lundi 3 février 2014

Du sel sous les paupières - Thomas Day



Des fois je me soupçonne d’être un peu masochiste dans le choix de mes lectures. Tenez par exemple, bien que cela fasse des années que je peine souvent à rentrer dans les univers de Thomas Day (comme si nous avions du mal à nous comprendre), je continue tout de même à tenter l’aventure. Et j’ai donc récidivé dernièrement en me laissant tenter par Du sel sous les paupières.

Il faut dire que j’avais plein de bonnes raisons : résumé prometteur, critiques enthousiastes et même une très jolie couverture, toutes les raisons étaient bonnes. Mais comme d’habitude la rencontre ne s'est pas faite.

Tout commençait pourtant très bien avec cette histoire mettant en scène le jeune Judicaël, un orphelin vivant à Saint-Malo dans les années 1920, qui alterne entre vente d'illustrés et menus larcins pour survivre. Un jour, il fait la connaissance de Mädchen, dont il tombe immédiatement amoureux. Seulement voilà, la belle disparaît aussi vite qu'elle est apparue, sans doute enlevé par le mystérieux Rémouleur, et Judicaël n'a plu qu'à se lancer à sa recherche.

Sous couvert d'un roman plutôt orienté jeunesse (enfin young adul), Du sel sous les paupières s'amuse donc à mélanger uchronie et steampunk à une touche de fantastique et de folklore féerique. Un excellent cocktail ? Pas tout à fait.

C'est peut-être parce que j'ai déjà lu beaucoup de textes dans ce genre, et que du coup je deviens difficile avec le temps, mais j'ai eu du mal à apprécier le mélange. Il faut dire qu'il ne s'agit pas tant d'un mélange que d'une juxtaposition.

En effet la première partie a une tonalité résolument steampunk (classique mais qui fonctionne toujours) tandis que la deuxième partie s'axe principalement sur les fées et autres créatures fantastiques, oubliant en grande partie toute l'atmosphère mécanique du début du roman.

Du coup cela m'a donné l'impression de lire deux romans mal ajustés l'un à l'autre (voire trois si on ajoute les interludes irlandais), en dépit d'une intrigue et de protagonistes communs. Et comme les deux univers ne se mêlent que peu, on reste sur des ambiances steampunk et féeriques assez superficielles, qui ne se démarquent pas vraiment de ce qu'on a l'habitude de lire (à part pour la figure de l'ogre).

Cela explique ma déception au sortir de ce roman. Je ne pense pas que Du sel sous les paupières soit un mauvais livre, c'est juste que c'est un texte qui me paraît mieux convenir à des lecteurs plus novices, pour qui cela peut-être une excellente porte d'entrée pour le steampunk et les histoires féériques.

CITRIQ

12 commentaires:

Baroona a dit…

Je suis d'accord avec tout ce que tu dis. Sauf que j'ai plus aimé. Moralité : je suis un novice.
C'est un gentil roman (et pas péjorativement), surement pas exceptionnel mais que j'ai trouvé agréable à lire, ne serait-ce que pour les descriptions bretonnes très visuelles.
Je dois lire quoi pour dépasser le stade du noviciat ? ^^

Vert a dit…

@Baroona
Oh je sais pas si c'est tant une question de quoi que de quantité. J'ai vraiment lu beaucoup de titres dans la même veine que ce roman, ça explique que je sois (un peu) blasée.
Mais tu peux lire Roi du matin reine du jour de Ian McDonald, il m'a marqué durablement celui-là (par contre y'a pas de steampunk) (mais ça se passe en Irlande).

Lorhkan a dit…

Ah oui oui, "Roi de matin, Reine du jour", je plussoie totalement ! Ian McDonald, un de mes auteurs préférés ! "Le fleuve des dieux", chef d'oeuvre (dans un tout autre genre par contre) !

Vert a dit…

@Lorhkan
Merci de me rappeler que je dois le lire :D

Baroona a dit…

Ô hasard bienveillant, j'ai justement emprunté "Roi du matin, Reine du jour" à la bibliothèque et prévu de le lire très bientôt pour le Winter Mythic Fiction \o/
Merci de me donner un peu de motivation, le pitch ne me tentait pas plus que ça ^^

Vert a dit…

@Baroona
C'est le destin :D

Shaya a dit…

Pas aimé non plus celui-là, tout à fait d'accord sur l'impression d'avoir deux romans mal ajustés !

Vert a dit…

@Shaya
Quelles râleuses on fait quand même, on nous offre deux romans pour le prix d'un et on se plaint encore :D

Raven a dit…

Même avis que Baroona en fait, je te rejoins sur tes critiques, mais lisant moins de bouquins de ce genre, ça m'a pas autant marqué que toi.
Par contre, je plussois pour Roi du Matin, Reine du Jour fnit il y a quelques jours c'était top !

Vert a dit…

@Raven
J'ai hâte de lire ton avis sur le Ian McDonald alors ^^

Tigger Lilly a dit…

Moi aussi j'avais bien aimé, sans plus puisque je ne me souviens plus de grand chose. Qu'avais-tu essayé d'autres de l'auteur ? Je l'apprécie beaucoup en format nouvelles pour ma part (en même temps Du sel sous les paupières et le seul que j'ai lu en roman).

Vert a dit…

@Tigger Lilly
En nouvelles je l'ai croisé dernièrement dans celle des Utos (qui m'a pas plus parlé que ça) dans Contrepoint (pas accroché non plus) et dans l'O10ssée (dont je me rappelle même plus xD). Sinon roman j'ai tenté l'instinct de l'équarisseur (que j'ai bien aimé) et La voie du sabre (miton mitaine). Oui je m'acharne en fait :D