mardi 7 octobre 2014

Doctor Who 8x07 - Kill the Moon


Ce qui est marrant avec l'exercice des comptes rendus hebdomadaires de Doctor Who, c'est que même sans partir dans de folles théories, on se retrouve souvent le samedi suivant à constater qu'on était complètement à côté de la plaque quant à la direction qu'allait prendre l'intrigue. Moi qui voyait Courtney comme un élément mineur, voilà qu'on la retrouve, et ne parlons même pas de la relation entre Clara et Danny que j’imaginais voir retomber dans l’ombre... attention, spoilers !

« Hello, Earth. We have a terrible decision to make. It is an uncertain decision and we don't have a lot of time. The man who... normally helps, he's gone. Maybe he's not coming back. In fact, I... I really don't think he is. We're on our own. So... An innocent life versus the future of all mankind. We have 45 minutes to decide. »
Le grand classique de l'épisode qui démarre au point critique de l'épisode pour revenir en arrière, et déjà avec une telle introduction, on ne peut qu'être intrigué. Pourquoi le Doctor n'est pas là (en plus c'est tourné de telle façon qu'on sait qu'il est parti de son propre gré) ? Tiens, ça ne serait pas Courtney la fille dans le fond ? Et c'est qui ce scénariste tout nouveau dans la série (en plus il ne cosigne même pas l'épisode avec Moffat, c'est rare depuis le début de la saison 8)?

- You really think it ? I'm nothing? Not special ?
- How'd you like to be the first woman on the moon ?
Et revoilà Courtney Woods. Elle qui semblait être la touche d'humour supplémentaire de l'épisode précédent, la voilà propulsée sur le devant de la scène parce que sa rencontre avec le Doctor l'a quelque peu tourneboulé. Je ne m'y attendais pas, et je dois reconnaître que son personnage est drôlement bien développée : elle est aussi exaspérante que touchante que géniale que désespérante, bref, c'est une vraie ado !

Le problème c'est que ce Doctor-ci a visiblement un peu de mal avec la notion d'excuses, du coup pour se faire pardonner il préfère lui offrir un petit voyage sur la Lune, qui forcément va se révéler tout sauf un voyage d'agrément.

« Why have you got all these nuclear bombs ? No, no, no. Easier question, what's wrong with my yo-yo ? »
Voilà donc que le Doctor et ses deux compagnonnes se retrouvent face à une équipe d'astronautes déterminée à faire sauter la Lune. Tout va bien !

Je m'arrête quand même un instant sur un détail : le commandant de l'expédition, dont le nom est à peine évoqué pendant l'épisode (Lundvink), est une femme (dont la trempe rappelle le personnage d'Adelaide Brooke). Ca fait partie des aspects que j'adore dans cette série : aller systématiquement à l'encontre des stéréotypes. Bon certes le Doctor reste résolument masculin et blanc pour le moment, mais en attendant on a des femmes qui commandent des missions spatiales, et même qui dirigent les États-Unis ! Youhouh !


Une autre petite parenthèse en passant. Il y a une chose qui me surprend toujours en science-fiction : au milieu de toutes les galaxies et planètes lointaines qu'on peut visiter, c'est toujours les destinations les plus proches (Mars, la Lune), peut-être parce qu'elles semblent à un jet de pierre de nous, qui font le plus rêver.


Des toiles d'araignée, des bestioles qui ressemblent furieusement à des araignées, un épisode à déconseiller aux arachnophobes ! A les voir aller de découverte en découverte, on se doute très vite de ce qui arrive à la Lune mais je prends sur les héros là.


En attendant on nage en pleine séance de film de SF horrifique : bestioles qui se jettent sur les astronautes et les déciment petit à petit, pannes de courant... heureusement que Courtney est là pour sauver la situation avec son produit nettoyant ! (voilà qui rappelle l'épisode The Moonbase, décidément mieux veut toujours emporter son nettoyant ménager quand on part sur la Lune...)

Bref la première partie de l'épisode est plutôt classique : mystère, aventure, angoisse... néanmoins il y a un passage très intéressant pour le personnage du Doctor.

« Clara, there are some moments in time that I simply can't see. Little eye-blinks. They don't look the same as other things. They're not clear, they're fuzzy, they're grey. Little moments in which big things are decided. And this is one of them. Just now, I can't tell what happens to the moon, because whatever happens to the moon hasn't been decided yet. And it's going to be decided here and now. »
Bon évidemment cette déclaration contredit probablement ce qui a été dit dans un autre épisode à propos de la façon dont le Doctor perçoit le temps, mais j'apprécie qu'on introduise une sorte de contraire au point fixe dans le temps et l'espace. Là ce n'est pas le fait que l'évènement soit inévitable qui est inquiétant, au contraire c'est le fait qu'il ne soit pas fixé.

Après on peut se demander si justement le Doctor n'arrive pas à le percevoir parce que c'est son propre futur, justement. Mais à trop s'interroger sur la question, on risque d'attraper la migraine. D'autant plus que la deuxième partie de l'histoire est déjà fort susceptible de donner la migraine vu les interrogations qu'elle soulève.

« THAT doesn't live under the moon. That IS the moon. [...]The moon isn't breaking apart. The moon is hatching ! »
Pas de grande surprise dans cette révélation, les séismes, les bactéries géantes, la prise de poids de la Lune, tout pointait dans cette direction. Après je dois avoir lu deux ou trois histoires où la Lune était un œuf, forcément l'idée était déjà dans mon cerveau. En tout cas cela ouvre un sacré dilemme moral.

- I think that it's unique. I think that's the only one of its kind in the universe. I think that that is... utterly beautiful.
- How do we kill it ?
Choisir entre condamner une planète ou préserver une créature unique au monde, bien évidemment tout cela est très classique me direz-vous, mais c'est le genre de thématique qui est trop fondamentale pour qu'on puisse s'en lasser. Et ça l'est encore plus avec la tournure que prend ensuite l'épisode.

« Listen, there are moments in every civilisation's history in which the whole path of that civilisation is decided. The whole future path. Whatever future humanity might have depends upon the choice that is made right here and right now. Now, you've got the tools to kill it. You made them. You brought them up here all on your own, with your own ingenuity - you don't need a Time Lord. Kill it. Or let it live. I can't make this decision for you ! »
Pour le coup on a de la nouveauté. De tous les épisodes que j'ai pu voir, je ne me rappelle pas qu'on nous ait déjà servi le coup du Doctor qui se lave les mains et refile la patate chaude à ses compagnons. D'habitude c'est toujours son choix, son dilemme moral et sa culpabilité à gérer après. Et bah non, pas cette fois-ci. Bonjour côté obscur du Doctor, ça faisait longtemps qu'on ne t'avait pas vu !
« Some decisions are too important not to make on your own. »

Et voilà donc nos trois femmes (les mots me manquent, à ce niveau-là c'est même plus du féminisme !) coincées sur la Lune, avec l'obligation de faire un choix. Lundvink bien évidemment est déterminée à faire son devoir (tuer la créature et sauver la Terre), Courtney, avec ses yeux d'adolescente, penche dans la direction opposée (c'est un bébé). Clara... Clara se rangerait plutôt avec Courtney parce que ça serait la décision du Doctor, mais clairement elle doute.
- I'm going to have to be a lot more certain than that if I'm going to kill a baby.
- Oh, you want to talk about babies ? You've probably got babies down there now. You want to have babies ?
- Well... Yeah.
- OK, you imagine you've got children down there on Earth now, right ? Grandchildren maybe. You want that thing to get out ? Kill them all ? You want today to be the day life on Earth stopped because you couldn't make an unfair decision ?
(d’ailleurs je trouve que cette discussion n’aurait pas le même poids si elle n’avait pas lieu entre femmes)

« We have to decide together. This is the last time we'll be able to speak to you, but you can send us a message. If you think we should kill the creature, turn your lights off. If you think we should
take the chance... let it live... leave your lights on. We'll be able to see. Good night, Earth. »
Du coup nos trois représentantes de l'humanité s'en remettent à la Terre entière pour prendre cette décision à leur place... et la réponse est claire (enfin carrément obscure techniquement parlant).

« Oh, Doctor, where have you gone ? »
En même temps ça n'est pas très surprenant, je doute qu'il y ait beaucoup d'humains qui soient prêts à risquer leur vie pour une créature inconnue (à part peut-être les fans de Doctor Who qui ont une longue expérience de ce genre de chose, bien sûr !).

En tout cas on peut dire que l'histoire ne ménage pas Clara dans cet épisode, et ce n'est pas fini.


Intervention de dernière minute, puis la cavalerie arrive...

- One, two, three - into the TARDIS.
- What's happening ?
- Let's go and have a look, shall we ?
« In the mid-21st century... humankind starts creeping off into the stars. Spreads its way through the galaxy... to the very edges of the universe. And it... endures till the end of time. And it does all that because, one day, in the year 2049, when it had stopped thinking about going to the stars, something occurred that make it look up, not down. It looked out there into the blackness and it saw something beautiful, something wonderful... that for once it didn't want to destroy. And in that one moment, the whole course of history was changed. »
« Not bad for a girl from Coal Hill School. »
Au moins pour Courtney, l'histoire se termine bien.


On ne peut pas en dire autant pour Clara qui prend vraiment cher dans cet épisode. Ceci dit aussi étrange que cela puisse paraître, c'est plutôt une bonne chose. Cela veut dire que les scénaristes arrivent tout à fait à la faire évoluer en dehors de son histoire d'impossible girl.

« Oh, don't you ever tell me to mind my language, don't you ever tell me to take the stabilisers off my bike, and don't you dare lump me in with the rest of all the little humans that you think are so tiny and silly and predictable ! You walk our Earth, Doctor, you breathe our air, you make us your friends, and that is your moon too and you can damn well help us when we need it! »
Mais on peut comprendre qu'elle craque complètement, d'autant plus que les explications du Doctor sont assez foireuses. Pourquoi soudainement décide-t-il de se désengager du sort de l'humanité ? Pourquoi laisser reposer le poids de la décision sur elle ? Est-ce qu'il la testait ? En tout cas il ne s'attendait visiblement pas à ce résultat :
« You go away. OK ? You go a long way away. »
Et donc Miss Oswald claque la porte du TARDIS, voilà qui n'arrive pas souvent dans la série !

- I'm done, I'm done. I am finished with it. I am... I'm done. It's over. I'm finished with him, and I told him that.
- What is that face for, why don't you believe me?
- Because you're still angry. You can never finish with anyone while they can still make you angry. Tell him when you're calm. And then tell me.
Moi qui pensais que la promesse de Clara à Danny reviendrait bien plus tard, finalement c'était juste pour préparer le terrain à la fin de l'épisode suivant ! En tout cas ça fait plaisir de voir Clara retrouver son Mr Pink, qui visiblement sait trouver les mots pour la calmer (et puis ils sont mignons tous les deux, on voit bien que s'ils n'étaient pas dans l'école ils se seraient déjà jetés l'un sur l'autre).


Bon je crois que j'ai explosé mon record de captures d'écran depuis le début de la saison (21 cette fois-ci !). Sinon encore une fois, un épisode très intéressant, qui joue sur les classiques mais en profite également pour développer le personnage de Clara (vraiment sublime dans cet épisode) et celui de ce nouveau Doctor qui cache de sacrées parts d'ombre.

Forcément, le trailer de fin d'épisode se garde bien de nous dire si Clara sera présente samedi prochain (ça c'est un vrai trailer, qui donne envie sans donner de réponse !), il nous faudra donc attendre pour en savoir plus.

4 commentaires:

  1. C'est moi où j'ai l'impression qu'il prépare le départ de Clara ?
    Dommage par contre qu'ils aient choisi 2069 à la place de 2049, ça aurait permis d'avoir pile un siècle depuis la toute première fois :-)

    Et puis à quoi ça sert de faire un "referendum" si c'est pour à la fin ne pas en suivre le résultat, si c'est juste pour se donner bonne consciene, quand le résultat va dans son sens ...

    RépondreSupprimer
  2. @Fánaríë
    Pour la date c'est peut-être histoire d'être cohérent avec Waters of Mars (me souvient plus si ça se déroule plutôt avant ou après...).
    Départ de Clara je sais pas, y'a toujours des rumeurs qui courent mais je mets un point d'honneur à ne pas les lire !

    RépondreSupprimer
  3. De mon côté j'ai beaucoup aimé la confrontation finale, mais le reste de l'épisode accumule les maladresses...entre les araignées spatiales, l'intrigue très proche de Waters of Mars et The Beast Below, le rythme inégal...c'est regardable, sans plus !

    RépondreSupprimer
  4. @Jaina
    Ah non, on va pas commencer à ne pas être d'accord ^^

    RépondreSupprimer