dimanche 5 octobre 2014

Question de méthode - Philip K. Dick


S'il y a un auteur qui a contribué à forger mon goût pour la science-fiction, c'est certainement Philip K. Dick. Surtout sur les formats courts. Aujourd'hui encore, je me rends compte que je juge souvent les nouvelles de SF par rapport aux nombreuses nouvelles de Dick que j'ai lu. Il était donc grand temps que je revienne aux sources.

Question de méthode est un recueil de onze nouvelles écrites en 1953 et 1964. Je n'ai pas trop saisi s'il y avait un réel fil rouge qui unissait les textes du recueil ou s'ils avaient été tirés au sort, mais en tout cas cela permet de lire onze textes plutôt variés, allant du sympathique au franchement délicieux.

On y parle (en vrac) de voyage dans le temps (voilà qui plaira à Lune grâce à qui j'ai obtenu ce livre en plus), de mutations de l'espèce humaine, de colonisation de planète, de manipulations et de maladies mentales, d'inventions surprenantes et de manière générale, on y parle du futur.

Évidemment, ce futur se révèle, gris, noir et pas forcément encourageant, mais on se régale parce que l'auteur semble ne jamais être à court d'idées, et n'a pas son pareil pour ajouter une bonne dose d'humour noir ou d'ironie à ses textes. Il est même assez fréquent de finir une nouvelle avec un sourire en coin, en dépit de sa thématique pas joyeuse, parce que la chute fait tout son charme. Oui des fois je blâme complètement Philip K. Dick pour m'avoir donné le goût des textes à chute.

En plus, si le contexte technologique ou historique peut sembler désuet (certains textes se déroulent dans un futur antérieur, comme les années 1960 ou 2000), les thématiques sonnent encore très juste aujourd'hui, preuve que la SF peut parfaitement se conserver à travers le temps !

Je ne vais pas revenir en détail sur tous les textes, mais je suis tout de même obligée de pointer mes favoris :
  • Être humain, c'est... un court texte où une femme a un mari affreux, et jure qu'elle va le quitter à son retour de mission. Sauf qu'il revient complètement changé.
  • Visite d'entretien, où un homme reçoit un soir la visite d'un réparateur pour un appareil qui n'existe pas encore. Prévisible, mais savoureux à lire.
  • Question de méthode qui nous projette dans une société où on traque tous les gens faisant preuve d'un talent spécial, la construction de l'intrigue est fort chouette et la chute... je n'en dirais pas plus !
  • A l'image de Yancy, un texte très actuel sur la possibilité de manipuler les foules par les médias.
  • Copies non conformes, probablement le texte qui garde la connotation la plus actuelle, en nous emmenant dans un monde post-apocalyptique où les hommes dépendant de créatures aliens capables de reproduire tous leurs objets pour survivre (avec les imprimantes 3D qui montent, ça fait réfléchir).
Les autres textes sont fort sympathiques, mais ne m'ont pas forcément autant marqué (mais Phobie or not phobie a son charme également, entre autres). Une chose est sûre : qu'on ait 15 ans ou bien plus, Philip K. Dick est un auteur toujours aussi plaisant à lire, on aurait bien tort de s'en priver !

CITRIQ

6 commentaires:

  1. Ce recueil m'attends bien gentiment dans ma PAL. Faut que je le pense à le faire sortir, vu ce que tu en dis il y a l'air d'avoir des textes bien sympathiques.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai les intégrales Lunes d'Encre, donc forcément je fais l'impasse sur les volumes FolioSF...
    C'est pour moi l'occasion de me dire qu'il serait bien que je me mette à lire le deuxième tome Lunes d'Encre...

    RépondreSupprimer
  3. Cool, que du bonheur :p j'ai plusieurs recueils de Dick à lire encore. Il faut dire que point de vue nouvelle SF il est excellent.

    RépondreSupprimer
  4. @BlackWolf
    C'est pas mal pour faire une pause entre deux romans ^^

    @Lorhkan
    Effectivement si tu as déjà des intégrales, pas la peine d'investir plus !

    @Lune
    C'est un peu le dieu de la nouvelle SF (avec Bradbury). Ah on savait écrire des nouvelles dans le temps :D

    RépondreSupprimer
  5. Moi c'est Roald Dahl qui m'a donné le goût des textes à chutes, comme quoi ça vient de partout :) Je note pour les nouvelles de Dick, en plus je trouve que caser de la SF (et donc un "monde" nouveau) dans le format d'une nouvelle, c'est un tour de force impressionnant à chaque fois.

    RépondreSupprimer
  6. @Nathalie
    C'est vrai que Roald Dahl se défend bien aussi dans le domaine ^^
    Et oui la nouvelle (SF ou pas) c'est pas un format facile à mon avis, on a bien moins droit à l'erreur quand on n'a que 20 ou 40 pages !

    RépondreSupprimer