mardi 21 octobre 2014

Doctor Who 8x09 - Flatline


On ne peut pas dire le contraire, cette saison prend très souvent la forme d'un retour aux sources. D'ailleurs cette semaine, on pourrait facilement imaginer la même histoire d'invasion alien à notre époque avec Rose et Nine (ou Ten), on serait tout à fait dans le ton. Je me répète question proverbe, mais c'est dans les vieux pots qu'on fait les meilleures soupes, et ça n'a rien de surprenant pour une série qui a fêté ses cinquante ans. Bref... spoilers !


Après la classique introduction de la malheureuse victime qui va mourir pour lancer l'intrigue, voilà Clara et le Doctor qui se retrouvent à Bristol (pas à Londres pour une fois !), avec un TARDIS légèrement dysfonctionnel qui a rétréci au lavage.
« Could you not just let me enjoy this moment of not knowing something ? »
Je me dois d'ailleurs de caser ici une petite référence à l'épisode The Time Meddler (saison 2, 1er Doctor) où on a également affaire à un TARDIS qui rétrécit (mais là c'est une bonne blague du Doctor, c'est complètement différent !).

« This is an honour. Does this mean I'm you now ? »
Et voilà le pitch de l'épisode résumé en une phrase. Comme le Doctor est coincé à l'intérieur de son TARDIS, Clara se retrouve à être ses yeux, ses mains, ses oreilles, sa voix... bref la voilà catapultée dans les chaussures du Doctor. Cela s'insère bien dans la thématique des derniers épisodes : après avoir dû faire un choix difficile à sa place sur la Lune, après avoir menti comme lui à bord de l'Orient Express, là elle reprend carrément la charge.

Du coup pour une fois c'est le Doctor lui-même qui passe à l'arrière-plan, et il est assez délicieux de voir Clara rentrer dans la peau du personnage, alors qu'elle enquête sur ce qui cause le rétrécissement du TARDIS et qui a provoqué la disparition mystérieuse de nombreuses personnes dans le secteur.

- I'm the Doctor. Doctor Oswald. But you can call me Clara.
- I'm Rigsy. So what are you a doctor of ?
- Well, I'm usually quite vague about that. I think I just picked the title because it makes me sound important.
Clara se trouve donc un compagnon d'un épisode en la personne de Rigsy, un « graffiti boy » condamné à des travaux d'intérêt public pour avoir tagué quelques murs. Plutôt malin comme garçon, ce qui lui vaut d'être assez vite présenté au Doctor, malgré son « fluorescent pudding brain ». D'ailleurs il gère ça plutôt bien. Bon remarquez les anglais de l'univers DW doivent avoir plus que l'habitude des phénomènes étranges, on les comprend qu'un alien dans une boite bleue miniature, ça les fasse plus vraiment réagir !

Les voilà donc qui visitent les appartements des disparus, sans trouver grand chose à part d'étranges décorations murales... les attaquants viendraient-ils des murs ? (ce qui me fait penser à un album de Neil Gaiman, Des loups dans les murs mais je m'égare)


Et voilà le mystère de l'épisode identifié, à défaut d'être résolu : ce sont des créatures d'un autre univers, à deux dimensions uniquement, qui kidnappent des cobayes pour étudier notre univers à trois dimensions. Et du coup maintenant que le Doctor les a plus ou moins identifié, ils décident de passer à l'attaque, ce qui donne lieu à une hilarante séquence d'évasion-balançoire tout en répondant à son petit copain.


On a alors la confirmation que Clara a bien menti à la fin de l'épisode précédent. Elle mentait au Doctor en disant que Danny était d'accord pour qu'elle continue ses voyages, j'en déduis donc qu'elle aussi menti à son copain sur le fait qu'elle continuait justement ses voyages (ce qui est confirmé à la fin de l'épisode quand elle ne répond pas à son deuxième appel). Ah bah bien, on est pas sorti de ses problèmes sentimentaux.

Tant qu'à continuer son apprentissage en tant que Doctor, elle continue à être poursuivie par les créatures en 2D, et elle a désormais une petite troupe d'innocents (sauf le chef qui est quand même un sacré bâtard) à maintenir en vie. D'ailleurs j'ai bien apprécié l'ironie du sort, à l'exception de Rigsy qui ne pouvait pas mourir, c'est le bâtard de l'équipe qui a la chance de survivre à la fin. On a déjà vu ça dans d'autres épisodes, j'aime bien quand la série nous rappelle que les meilleurs ne s'en sortent pas toujours.

« Clara, this is a vital stage. This little group is currently confused and disorientated, but pretty soon a leader is going to emerge. You need to make sure that leader is you. »
How to become The Doctor : niveau 2

« Fine, I'll tell you who I am. I am the one chance you've got of staying alive. That's who I am. »
Réplique qui coupe le sifflet façon Doctor : compétence acquise.
- I just hope I can keep them all alive.
- Ah, welcome to my world. So what's next, Doctor Clara?
- Lie to them.
- What ?
- Lie to them. Give them hope. Tell them they're all going to be fine. Isn't that what you would do?
- In a manner of speaking. It's true that people with hope tend to run faster. Whereas people who think they're doomed...
- Dawdle. End up dead.
- So that's what I sound like.
Comprendre les mécanismes d'action du Doctor : compétence acquise également.

J'aime vraiment l'idée de cet épisode. Il y a sûrement des légions d'épisodes où le Doctor se retrouve hors-service, ce qui oblige les compagnons à se débrouiller en attendant l'intervention de dernière minute en gardant l'espoir et la foi. Mais je ne crois pas en avoir aussi souvent rencontrer où le compagnon se met vraiment dans la peau du Doctor, avec juste un peu d'assistance audio (et encore).

Ca permet d'explorer le personnage du Doctor de façon alternative, et même si on n'apprend rien de vraiment nouveau sur le personnage, on identifie un peu mieux son mode d'action toujours assez semblable, bien qu'on n'y fasse jamais vraiment attention.

« We're in the bad news ! I'm living the bad news ! »
Après une tentative de communication peu concluante, la petite troupe perd un membre et s'enfuit dans les tunnels, poursuivi par des créatures qui tentent de conquérir petit à petit la troisième dimension. A cause de l'intervention de l'abruti du groupe (comme si on avait besoin d'une raison de plus de ne pas l'aimer), le TARDIS échappe à Clara qui se retrouve sans soutien. Et le Doctor lui se retrouve en bien piteuse situation.


Le voilà donc à se la jouer façon la Chose dans La famille Adams, à déplacer le TARDIS à une main ! C'est assez rigolo comme séquence (en dépit du danger), et ça me fait d'autant plus rire que dans les toutes premières saisons de Doctor, les séquences d'apparition/disparition du TARDIS sont souvent tournées avec des maquettes qui ne doivent guère être plus grandes, du coup c'est un peu comme si le studio recyclait son vieux matériel !

« And I really like that hair band. But I suppose I'll just take it, will I? And every time I look at it, I'll remember the hero who died to save it. Come on. You're not getting off that lightly, there's work that needs doing. »
J'aime aussi comment Clara empêche Rigsy de se sacrifier inutilement à bord du train (avec un élastique à cheveux !). Belle utilisation d'un objet inattendu (la prochaine fois elle utilisera son rouge à lèvres ?). En même temps, elle a bien raison, ils ne sont pas au bout de leurs peines et ne sont plus guère nombreux : il aurait été dommage de sacrifier Rigsy alors qu'ils n'ont plus le Doctor. Entre le gros bâtard et le conducteur de train qui débarque complètement, autant garder le seul personnage utile (et consentant) de la bande !


D'autant plus que le Doctor n'est plus disponible pour les conseiller, enfermé dans son TARDIS en situation d'urgence, incapable de communiquer avec l'extérieur.
« I don't even know if you're still alive out there. But you were good. And you made a mighty fine Doctor. »
Et on ne peut qu'être d'accord avec lui. Clara arrive à improviser un plan tout à fait brillant avec les moyens du bord. Sans perdre son sang froid, en arrivant à conserver la cohésion de son équipe, et en exploitant les ressources qu'elle a sous la main. D'ailleurs c'est plutôt marrant, alors qu'elle a tous les outils du Doctor en main, qu'elle s'en sorte avec du papier et de la peinture. Ça fait du bien ces petits moments de réussite où le tournevis sonique ne joue aucun rôle.

«  Rule number one of being the Doctor : use your enemy's power against them. »
Un jour on écrire un recueil des règles du Doctor, on va se rendre compte qu'il y a 30 règles n°1, une dizaine de règles 42, et il manquera probablement les règles 16, 22, 36 et 87 sans aucune raison apparente. Et on fera un épisode qui nous fera découvrir LA règle qui a été cachée, et qui définira le personnage pour les saisons à venir. Ou pas.

Bref Clara eu son moment de gloire, il est temps de donner le sien au Doctor. Avec un discours comme on n'en avait plus entendu ou presque depuis Eleven.

« I tried to talk. I want you to remember that. I tried to reach out, I tried to understand you, but I think that you understand us perfectly. And I think you just don't care. And I don't know whether you are here to invade, infiltrate or just replace us. I don't suppose it really matters now. You are monsters. That is the role you seem determined to play. So it seems I must play mine. The man that stops the monsters. I'm sending you back to your own dimension. Who knows ? Some of you may even survive the trip. And, if you do, remember this -you are not welcome here. This plane is protected. I am the Doctor. And I name you The Boneless. »
C'est très ronflant comme réplique, mais que serait Doctor Who sans ces moments où on aurait presque envie de se lever de derrière le canapé où on était planqué pour applaudir à deux mains le héros qui arrive pour tous nous sauver ?

Et donc, après avoir renvoyé ces créatures dans leur univers d'origine, et ramener les quelques survivants à la surface de la Terre (« Yes, a lot of people died and maybe the wrong people survived. »), il est temps de faire un petit débriefing final entre Clara et le Doctor.

- Come on, why can't you say it ? I was the Doctor and I was good.
- You were an exceptional Doctor, Clara...
- Thank you !
- ...goodness had nothing to do with it.
Là je suis obligée de vous avouer que j'ai tourné la réplique ou une deux fois dans ma tête pour être sûre que je l'avais bien comprise. Clairement, le Doctor indique que ce n'est pas la bonté de Clara qui lui a permis de faire un bon Doctor, mais plutôt son aptitude à mentir et à manipuler les gens pour qu'ils fassent ce qui est nécessaire.

Est-ce un reproche parce qu'il ne s'attendait pas à retrouver ces talents chez elle ? Un compliment déguisé au contraire, parce qu'il la teste depuis quelques épisodes ? Une remarque pleine d'amertume sur lui-même, qui ne se considère plus comme un homme bon ? Une interrogation supplémentaire sur son identité ? Pour le coup l'épisode se termine trop abruptement pour qu'on puisse approfondir vraiment la question.

On notera quand même qu'en passant Clara ignore le second appel de Mr. Pink, autant dire que leur prochaine discussion risque de ne pas être paisible !

« Clara ! My Clara ! I HAVE chosen well ! »
Et un petit fil rouge pour finir. Au moins on a la conviction que c'est bien Missy Poppins qui a mis Clara sur le chemin du Doctor. Et si vous vous amusez à réfléchir à ce qu'il se passe si on enlève Clara de l'équation, vous allez vite vous dire que son action a quand même été bénéfique, même si on la présente trop comme une méchante pour qu'elle ait des intentions uniquement bonnes...

En tout cas l'épisode de cette semaine compense amplement ma petite déception de la semaine dernière (d'autant plus qu'il a été écrit par le même scénariste). On a affaire à un scénario bien classique d'invasion alien à notre époque, mais il n'est jamais ennuyeux, et exploite bien ses trouvailles (le Doctor coincé dans le TARDIS, les créatures en 2D...).

Clara se révèle brillante, montrant définitivement que son histoire ne s'arrête pas avec la résolution du mystère Impossible Girl (et sa vie romantique en arrière-plan est juste bien dosée). Le Doctor continue à faire... son Doctor, et on n'est pas plus avancé quand au fil rouge. Mais on n'a plus qu'un épisode avant d'attaquer le final en deux parties, on devrait assez vite en savoir plus ! D'ailleurs ça ne m'étonnerait qu'à moitié que l'épisode de la semaine prochaine soit là pour lancer la suite, justement.

6 commentaires:

  1. Excellent épisode !
    Comme tu le dis, on n'apprend rien de nouveau sur le Docteur mais cela reste très intéressant de le décortiquer ainsi et de voir les possibilités d'un Docteur féminin (un test de la BBC ? =P), tout en étayant le personnage de Clara.
    J'ai aussi dû revoir plusieurs fois la dernière phrase du Docteur, c'est vraiment tourné bizarrement.
    Et maintenant, c'est (presque) (déjà) parti pour le rush final, espérons que cela sera à la hauteur.
    (au passage, encore un personnage secondaire d'importance ; par contre, son départ est super bizarre, non ? ^^')

    RépondreSupprimer
  2. @Baroona
    Qu'est-ce que tu appelles bizarre pour Rigsy ?

    RépondreSupprimer
  3. Petit commentaire au passage! (Parce que tu sauras que je passe régulièrement lire tes articles sur DW et que ça m'aide à mettre des mots sur ce que j'en ai pensé...)

    Tout d'abord pour ce qui est de "goodness had nothing to do with it", en l'écoutant avec mon père, le premier commentaire qui nous est venu est "Am I a good man?" Selon moi (nous ^^), c'est directement en lien avec le "nouveau" Doctor et le fait qu'il réalise qu'un "bon" Doctor n'est peut-être pas un "exceptional" Doctor.

    Et au fait, tu as re-regardé Silence in the library/Forest of the Dead récemment? Avec tout ce qu'on a appris sur River et sa timeline complétée dans les dernières saisons? Parce qu'il repassait ce w-e, je viens de l'écouter, et... C'était vraiment tout un épisode

    RépondreSupprimer
  4. @MyBallerine
    Je l'avais revu après la saison 6, effectivement ça reste un sacré morceau et je suis toujours frappée par le fait qu'il est resté très cohérent avec la suite (ce qui n'était pas gagné d'avance).

    RépondreSupprimer
  5. Effectivement on est assez d'accord sur l'épisode, même si je lui préfère le 8x10 ! J'ai hâte de voir le finale !

    RépondreSupprimer
  6. @JainaXF
    Oui ça promet les 2 derniers épisodes (d'ailleurs entre attendre pour les regarder les 2 d'affilé ou regarder dès la sortie le 11e, mon coeur balance...)

    RépondreSupprimer