lundi 11 mars 2013

L'ombre du maître espion (Le Baron noir 1) - Olivier Gechter


Lhisbei, qu’on se le dise, est une personne infréquentable ! En effet, alors que je me plaignais de n’avoir plus rien à lire pour le Winter Time Travel, à peine nous étions nous croisées à Zone franche à Bagneux qu’elle m’invitait à investir dans une novella uchronique (sous le fallacieux prétexte de faire d’un livre deux challenges).

Evidemment, je n’ai pu m’empêcher de céder à son marketing subtil et je l’ai acheté. Et dans la foulée, je l’ai lu. Et je l’ai adoré. Vous voyez à quel point c’est une personne dangereuse ?

Le baron noir : l’ombre du maître espion se déroule dans un XIXe siècle uchronique où la machine à vapeur a été inventée plus tôt, et où Napoléon est mort durant la bataille d’Austerlitz. Nous y suivons les pas d’Antoine Lefort, un jeune, riche (et beau ?) industriel français qui s’inquiète de la présence d’espions dans son entreprise, tandis qu’un jeune Clément Ader vient le voir avec des plans d’une toute nouvelle machine volante.

J’étais un peu inquiète en commençant ma lecture, car j’avais acheté ce livre sur un coup de tête (au sens figuré, je vous promets que Lhisbei ne distribue pas les coups de massue !) et ce n’était pas forcément le genre de lecture que je recherchais en ce moment. Mais tous ces doutes ont été balayés au bout de quelques pages.

Le baron noir est en effet une novella diablement prenante (avec un côté feuilletonnant très agréable) et extrêmement bien documentée (les éléments clés étant expliqués dans une postface très intéressante à lire d’ailleurs).

Lorsque j’ai acheté mon exemplaire à Bagneux, l’auteur m’a parlé de toutes les recherches qu’il avait fait pour vérifier le plus infime détail que personne ne relèvera à la lecture, et cela se sent à la lecture, tant l’univers semble incroyablement crédible pour un XIXe siècle uchronique.

Ca peut sembler anecdotique, mais je me suis surprise à sortir mon plan de Paris en lisant le bouquin, et je n’ai pu que constater à quel point tout collait au niveau des rues et des déplacements (je vous rassure, je ne fais pas ça pour tous les livres se déroulant à Paris que je lis, mais cette fois-ci je n’ai juste pas pu résister, pour une fois que l’auteur sait de quoi il parle !).

Là-dessus se greffe une histoire de vol de plans secrets qui se révèle extrêmement délicieuse à suivre, surtout une fois qu’on a fait connaissance avec le baron noir, sorte de proto-Batman steampunk (ou proto-Iron Man, je trouve qu’il tient un peu des deux en fait), qui est, pardonnez l’expression mais j’ai n’ai pas trouvé plus adapté, grave kiffant.

(J’ai d’ailleurs bien ri quand j’ai réalisé, au bout de quelques pages, que j'avais choisi sans le faire exprès un marque-page Batman pour cette lecture)

Contrairement à bien des novellas que j’ai lu, qui donnent une impression de trop peu ou de trop long, Le baron noir est parfaitement équilibré avec une histoire juste assez longue et bien assez développée pour ses 90 pages, ce qui évite la frustration que je ressens souvent avec ce format.

Je ne peux donc que vous inviter à découvrir ce texte court mais diablement prenant et bien fichu (en plus il se lit en une journée, ce n’est pas s’il allait vraiment peser sur votre PàL). Quant à moi, il ne reste qu’à demander la suite à corps et à cri.


CITRIQ

12 commentaires:

  1. Tu te plains du marketing fourbe de Lhisbei, mais en même temps tu ne fais pas mieux, tu m'as donné très envie de lire ce livre, c'est malin ! ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai lu aussi, et j'ai passé un très bon moment. J'espère vraiment que l'auteur sortira d'autres épisode, je veux savoir la suite !

    RépondreSupprimer
  3. @JainaXF
    Oui mais tu n'as pas l'auteur qui t'attend au détour d'un stand, c'est moins risqué :P

    @Sombrefeline
    Et moi donc... on devrait le harceler pour qu'il se mette au boulot :D

    RépondreSupprimer
  4. Et donc, à vous deux, vous devenez cheftaines en marketing fourbe. Nan mais sans dec'. Encore un truc qu'il va falloir que j'achète... ;)

    RépondreSupprimer
  5. Je crois qu'il n'y aura pas besoin de harceler l'auteur pour qu'il écrive la suite puisqu'il travaille dessus ^^ (merci FB)

    je réfute infréquentable : ce n'était qu'un prêté pour un rendu avec Ursula Le Guin très chère :)

    sinon j'ai bien peur que le contenu de mon billet soit en tout point identique au tien ^^ (et perso je le vois beau lefort, pas aussi mignon que Robert Downey Jr cependant ;))

    RépondreSupprimer
  6. @Blop
    Oui on devrait être payées pour ça même *sors très loin*

    @Lhisbei
    Je n'ai plus qu'à attendre ton avis sur Le Guin alors ^^
    Et non on ne vas pas commencer à mettre une tête d'acteur sur le héros sinon on va pas s'en sortir (Robert me semble un peu vieux ceci dit *sors*)

    RépondreSupprimer
  7. ^^Je viens juste de faire la critique et j'ai le même avis. Notamment sur ce côté Batman!! Ça c'est de la connexion de pensée. :-)

    RépondreSupprimer
  8. En même temps c'est pas bien dur, moi j'entendais pratiquement le thème de Danny Elfman en lisant le livre xD

    RépondreSupprimer
  9. Encore une victime de Lhisbei ... On devrait monter une association, tu trouves pas ?

    RépondreSupprimer
  10. Je pense que je vais essayer, enfin quand j'en aurai trouvé une version, papier ou numérique.
    Par contre 9€ les 90 pages à la fnac je trouve ça un peu abusé, va falloir que je creuse chez les bouquinistes.

    RépondreSupprimer
  11. @Tigger Lilly
    Complètement, on devrait même faire un tumblr spécial sur le sujet avec des super gifs :D

    @Fánaríë
    Il faut se dire que c'est très très bon et qu'on soutient les petits éditeurs ^^

    RépondreSupprimer
  12. aller, vendu, ou devrais-je plutôt dire acheté.

    RépondreSupprimer