Cendrillon en guise de mise en bouche (Magouilles, bien sympathique), on rentre dans le vif du sujet avec la Guerre des nerfs à proprement parler.

En trois chapitres, voilà donc venu le grand conflit Fableville vs l’Empire. Il y a quelques beaux moments de bravoure, quelques bonnes idées dans la stratégie des Fables, mais j’avoue que tout ça m’a laissé assez indifférente au final, et que je l’ai lu plus pour avoir le fin mot de l’histoire qu’autre chose.

C’est un peu la faute à un côté « trop » : la stratégie de Fableville trop bien rôdée, qui fonctionne trop bien (ce qui fait que même que quand l’ennemi contre-attaque, on se doute bien que ça ne marchera pas) et qui repose trop sur la supériorité de leur armement (celui qui gagne étant clairement celui qui sort les plus grosses armes, bonjour la morale !).

J’ai un peu l’impression qu’on a plié fissa ce pan de l’histoire pour pouvoir passer à autre chose, alors qu’il y aurait eu matière à développement (l’amitié entre le prince Charmant et Sinbad, Blanche-Neige qui quitte un peu son rôle de mère de famille). Je regrette un peu l’esprit des premiers albums de Fables, qui me semblaient plus centrés sur les personnages.

Ceci dit, la fin offre une ouverture intéressante et prometteuse, à défaut de mieux. Reste à savoir si je continue l'aventure ou pas...

CITRIQ

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire