lundi 10 juin 2013

La Terre mourante : Intégrale 1 - Jack Vance


Lecture du mois de mai du Cercle d'Atuan, ce qui était à l'origine une mise en bouche pour se familiariser avec l'univers l'anthologie Chansons de la Terre Mourante a pris un curieux tournant vers l'hommage avec le décès de l'auteur à la fin du mois dernier.

Je connaissais Jack Vance par son cycle de Lyonesse (étrange et très beau cycle de fantasy qui réutilise à sa sauce bon nombre de mythes arthuriens et associés), mais je n'avais jamais réussi à approcher ses œuvres les plus connues. Il était donc temps de s'y mettre !

La Terre mourante, une de ses œuvres les plus connues, est un cycle de fantasy post-apocalyptique se déroulant sur une Terre éclairée par un soleil mourant, où l'homme est revenu à un mode de vie souvent rudimentaire, pimenté par l'utilisation de la magie. Le cycle se compose d'un recueil de nouvelles et de trois romans.

La première intégrale, dont je vais vous parler ici, se compose donc d'un recueil de nouvelles, Un monde magique, écrit dans les années 50 et d'un roman, Cugel l'astucieux, datant lui de 1966.

Un monde magique


Le voyage en Terre mourante commence donc par un recueil de six nouvelles (voilà qui va faire plaisir à Lune). En théorie indépendantes, elles sont néanmoins pour la plupart d'entre elles liées par leurs protagonistes qui commencent souvent comme personnage secondaire pour devenir héros de la nouvelle suivante (ou le contraire).

Ce sont des textes assez datés, assez typiques il me semble de leur époque d'écriture, avec ces héros qui partent en quête dans un univers complètement dément et baroque où l'imagination de l'auteur ne connaît nulle limite (c'est bien plus proche d'un Howard ou d'un Leiber que d'un Tolkien).

Le côté « Terre mourante » semble assez peu exploité au début, mais les deux dernières nouvelles (Ulan Dhor et Guyal de Sfere) sont bien plus intéressantes, intégrant des restes de technologie ancienne futuriste (non ce n'est absolument pas contradictoire dans un tel contexte).

D'habitude j'aime bien ce genre de texte mais j'avoue sur le coup avoir eu du mal à me passionner pour ces textes qui ont vieilli par bien des aspects. Cependant je relèverais quand même deux éléments que j'ai apprécié (et qu'on retrouve ensuite dans Cugel l'astucieux) : d'une part le souffle épique qui porte vraiment certaines histoires où le héros se lance dans une quête qui l'emmène à travers le pays (notamment Guyal de Sfere), et l'humour qui pointe son nez (souvent au dépend des héros, à ce titre j'ai aussi beaucoup aimé Liane le voyageur qui finit par un joli pied de nez au héros).

Ceci dit je n'ai gardé que peu de souvenirs de ce texte, du coup je ne le recommanderais pas forcément à la lecture. La suite, par contre, est bien plus intéressante !

Cugel l'astucieux

 

Après le recueil de nouvelles, passons à un roman qui met en scène un des héros le plus connu de Jack Vance, Cugel l'astucieux. Et on comprend très vite d'où lui vient sa célébrité. A sa manière il est assez inoubliable.

Cugel n'est rien d'autre qu'une raclure, un odieux voyou qui n'aime rien de mieux que de rouler les gens dans la farine et saute sur la moindre occasion de s'approprier le bien d'autrui. Cependant, pris en flagrant délit de cambriolage par un magicien, il se retrouve envoyé à l'autre bout de la Terre pour récupérer un objet magique, et pas moyen d’échapper à la sentence. Le voilà donc en route pour de rocambolesques aventures pour trouver l'objet et ensuite le rapporter au magicien.

J'ai eu un peu de mal à rentrer dans le roman au début, Cugel étant un personnage qu'il est difficile d'apprécier tant son comportement est odieux (sa façon de traiter la gente féminine n'aide pas particulièrement d'ailleurs).

Mais au fur et à mesure, j'ai commencé à vraiment apprécié ses pérégrinations. Il faut dire que l'auteur déploie toute son imagination pour inventer des personnages et des lieux hauts en couleur. Petit à petit on apprécie la richesse et la immensité de cette Terre mourante.

Par ailleurs, je n'irais pas jusqu'à dire que je suis tombée sous le charme de Cugel, mais il est difficile de ne pas être fasciné par cet anti-héros qui n'est jamais à court d'idées pour se sortir des pires situations. Il n'aura aucun scrupule à semer la zizanie dans un village, à réveiller un démon ou à sacrifier quarante personnes pour assurer sa propre survie. Et ne parlons même pas de son talent pour se défaire des malédictions.

Cependant ses combines se retournent souvent contre lui, et si on sourit souvent à la lecture de ses mauvais tours, on rit également beaucoup quand on voit comment tout cela lui retombe dessus non sans ironie (jusqu'à la conclusion, véritable apogée dans le domaine).

J'ai beaucoup aimé toutes ces pointes d'humour discrètes dans les aventures de Cugel et dans les contrées qu'il traverse (notamment les villages de moches gentils et de beaux méchants). Jack Vance se joue des personnages et de son univers pour mieux nous amuser, et c'est très agréable. Il me semble avoir déjà rencontré cela dans le cycle de Lyonesse, notamment dans La perle verte.

Du coup même si le texte a pris un petit coup de vieux, j'ai bien apprécié cette première partie des aventures de Cugel, et je compte bien poursuivre ma lecture avec l'intégrale 2 de la Terre mourante !

Avis des autres Atuaniens : Euphemia, Jae_Lou, Julien, Lorhkan


CITRIQ

6 commentaires:

  1. Ah Vance, l'un de mes systémes de magie préférés.

    RépondreSupprimer
  2. Y'a un système de magie particulier (à part que quand on s'appelle Cugel ça nous retombe toujours sur la gueule xD ?)

    RépondreSupprimer
  3. J'ai abandonné au bout de la 4ème nouvelles. D'après ce que je vois, je devrais tenter directement Cugel qui a l'air relativement drole, car ce n'est pas la suite logique du recueil ?

    RépondreSupprimer
  4. Oui carrément, passe directement à Cugel ça se lit bien mieux je trouve !

    RépondreSupprimer
  5. Je suis totalement à la bourre sur cette lecture, je n'ai pour le moment lu que "Un monde magique". Sympathique sous certains aspects (cette ambiance de fin du monde, les nouvelles qui se recoupent, les deux dernières nouvelles plus "complexes"), datés sous d'autres...
    J'aime bien mais ce n'est pas forcément très marquant.
    Il faut que je passe à Cugel maintenant ! ;)

    RépondreSupprimer
  6. Cugel ! Cugel ! Cugel !
    (non vraiment, j'espère que tu m'amuseras autant que moi à lire ses aventures ^^)

    RépondreSupprimer