vendredi 28 juin 2013

L'horloge du temps perdu - Anne Fakhouri


Après Le Clairvoyage et Narcogenèse, voilà donc le nouveau d'Anne Fakhouri qui exploite une thématique ô combien alléchante, celle du voyage dans le temps.

Théo est un jeune garçon solitaire et ballotté entre ses parents divorcés (dont un père avec lequel il a bien du mal à tisser des liens). Alors que grâce à son père, il s'apprête à rencontre son auteur favori sur un plateau de tournage, il se retrouvé projeté dans le passé, plus précisément dans le passé de son père lorsqu'il était au collège, avec pour mission de « la » sauver (encore faudrait-il savoir qui est cette personne qu'il doit sauver).

C'est donc assez rigolo de voir un enfant des années 2000 projeté dans les années 80, et y découvrir un monde tellement différent qu'on jurerait qu'il est revenu trois siècles en arrière (comment ça, vous n'avez pas de téléphone portable ?). C'est d'autant plus drôle que l'histoire (tout comme la couverture) fait abondamment référence à Retour vers le futur (on fait difficilement plus années 80 que ce film).

J'ai retrouvé dans L'horloge du temps perdu le goût d'Anne Fakhouri pour les intrigues très intimistes au cadre restreint, souvent familiale. Pas de monde à sauver dans cette histoire, c'est un voyage dans le temps très personnel qu'effectue Théo, qui donne un aperçu très juste des amitiés et inimités que l'on développe pendant l'adolescence.

Ceci dit, si on retrouve pas mal de marques de fabrique de l'auteur de façon sous-jacente (notamment ce côté intimiste), je suis restée un peu sur ma faim avec ce texte clairement destiné à un jeune public (10-12 ans).

C'est presque frustrant d'ailleurs, j'ai eu la même expérience avec deux Roald Dahl récemment qui m'auraient émerveillée il y a quelques années mais que j'ai du mal à apprécier aujourd'hui (et pourtant c'est du Roald Dahl !).

L'horloge du temps perdu est un joli texte, une très bonne histoire de voyage dans le temps, mais un peu simpliste par rapport à sa production habituelle. A réserver aux plus jeunes donc !

CITRIQ

3 commentaires:

  1. ça pourrait convenir à mes zélèves, je note ce titre qui m'est complètement inconnu, merci!

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai que ce roman cible sûrement les plus jeunes lecteurs, mais j'ai réussi à m'y retrouver et a aussi apprécier la lecture. Un livre sympathique.

    RépondreSupprimer
  3. @faelys
    Je ne sais pas quel âge ont tes élèves mais effectivement ça peut être une lecture sympa pour eux ^^

    @BlackWolf
    Je pense qu'il est un peu frustrant quand on a l'habitude de ses textes adultes en fait (je ne sais pas si tu as eu l'occasion de les lire)

    RépondreSupprimer