samedi 13 octobre 2012

Le Hobbit annoté - J.R.R. Tolkien


Avec la sortie du (premier) film qui approche, il était tout naturel de se replonger dans le texte du Hobbit, histoire de pouvoir pinailler joyeusement sur les détails dans la salle de cinéma le moment venu. Du coup, en septembre, au Cercle d’Atuan, nous avons relu Bilbo le Hobbit.

Je l’avais lu et chroniqué voilà bien deux ans dans le cadre du Middle Earth Challenge, et mon avis n’ayant guère évolué depuis, j’aurais pu faire l’impasse d’une nouvelle chronique (d’ailleurs je vous y renvoie allègrement si vous voulez mon avis sur le texte à proprement parler).

Seulement voilà, début septembre est paru en France une nouvelle édition du Hobbit : Le Hobbit annoté (par Douglas A. Anderson), doté de plus d’une traduction réalisée par Daniel Lauzon. Et ça, je ne pouvais pas ne pas en parler.

La nouvelle traduction

Je sais que tout le monde n’est pas monomaniaque de Tolkien comme moi, mais je trouve d’ailleurs dommage qu’on communique aussi peu sur cette nouvelle traduction, à part chez les fans. Ni bandeau ni sticker ni rien pour l’indiquer clairement sur la couverture (sur aucune des couvertures, Christian Bourgois a sorti en parallèle un petit format, l’édition annotée et une édition illustrée).

Sachant qu’en même temps Le Livre de Poche a sorti sa version avec l’affiche du film, qui utilise toujours l’ancienne traduction de Francis Ledoux à ma connaissance, je doute que cette nouvelle traduction ait réellement un impact sur le lecteur lambda. Vous me direz, il s’en fiche sûrement, celui-là. Mais quand même.

Bref, parlons plutôt de la traduction en elle-même. Comme je suis un peu folle, je me suis amusée à comparer mes trois éditions (sur le premier chapitre, après j’ai préféré avancer) : la VO, l’ancienne traduction, et la nouvelle traduction. Et on voit très vite la différence.

Dans les passages où j’ai joué la comparaison, j’ai surtout repéré que Ledoux collait énormément au texte anglais (on n’est pas loin du mot pour mot parfois), alors que Daniel Lauzon prend un peu plus ses distances (tout en gardant le sens bien sûr).

Du coup la nouvelle traduction m’a paru plus fluide, plus légère, plus facile à lire, ce qui la rapproche de la VO qui est très chantante. D’ailleurs en parlant de ça, s’il y a une amélioration de taille à mentionner, c’est bien celle-ci.

Adieux chansons impossibles à lire, rimant à peine ou à la métrique aléatoire. Tout à coup ça devient plaisant à lire. On peut toujours les sauter parce qu’on trouve ça barbant, mais plus question de dire que c’est impossible à lire !

Et puis Daniel Lauzon a également retravaillé la traduction des noms, en suivant les consignes de Tolkien. C’est assez perturbant au début (adieu Sacquet et Baggins, bonjour Bilbo Bessac), mais on s’y fait finalement. J’espère juste que la traduction du Seigneur des Anneaux sera révisée dans la foulée, histoire qu’on bénéficie enfin d’une uniformisation de ce côté-là !

Les annotations

Le Hobbit annoté est un livre assez étrange à lire, pourtant avec l’Histoire de la Terre du Milieu, j’ai l’habitude des renvois dans tous les sens. Sauf qu’ici les renvois ne se font pas en bas de page ou à la fin d’un chapitre mais sur le côté.

Chaque page se divise en deux colonnes, une petite colonne à l’extérieur pour les annotations, et une grande pour le texte, et j’avoue que du coup les annotations parasitent un peu la lecture, surtout quand il faut aller les chercher deux pages plus loin, ou qu’une annotation s’étale sur cinq pages. Cela demande un temps d’adaptation.

Ceci dit le travail d’annotation est très intéressant pour qui veut s’immerger dans l’histoire de ce roman. On trouve en effet des informations sur les corrections apportées au fil du temps (notamment le chapitre avec Gollum revu pour coller avec la suite), sur les textes ayant pu influencer Tolkien, sur la mythologie de la Terre du Milieu qui se glisse ici et là dans le texte.

Ce n’est pas toujours passionnant (les corrections des infimes coquilles ou les longues poésies en vieil anglais qui s’étalent sur deux pages, c’est parfois barbant), mais c’est tout de même agréable de voir les coulisses de ce roman, et j’ai été absolument ravie de pouvoir en plus rattacher ça à mes lectures de l’Histoire de la Terre du Milieu.

D’autant plus que l’édition annotée ne se limite pas aux annotations. Elle propose une introduction sur la genèse du Hobbit, tout à fait intéressante, et deux appendices, un sur les runes, et l’autre sur l’Expédition d’Erebor, un texte de Tolkien qui éclaircit un peu le rôle de Gandalf dans le roman.

Et, aspect que j’ai particulièrement apprécié, elle s’intéresse beaucoup aux illustrations. Le Hobbit, dans sa version originale, était illustré (par Tolkien lui-même, ma propre édition VO a quelques mauvaises reproductions de ses très belles réalisations), et l’édition annotée parle des illustrations de Tolkien… mais aussi celles réalisées par les illustrateurs dans d’autres pays.

Toutes ces images sont dispersées au fil du texte, et c’est très marrant de voir comment les gens se représentaient Bilbo, les nains, etc. En prime on trouve au milieu quelques planches couleur avec des reproductions couleur des dessins et peintures de Tolkien, et de quelques autres illustrateurs, un vrai petit délice.

Bon bien sûr, tout cela intéressera surtout les fanatiques dans mon genre, mais en tout cas, j’ai apprécié cette lecture avec annotations, malgré quelques difficultés au démarrage. C’est toujours un plaisir de replonger dans l’écriture de Tolkien, et dans les analyses qui l’accompagnent.

(non mais ne me regardez pas comme ça, après cinq tomes de l’Histoire de la Terre du Milieu, ça me semble presque logique que tout texte de Tolkien vienne avec son lot d’annotations et de comparaison de versions !)

Pour les moins accros, la nouvelle traduction existe également en version simple (en belle édition illustrée, ou en petit format), et je trouve qu’elle en vaut la peine pour qui veut découvrir ou redécouvrir le texte. J’espère d’ailleurs qu’elle sera suivie d’une révision de la traduction du Seigneur des Anneaux.

Avis des autres atuaniens : Endea, Euphemia, Rose, Sintaël, Tigger Lilly

CITRIQ

18 commentaires:

  1. La couverture est très chouette en tout cas et puis il est mieux d'avoir ce livre là que le mien en poche avec l'étiquette "Bientôt au cinéma" introduite dans l'image, berk !!!
    Je ne sais pas si j'achèterai un jour cette édition là mais j'avoue que tu me tentes ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Attends de devenir vraiment fan avant quand même :D

      Supprimer
  2. Je l'ai récupéré dans sa version illustrée il y a un mois, et c'est clair que la traduction me convient beaucoup plus que l'ancienne : plus de "pistolet à bouchon" ou de "charybde en scylla", par contre j'ai eu un peu de mal avec la nouvelle traduction du nom de Bilbo, ainsi qu'avec de nouvelles appelations comme celle e la "forêt de Mirkwood" qui devient "forêt de Grand'Peur", mais je saisis la logique qu'il y a derrière. Je pense que la nouvelle traduction, en plus de réparer des coquilles, rendra mieux l'aspect 'conte' du Hobbit.
    Et puis tant qu'il n'y a pas de "lapins" sur la carte des contrées sauvages, ça me va.

    Attention c'est une traduction de l'édition anglaise annotée (2ième édition) qui a une vingtaine d'années, donc je ne miserais pas trop sur une révision équivalente pour le Seigneur des anneaux.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah d'après ce que j'ai suivi, la révision du SdA c'est un projet qui couve depuis longtemps à défaut de se concrétiser, et le Hobbit annoté ça s'est fait finalement assez vite. Si cette édition marche bien, et avec l'effet des films, on peut quand même espérer qu'ils poursuivront (en plus c'est plus facile à vendre que l'Histoire de la Terre du Milieu, même si j'aimerais bien qu'ils poursuivent aussi ces traductions là).

      Supprimer
  3. Tu le sais, mais cette version n'est pas faite pour moi.
    1) j'en ai en fait pas grand chose à faire :D
    2) je supporte pas le livre avec 4 colonnes (c'est pour ça que je lis pas les journaux).
    3) j'ai déjà eu la flemme de terminer ma relecture de Bilbo, c'est pas pour en faire une avec les annotations :D

    Et puis même si la trad a été revue, vu que je ne lis jamais les chansons (oui, oui, je sais, honte à moi :D), bah ça ne m'apporte pas grand chose !

    Mais je suis en tout cas ravie que tu aies apprécié ta relecture annotée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rassure-toi je ne comptais pas te l'offrir :D

      Supprimer
  4. Je partage complètement ton avis. Je n'avais pas parlé des illustrations mais c'est vrai que ça participe beaucoup au charme du bouquin. Il y a des petits détails amusants comme le Bilbo russe au jambes poilus (parce qu'en russe pied/jambe désigne la même chose, si je me souviens bien de l'annotation). Et d'autres oeuvres qui ressemblent à des gravures avec beaucoup d'atmosphère ("The trolls"de tolkien ou les illustrations suédoises)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elles sont trop bien ces illustrations, en plus ça permet de sortir un peu des représentations formatées par les films (qui sont très biens certes, mais j'aime bien en avoir d'autres ^^)

      Supprimer
  5. Ce sera l'édition illustrée pour moi car j'adore le travail d'Alan Lee sur la mise en images de la Terre du Milieu (et ça colle avec mes éditions illustrées du Silmarillion et du Seigneur des Anneaux).
    J'ai hâte de lire cette nouvelle traduction !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne lecture alors, je guetterais ton avis ^^

      Supprimer
  6. Je fais suivre votre critique sur Tolkiendil, elle devrait plaire à Daniel Lauzon et Vincent Ferré ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil, je vais finir par prendre mes quartiers là-bas à force ^^.

      Supprimer
  7. J'ai faillit me l'offrir à un moment mais le prix m'a un peu rebuté. Je suis quand même bien curieuse de voir ce que donne cette nouvelle traduction. Par contre, je trouve que ça fait un peu bizarre "Bessac", je suis tellement habituée à "baggins" et "Sacquet"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca perturbe un peu au début, mais on s'y fait vite finalement. Y'a des traductions qui me posent problème (j'avoue préféré Mirkwood à Grand'peur), mais dans ce genre de cas je repasse instinctivement à la VO et on en parle plus (c'est pareil que pour certains éléments de vocabulaire intraduisibles dans Harry Potter).

      Supprimer
  8. Bonsoir & merci beaucoup pour cette belle lecture.
    bien cordialement,

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est plutôt moi qui devrait vous remercier de l'avoir rendu possible ^^

      Supprimer
  9. Les annotations c'est le bien ! Je suis vraiment contente d'avoir acheté cette version, même si c'est cher pour un bouquin qu'on peut trouver pour 6/7 euros en format poche. Et d'ailleurs maintenant je lorgne pour acheter la version avec les illustrations d'Alan Lee :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'essayerais pas de me battre au concours de celle qui a le plus de versions différentes du Hobbit par hasard ? (j'en ai déjà 3 moi xD)

      Supprimer