mercredi 12 juin 2013

L'héritage et autres nouvelles - Robin Hobb / Megan Lindholm


Robin Hobb est une auteure dont j'apprécie beaucoup la plume, ses livres étant toujours de réels plaisirs à lire peu importe le sujet. Cependant ses cycles à rallonge me lassent de plus en plus (d'autant plus à cause du découpage français). Plus ça va, plus je constate que ses textes les plus intéressants sont paradoxalement les plus anciens, et tout particulièrement les one-shots qu'elle a écrit sous le pseudonyme de Megan Lindholm.

Du coup j'ai été ravie de tomber sur ce recueil de nouvelles à la bibliothèque, puisqu'il contient bon nombre de textes de « Megan », ainsi que quelques textes de « Robin » se situant dans l'univers des Six Duchés (on se croirait un peu dans Dr. Jekyll et Mr. Hyde à alterner les pseudonymes !).

Cependant je suis une fois de plus furieuse contre Pygmalion, qui a retiré du recueil la nouvelle Retour au pays qui était au sommaire de la VO. Et pour cause, ce texte de 130 pages à l'origine inclus dans l'anthologie Légendes II avait été réédité tout seul par cet éditeur en grand format (à 15 euros) par cet éditeur, avant de passer en poche et en librio.

Je ne développerais pas plus le sujet (j'ai l'impression d'être un disque rayé quand je parle de Pygmalion), mais ça me plait guère, car j'ai assez apprécié ce recueil pour avoir envie d'acheter mon propre exemplaire, mais l'idée de devoir acheter à côté un autre bouquin pour avoir la nouvelle manquante me donne (à peine) l'impression de me faire rouler.

Bref, parlons plutôt du contenu, ce qui sera bien plus intéressant ! Le recueil se divise en deux parties, d'une part sept nouvelles signées par Megan Lindholm, puis deux nouvelles de la plume de Robin Hobb. Chaque nouvelle est introduite par l'auteur qui remet le texte dans son contexte d'écriture ou se contente d'en faire un petit commentaire. C'est sacrément intéressant de découvrir ainsi d'où lui viennent ses idées, ou comment elle perçoit certains clichés de la SFFF.

Un peu de lavande est une nouvelle de science-fiction poignante qui nous raconte la vie d'un petit garçon qui va être bouleversée à cause d'aliens musiciens réfugiés sur Terre. On est plus frappé dans ce texte par son réalisme (et c'est assez caractéristique de tous les textes de Megan Lindholm),  si bien que les extraterrestres semblent parfaitement à leur place dans l'histoire de ce garçon qui vit dans un dénuement absolument horrifiant (et dire que c'est encore courant de nos jours, voilà qui ne remonte guère le moral) et avec une mère complètement à la ramasse.

Le quadragénaire et la dame d'argent est un très joli texte sur l'écriture, où une écrivaine qui a rangé ses stylos pour travailler dans un grand magasin ne cesse de croiser un étrange quadragénaire qui se prétend magicien. Délirant et délicieux, c'est une nouvelle que j'ai vraiment apprécié, pleine d'optimisme et finalement juste... magique.

Coupée part dans une direction tout autre. Cette nouvelle futuriste glaçante interroge sur ce qu'on a le droit d'infliger à notre corps (piercings, tatouages, mutilations...), via une conversation entre une grand-mère et sa petite fille qui compte se faire exciser parce que c'est la mode. « J'aime penser […] que j'écris parce que j'ai une question – pas la réponse attention : rien que la question », dit l'auteure en introduction. Ca m'a fait chaud au cœur de lire ça, je ne suis pas sûre que tous les auteurs aient compris ce qui me semble être la base de tout bon texte de SF, interroger, et non répondre.

Le cinquième chat écrasé est un récit fantastique qui m'a évoqué (pour l'ambiance) Le dernier magicien, mais qui se révèle très surprenant, un peu glauque (on y parle chats écrasés tout de même), et qui détourne à sa façon certains clichés de la fantasy.

Chats errants (oui encore des chats, avis aux amateurs de félins !) est un texte assez poignant encore une fois, racontant la rencontre et l'amitié qui se développent entre la narratrice de l'histoire et une mystérieuse fille assez sauvage vivant dans un contexte familiale plus que malsain, et qui se prétend reine des chats de gouttière. On est vraiment dans une veine fantastique à l'état pur, et étrangement l'horreur ne se trouve pas dans l'élément fantastique (plutôt source de consolation) mais dans la dure réalité de la vie.

Finis est une variation intéressante sur le mythe du vampire. Comme si sous son identité de Megan Lindholm, l'auteure n'aime rien de mieux que de prendre à contre-pied les clichés en écrivant ces histoires souvent touchantes, pleines de surprises et de mystères.

La boite à rythme nous ramène dans le domaine de la SF dans un monde où les bébés sont conçus sur catalogue (avec droit à la procréation et choix du modèle le plus adapté selon la mentalité des parents), et où un employé chargé de vendre le meilleur modèle aux parents potentiels se retrouve confronté à une ancienne connaissance. C'est un texte glaçant, une fois encore, et dont la conclusion m'a tourné un moment dans la tête quand je l'ai eu terminé.

Le recueil enchaîne ensuite sur deux nouvelles écrites sous le pseudonyme de Robin Hobb, et qui se déroulent donc sans surprise dans l'univers de l'Assassin royal.

L'héritage se déroule du côté de Terrilville, avec une jeune fille qui à la mort de sa grand-mère hérite d'un pendentif en bois sorcier qui va l'aider à retrouver son héritage, tout en racontant le tragique récit de la vie de son aïeule.

Viande pour chat est un texte légèrement perturbant mettant en scène une femme abandonnée par le père de son enfant, qui le voit revenir quelques années plus tard et ne sait comment s'en débarrasser. Fort heureusement, il y a un chat !

Ces deux textes sont très agréables à lire (je ne sais pas Robin Hobb est capable d'écrire quelque chose qui soit désagréable à lire) et on replonge avec plaisir dans l'univers des Six-Duchés, mais comparés aux textes signés Megan Lindholm, je les ai trouvé un peu faibles.

Ce recueil m'a d'ailleurs fait prendre conscience du fossé qu'il existait entre ses deux noms de plume. Megan Lindholm opère principalement dans un univers fantastique/fantasy urbaine, éventuellement mâtiné de SF (ça me fait un peu pensant aux univers de Lisa Tuttle mais en bien moins horrifiant tout de même). Il y a une vraie originalité dans ses textes, et un grand investissement personnel (qu'il est difficile d'ignorer). Pour moi c'est vraiment le versant le plus intéressant de son écriture, et c'est fort dommage qu'elle n'exploite plus cette veine (même si les raisons me semblent évidentes).

Robin Hobb, à côté, écrit de la très bonne fantasy, toujours plaisante à lire, mais on dirait qu'elle se bride elle-même dans cet univers, pour ne pas trop perturber le lecteur qui a juste envie de rêver dans son univers médiévalisant bien maîtrisé. J'aime aussi lire ce genre d'histoire qui offre d'agréables moments d'évasion, mais je les trouve moins enrichissantes, moins marquantes.

En tout cas, ce recueil est un réel plaisir à lire. C'est l'occasion unique de découvrir ce dont est capable l'auteure en dehors de grandes sagas de fantasy, et certains textes sont de pures merveilles. Vivement recommandé, que vous aimiez ou non Robin Hobb !


CITRIQ

9 commentaires:

  1. Je n'ai jamais lu sous son vrai nom, du coup cela me donne vraiment envie de m'y plonger, je note dans ma Pile de livres à acheter ^^

    RépondreSupprimer
  2. N'hésite pas c'est vraiment un chouette recueil ^^

    RépondreSupprimer
  3. J'ai lu l'Assassin royal (comme bcp) sans l'avoir jamais fini (mais c'est en projet!) et les aventuriers de la mer, et j'avoue que ses séries toujours à rallonge me font quand meme un peu peur ! Un risque d'essouflement je pense, difficile de garder une qualité constant avec autant de bouquins... Pisle découpage... -_-

    Bref, ce petit receuil me fais de l'oeil, je n'ai pas le souvenir d'avoir lu du Meghan Lindholm! (et je plussoie, le découpage et le retrait d'une nouvelle c'est abusé... -_-)

    RépondreSupprimer
  4. Pour ma part j'adore les 2 versants de l'auteur, ces longues séries pour le côté épique et le développement sur la durée de l'intrigue et des personnages et les textes de Megan Lindholm pour ses thèmes originaux et ses univers fascinants !

    J'avais beaucoup aimé aussi ce recueil (et pour moi qui n'aime pas trop les nouvelles, c'est beaucoup !) !

    RépondreSupprimer
  5. Je ne connaissais que les deux séries longues dont tu parles.
    A voir donc ce recueil de nouvelles ...

    RépondreSupprimer
  6. J'avoue que je ne connais ni Hobb (dont j'ai pourtant le premier cycle de l'Assassin Royal sur ma PAL, mais ses longues séries me repoussent un peu) ni Lindholm.

    Je vais peut être me pencher sur cette dernière pour commencer. Des nouvelles, c'est plus simple comme première approche ! ;)

    RépondreSupprimer
  7. @Raven
    Si le côté cycle à rallonge te dérange, effectivement tente ce recueil, tu devrais y trouver bien plus ton bonheur.

    @JainaXF
    C'est des nouvelles assez longues et denses, donc du coup même pour les allergiques aux nouvelles ça doit bien passer à mon avis ^^

    @Fánaríë
    Je le recommande vivement ^^
    (au pire après tu signes pour une saga en 140 volumes, c'est presque pas grave)

    @Lorhkan
    Oui c'est un bon moyen de commencer, n'hésite pas. Ses romans comme Le dernier magicien ou Le dieu dans l'ombre valent aussi le détour (et pour le coup c'est une histoire en un seul tome).

    RépondreSupprimer
  8. Tu viens de me donner envie de lire Robin Hobb! Jusque là, ses séries longues et ma méfiance désormais installée envers la fantasy (autant j'adore Tolkien, autant les autres livres du genre m'ont déçue) ne m'avaient pas donné envie de me tourner vers elle.
    Je compatis totalement à propos du découpage/massacre des livres en France. Je suis bien contente de lire en VO et d'échapper donc à ce genre de chose pour les auteurs anglophones.

    RépondreSupprimer
  9. J'espère que tu tenteras l'aventure et que ça te plaira alors ^^

    RépondreSupprimer