dimanche 8 décembre 2013

Echecs et maths - Terry Bisson


Terry Bisson est un auteur qui avait croisé ma route il y a bien longtemps, par le biais d'un roman, Homme qui parle, étrange road-trip à travers les États-Unis. Je l'avais un peu oublié jusqu'à que Baroona chronique deux de ses recueils, Meucs et Echecs et maths. Comme j'ai croisé le deuxième à la bibliothèque, je l'ai emprunté, et en le commençant, j'ai eu le sentiment inexplicable de rentrer chez moi !

Echecs et maths est un recueil de trois nouvelles qui s'amusent à mélanger gaiement hard science et humour : Le trou dans le Trou nous apprend qu'il est possible d'aller sur la Lune depuis une casse de voitures à Brooklyn, Le bord de l'Univers nous fait observer la fin de l'univers à partir d'un revêtement de siège de taxi et Lune de miel à New York nous apprend que quand les avions sont à l'heure, c'est qu'il y a un problème !

Toutes ces histoires sont racontés par Irving, le narrateur, un avocat (enfin...) qui a pour ami un certain Wilson Wu. Et « tout le monde devrait avoir un ami comme Wilson Wu », dont les domaines de compétence étaient des plus variés, du droit à la cuisine, de la médecine chinoise aux mathématiques et à la météorologie (qui n'est pas l'étude des météores!) en passant par l'incroyable capacité de vous joindre au téléphone n'importe où.

Il m'arrive souvent de dire à propos d'un livre que je ne l'ai pas lu au bon moment. Pour une fois, c'est le contraire, je n'aurais rêver de meilleur moment pour m'attaquer à cet ouvrage alors que je venais de finir Tau Zéro.

Passer d'un texte très sérieux plein d'explications physiques certes fascinantes mais parfois franchement hermétiques à ce recueil qui vous fait pratiquement de la poésie mathématique en vous balançant des termes barbares comme « adjacence méta-euclidienne néotopologique », c'est absolument délicieux comme contraste.

Echecs et maths m'a un peu fait pensé aux écrits de Sean Stewart (L'oiseau moqueur) dans cette manière de mettre en scène avec beaucoup de précision la vie quotidienne en y ajoutant une légère dose de fantasy (ce qui explique sans doute cette impression de retour à la maison à la lecture).

Sauf qu'ici on se retrouve plutôt avec de la SF, quoique j'aurais plutôt tendance à qualifier les aventures d'Irving et de Wilson Wu de fantaisie science-fictionnesque (et tant pis si mon dictionnaire ne connaît pas ce mot) tant il utilise des éléments de SF pour broder des histoires très... fantaisistes.

Léger et délicieux à lire, Echecs et maths est donc une excellente petite trouvaille qui me donne bien envie de me replonger dans le reste des ouvrages de l'auteur.


CITRIQ

10 commentaires:

  1. Ta chronique donne bien envie de le lire en tout cas.

    RépondreSupprimer
  2. Ça a l'air marrant ça !
    Terry Bisson c'est aussi l'auteur qui a terminé "L'héritage de Saint Leibowitz", la suite de "Un cantique pour Leibowitz" de Walter M. Miller.

    RépondreSupprimer
  3. Je n'étais pas sûr de comment le livre allait vieillir dans mon esprit et je me rends compte que j'en garde un bon souvenir, surtout de plein de petits moments drôles (un coca ?). Vraiment un livre amusant.
    Content que ça t'ait plu en tout cas ! Je ne peux que te conseiller Meucs si tu tombes dessus. DIfférent, mais aussi bon (voire meilleur selon mon goût) =D

    RépondreSupprimer
  4. @Mariejuliet
    C'est fait pour :P

    @Lorhkan
    Oui j'ai vu ça en zieutant sa bibliographie (sauf que je situe pas du tout "Un cantique pour Leibowitz" mais rien de grave xD)

    @Baroona
    Je pense que je prendrais Meucs lors de ma prochaine expédition à la bibliothèque ^^

    RépondreSupprimer
  5. L’ambiance que tu décris me fait penser à DW, mais c'est peut-être moi qui suis un peu obsédée en ce moment...Les nouvelles ont l'air assez drôles en tout cas ! :-)

    RépondreSupprimer
  6. @JainaXF
    La comparaison n'est pas complètement déplacée, je n'aurais aucun mal à imaginer Wilson Wu avec la tête d'un des Doctor xD

    RépondreSupprimer
  7. "termes barbares comme « adjacence méta-euclidienne néotopologique », c'est absolument délicieux comme contraste." surtout après une grosse journée pourrie de taff, il doit y avoir un côté un peu fou aussi... x)
    intéressant, je note !

    RépondreSupprimer
  8. @Raven
    Des fois je lis le même genre de barbarismes dans les mémoires des étudiants qui rentre à la bibliothèque, sauf que c'est beaucoup moins drôle quand il faut les indexer xD

    RépondreSupprimer
  9. Ma petite Vert, merci de ta participation au JLNN !! Bilan en fin de semaine !!

    RépondreSupprimer
  10. @Lune
    J'aurais pu participer encore plus si j'avais vidé toute ma PàL mais bon :D
    Je guette le bilan, j'ai hâte de voir le tableau des scores !

    RépondreSupprimer