dimanche 22 décembre 2013

Fables 19 : Super Team - Bill Willingham


C’est l’hiver, le challenge Winter Mythic Fiction a démarré, et quoi de mieux pour ouvrir ma participation qu’une chronique de Fables ? Après tout, cela fait désormais quelques années que cette série de comics réécrit avec brio les contes de fées. Pour une fois je vais revenir un peu plus en détail dessus au lieu de chroniquer bêtement le dernier épisode.

(du coup article sans spoiler pour le moment)

Fables est une série mettant en scène les déboires d’un groupe de personnages de contes de fées qui pour fuir un tyran parti à la conquête de leurs royaumes, a fini par atterrir dans notre monde, celui des Communs. Ils vivent une vie discrète à l’abri des regards, les Fables d’apparence humaine vivant à New York tandis que les animaux sont relégués dans une ferme au fin fond de la campagne.

La petite communauté est dirigée par le roi Cole, mais c’est en vérité son adjointe, Blanche-Neige, qui fait régner l’ordre, assistée de Bigby (alias le grand méchant loup), shérif du coin. Evidemment les râleurs et les roublards ne manquent pas, sans parler de la menace de l’Adversaire, et encore cela ne concerne que les quinze premiers volumes !

Pour les amateurs de contes de fées, Fables est un véritable délice à lire parce que la série exploite toute la matière des contes (sans se limiter forcément aux figures les plus connues ou disney-ifiées) et offre des réinterprétations des personnages absolument succulentes.

On y découvre donc un Prince Charmant pas vraiment charmant qui s’est marié successivement avec Blanche-Neige, La Belle au bois dormant puis Cendrillon (et il les as toutes trompées !). Blanche-Neige est en froid avec sa sœur, Rose-Rouge (depuis qu’elle a couché avec son époux justement). Boucle d’Or couche avec Bébé-Ours parce que c’est acte militant, Pinocchio en a marre d’être coincé dans le corps d’un enfant...

Le tout s’entrelace à merveille (certains personnages traversent les histoires telle Frau Totenkinder) et petit à petit, c’est une vaste mythologie qui se dessine (dans les derniers volumes l’univers se théorise même petit à petit, éclaircissant les liens avec les mondes des Fables et celui des Communs, mettant en scène des figures à la limite de la divinité comme North ou Mr. Dark…).

Bon la série n’est pas sans défaut, il m’est arrivé d’avoir envie d’abandonner tant l’histoire se traînait, ou quand les opinions politiques de l’auteur passaient un peu trop dans les dialogues, mais dans l’ensemble on a plaisir à suivre l’histoire et les évolutions des personnages, et justement pour en venir au dernier tome...

(à partir de là spoilers sur le dernier tome)

Super team est un tome de transition, qui clôt (à priori) le cycle Mr Dark pour passer à autre chose. On assiste donc au repli des Fables à Haven, et à la mise en place d’une stratégie pas inintéressante pour venir à bout de Mr. Dark : monter une équipe de super-héros, parce que donner un symbole aux Fables aidera à vaincre ce terrifiant adversaire (et accessoirement parce que ça permet d’avoir des filles en mini-jupe, ça vous surprend si je vous dit que Pinocchio est à l’origine de ce plan ?).

En parallèle North enquête sur le mystérieux rejeton de Bigby et de Blanche, le fameux Zéphyr dont on ne parlait plus guère, et très vite les deux intrigues sont se mêler.

Le résultat est un tome qui semble clore un story arc (enfin… j’imagine) et qui ouvre vers d’autres intrigues futures : la destinée des enfants de Bigby et de Blanche semble être le sujet du prochain tome, mais ce ne sont pas les seuls rejetons qui interrogent : il y a aussi le bébé de la Belle et de la Bête. A ce rythme là on va bientôt mettre tous les héros de l’ancienne génération à la retraite.

A noter que ce tome théorise quelques peu l’existence de Mr. Dark, du Vent du Nord et autres entités quasi divines, ce qui est un ajout plutôt sympathique. Cela fait longtemps qu’on n’avait pas conceptualisé un peu tout l’univers et quand on a l’habitude du « pouvoir de l’amour » qu’on nous sert toutes les semaines dans Once upon a time, ça fait un bien fou de lire ça !

8 commentaires:

Cachou a dit…

J'ai envie de commencer cette série depuis longtemps mais il y a teeeeeellement de tomes et le premier ne se décide pas à atterrir dans ma bouquinerie. Un jour, j'espère...

Vert a dit…

@Cachou
Je comprends tout à fait, si je devais m'y mettre maintenant j'aurais abandonné à mon avis (alors que quand j'ai commencé il y avait 6 volumes).
Ceci dit avec les multiples rééditions, ça m'étonne que les premiers tomes soient pas en occas, c'est comme ça que j'ai démarré moi (bon forcément ils sont pas du tout en harmonie avec le reste de la série mais bon...)

JainaXF a dit…

Pour ma part, je les achète pour la bibli, donc je suis moins découragée (et puis, j'ai fait rattraper la série "Walking Dead", alors...) !

J'ai lu les 2 premiers tomes et j'ai vraiment beaucoup aimé cette réécriture des contes !

Vert a dit…

@JainaXF
C'est pratique en effet de bosser en bibliothèque ^^

Raven a dit…

bon ben voilà, ça y'est j'ai envie de la lire cette petite série... ^^
Mais reste à voir si je la trouverais à la biblio par contre, je ne me vois pas rattraper de suite les (au moins) 19 tomes parus de moi même !

Vert a dit…

@Raven
Les premiers tomes au moins sont trouvables en bibliothèque je pense. Après je te comprends, 20 tomes (oui le dernier est sorti en décembre), ça fait beaucoup.

Escrocgriffe a dit…

Faut vraiment que je lise ça !

Vert a dit…

@Escrocgriffe
Bah oui, il faut ^^