dimanche 19 octobre 2014

Les rivières de Londres (Le dernier apprenti sorcier 1) – Ben Aaronovitch


Vendu comme un mélange entre X-Files et Doctor Who, Les rivières de Londres est le premier tome d’une série nommée Le dernier apprenti sorcier (4 tomes en français, 6 prévus en anglais pour le moment). Il raconte les aventures un policier, Peter Grant, considéré par son entourage comme assez étourdi, qui est promis à un poste bureaucratique et purement administratif.

Sauf qu’un soir, alors qu’il monte la garde sur une scène de crime, il se retrouve à faire la conversation à un fantôme. Et ce qui n’est que le début d’une longue liste de rencontres surnaturelles va lui permettre d’être recruté dans la plus ésotérique des brigades de police de Londres, où les interventions impliquent des vampires, de la magie et même des rivières !

On se retrouve donc dans un roman policier mâtiné de fantasy urbaine. C’est le genre de mélange qui fonctionne toujours à merveille, d’autant plus quand cela se déroule dans un Londres décrit avec un tel talent qu’on s’y transporte pratiquement instantanément, avec une part de fantastique bien ancrée dans la réalité qui évoque un peu Neverwhere par certains aspects.

(en fait ce roman m’a fait penser aux œuvres de Neil Gaiman à plusieurs moments, mais je crois que c’est juste que c’est un roman terriblement britannique !)

Le ton est plutôt léger et plein d’humour, et on suit avec plaisir les pérégrinations d’un héros qui n’est ni un inspecteur talentueux ni un détective privé. D’ailleurs c’est un parti pris assez original (ça me fait un peu penser aux débuts de Torchwood), qui donne lieu à des descriptions de la police londonienne tellement vraie qu’on jurerait que l’auteur y a travaillé !

Peter Grant, le héros est une nouvelle recrue de la police sortie de l’école ou presque qui se retrouve un peu malgré lui sur le devant de la scène alors qu’il semblait plutôt destiné aux seconds rôles (en général quand il se retrouve dans une situation avec une collègue, c’est la collègue qui maîtrise tout le monde pendant qu’il se retrouve assommé !).

Il se révèle être un personnage très sympathique, sans doute parce qu’il n’a pas de qualité extraordinaire. C’est juste le bon flic de base qui essaye de bien faire son boulot, qui rêve de coucher avec sa collègue et qui veut avoir le câble à la maison pour avoir un meilleur débit. Ah si il a un talent, parler de personnes ou de quartiers sur un ton plutôt piquant, qui réussit à parler de stéréotypes dans tomber dans les lieux communs !

L’aventure est donc plaisante à lire, pleine de mystères étranges et de surprises. Sans aller jusqu’à me jeter sur la suite, je sais que c’est une série que je continuerais à suivre de temps en temps, quand j’ai besoin d’un roman pas trop compliqué bien écrit et agréable à lire.

CITRIQ

8 commentaires:

BlackWolf a dit…

J'aime beaucoup ce cycle de Fantasy Urbaine, j'attends d'ailleurs la suite avec impatience.

Vert a dit…

@BlackWolf
C'est toujours aussi bon de tome en tome ?

BlackWolf a dit…

Alors le tome 2 est peut-être un chouïa moins rythmé mais le côté Jazzy m'a bien accroché et j'ai trouvé les tomes 3 et 4 réussis avec le développement d'un fil rouge efficace.

Lorhkan a dit…

Il faudrait que je m'intéresse à cette série, les critiques sont globalement très positives et en plus les trois premiers tomes sont dispos en poche.

Vert a dit…

@Lorhkan
Je me demande si le 4e ne sort pas en poche bientôt en plus...

Yume a dit…

Ca donne envie ! Je note ! ^_^

Valeriane P. a dit…

Je l'ai acheté l'année dernière lors de mon voyage à Londres (en VO donc). Chaudement conseillé par un libraire.
Ta chronique me donne vraiment envie de le sortir de ma PAL.
(Autant profiter du fait que je me sois remise sur les rails avec ma lecture de The graveyard book de ton Neil Gaiman chéri :-))

Vert a dit…

@Yume
Note donc, note donc ^^

@Valeriane
Ca me parait pas mal après un petit Neil Gaiman en effet ^^