jeudi 7 mars 2013

Contrepoint (anthologie)


Dans la série des très bonnes opérations commerciales, je pense que cette anthologie se pose en pièce maitresse puisque le seul moyen de l’obtenir était d’acheter deux livres chez ActuSF. Donc fatalement, lorsqu’on en prend un, on ne peut résister à l’envie d’en prendre un deuxième pour avoir cette petite exclusivité.

C’est très vil, vous en conviendrez, mais ça a été fait sans regret pour ma part, ce n’est pas comme si je n’avais pas plein de livres chez cet éditeur qui me font de l’œil (et puis ils ont le grand avantage de ne pas prendre trop de place dans la bibliothèque en plus).

Bref voilà comment je me suis retrouvée avec cette étrange anthologie, Contrepoint, qui se vend comme un étrange exercice d’écriture duquel serait exclus toute forme de conflit ou de violence. C’est un parti-pris plutôt original, même si dans les faits j’ai été à moitié convaincue par les copies rendues par les auteurs.

M. Timothée Rey, vous êtes mon nouveau petit chouchou, mais franchement, L’Amour devant la mer en cage, comment dire… vos nouvelles qui partaient dans des délires linguistiques non jamais été mes favorites, et celle-là encore moins. Vite lu, vite oubliée, vu que je n’y ai rien compris. Je me suis consolée avec La providence du reclus du coup (j'y reviendrais).

Le Chercheur de vent est le premier texte de David Bry que je lis, et si ce texte n’est pas particulièrement mémorable, il faut reconnaitre qu’il est joliment écrit, et prenant. A vrai dire j’aimerais même en savoir plus sur cet univers peuplé d’êtres ailés… A défaut, je me suis rabattue sur ses Contes désenchantés que je viens d'acheter.

Petits arrangements intra-galactiques, écrit par Sylvie Lainé est ma nouvelle préférée, car elle respecte parfaitement les consignes sans que cela semble forcé, et se révèle drôle et délicieux à lire. Encore une auteure qu’il me faut découvrir, on dirait bien.

Nuit de visitation, écrit par Lionel Davoust, m’a bien plu aussi, car plutôt intimiste et touchant. On pourra chipoter que le nœud de l’intrigue repose tout de même sur un conflit, mais comme j’ai apprécié ma lecture, je lui pardonne, et je le note aussi comme auteur sur lequel il faut que je m’intéresse.

Laurent Queyssi, par contre, je le connais, mais son Tammy tout le temps ne m’a pas parlé plus que ça, j’avoue l’avoir trouvé un peu décousu à la lecture (ou je n’étais pas dans le bon état d’esprit pour, c’est fort possible).

Avril de Charlotte Bousquet est mon deuxième texte favori (et un des plus dénués de conflit), une jolie histoire touchante avec un androïde, sur une Terre dévastée dont il ne reste que des vestiges archéologiques.

Permafrost est une nouvelle de Stéphane Beauverger plutôt sympathique à lire, même si plutôt prévisible, et juste… triste en fait. Comme si l’absence de conflit entrainait une certaine stagnation (et à quel prix en plus !), d’où cette tristesse, ce qui n’est pas complètement faux d’ailleurs…

Mission océane de Xavier Bruce rentre parfaitement dans le cadre de l’anthologie. C’est assez marrant d’ailleurs de constater que les trois nouvelles les plus « respectueuses » de la consigne tournent toutes autour d’une rencontre avec l’Autre, finalement. C’est un joli texte, mais il m’a assez peu marqué au final.

Ce qui tend à prouver que oui, il faut du conflit pour créer des intrigues qui marquent. C’est très difficile sans cela de ne pas produire des textes qui certes changent un peu de l’ordinaire, mais s’oublient assez vite.

L’anthologie se termine sur Semaine utopique de Thomas Day, un texte plutôt rigolo qui prend complètement à contrepied la consigne. Ceci dit la violence verbale m’a un peu déstabilisé, j’ai eu du mal à lire ce texte, c’est vraiment pas ma tasse de thé cette façon de s'exprimer (c'est mon côté archaïsant, que voulez-vous).

Contrepoint est une anthologie avec un postulat de base plutôt original, mais force est de constater que oui, il est difficile d’écrire sans passer par une forme de conflit (Lune a fait une très bonne analyse d’ailleurs sur à quel point presque personne ne respecte complètement la consigne).

En tout cas, pour un ouvrage offert, je suis agréablement surprise : des textes originaux, un véritable travail éditorial, on n’est pas volé sur la marchandise (que l’on n’a pas payée). Et en prime, quelques auteurs s’ajoutent dans mes projets lecture. Je ne suis pas sortie de l’auberge, avec ce challenge JLNN…

8 commentaires:

  1. La nouvelle de Sylvie Lainé est effectivement assez jouissive et en effet la plus dans le thème sans qu'on sente la contrainte.
    Pour Lionel Davoust, il y a sur son site 3 nouvelles gratuites que j'ai lues hier soir, et c'est franchement pas mal ! Je pense m'offrir Léviathan incessamment sous peu, j'ai l'impression que ce gars a toujours des choses constructives à dire !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai vraiment bien aimé ce Contrepoint pour ma part, même si à la base je ne suis pas particulièrement fan des nouvelles. Comme toi j'ai beaucoup apprécié celle de Sylvie Lainé et pour ma part j'ai vraiment adoré celle de Lionel Davoust et celle de Thomas Day, certes son langage n'est pas celui que je pratique mais il m'a fait bien rire.

    RépondreSupprimer
  3. Il y a du bon et du moins bon dans cette anthologie, mais pour le prix, difficile de faire les... difficiles !

    RépondreSupprimer
  4. @Lune
    Merci pour le tuyau, je jetterais un oeil sur ses nouvelles à l'occasion

    @Endea
    Fais attention, on commence par un petit recueil et à la fin on ne fait plus que ça, lire des nouvelles :P

    @Lorhkan
    Tout à fait :)

    RépondreSupprimer
  5. Beaucoup aimée la nouvelle avec les sapins bleus aussi.
    Davoust c'est du bon, commence par la volonté du dragon :p

    RépondreSupprimer
  6. Petits arrangements intra-galactiques est aussi ma préférée (et j'espère que tu apprécieras les contes de David Bry ^^)

    RépondreSupprimer
  7. Pour le moment je passe un bon moment (par contre ça fait une semaine que je l'ai pas ouvert, je sens que je vais avoir du mal à replonger xD)

    RépondreSupprimer