vendredi 15 juillet 2011

Sally Lockhart - Philip Pullman

Ca faisait un bon bout de temps que je n’avais pas lu de Philip Pullman (depuis la Croisée des Mondes en fait, que je relirais bien un de ces quatre d’ailleurs), et je n’avais pas franchement prévu de m’attaquer à sa série des Sally Lockhart. Et puis je suis tombée sur l’adaptation dans laquelle joue Matt Smith (le Doctor, pour ceux qui n’auraient pas suivi), et histoire de faire les choses dans l’ordre, j’ai préféré commencer par lire les livres.

Il s’agit de romans se déroulant à l’époque victorienne, mettant en scène une jeune femme très indépendante pour son époque, Sally Lockhart (qui aime lire les cours de la Bourse et tirer au pistolet), qui se retrouve au cœur d’une sombre affaire suite à la mort de son père. Une fois cette histoire résolue, elle continuera, avec ses amis, à s’attirer les ennuis dans les trois tomes qui suivent.

Ces romans font parfois un peu leur âge (surtout le premier, qui a été écrit en 1985, on ne s’en rend pas compte au départ vu qu’ils ont été traduits il n’y a même pas dix ans en France), mais dès la fin du premier tome, j’étais accro, et les suites se révèlent être de très bon niveau, une littérature jeunesse mais exigeante et riche comme sait si bien en écrire Pullman.

Comme les tomes se suivent mais ne se ressemblent pas, je préfère détailler un peu, mais il ne devrait pas y avoir de spoilers (pas plus que sur les quatrièmes de couverture !).


1. La malédiction du rubis

Comme je vous le disais, ce premier tome est le plus faible du lot. Pas qu’il soit mauvais, mais c’est un roman terriblement classique : la jeune fille orpheline, des sombres mystères qui entourent la mort de son père (qui a vécu aux Indes, pour un peu on se croirait dans Princesse Sarah sauf que Sally n’a pas du tout le même caractère, mais alors pas du tout), un trésor à trouver, et tout ce qu’il faut d’aide providentielle (entre Jim et Fred, y’a de quoi faire).

Ca a un petit côté stéréotypé, mais on trouve quand même quelques points très intéressants dans ce roman. C’est purement personnel, mais j’ai apprécié tout l’univers de la photographie qui y est décrit (via le personnage de Fred), qui m’a semblé extrêmement réaliste, ça fait toujours plaisir de voir quelqu’un s’intéresser au sujet.

Et puis, même si je ne trouve pas les héros forcément formidables (à part Jim, mais je suis complètement biaisée parce que c’est ce personnage que joue Matt Smith dans l’adaptation), j’ai beaucoup apprécié (façon de parler) Mme Holland, qui m’a fichu quelques frissons dans le dos.


2. Le mystère de l’étoile polaire

Le deuxième tome nous fait suivre les pas de Sally quelques années plus tard, alors qu’elle a ouvert un cabinet de conseil en placements financiers. Une de ses clientes se retrouve ruinée suite à la faillite d’une entreprise, et Sally ne peut s’empêcher d’enquêter. De leur côté, Jim et Fred qui se sont reconvertis en agence de détective se retrouvent avec un magicien menacé de mort sur les bras, ce qui n’est pas sans lien avec l’affaire de Sally. La situation va très vite se compliquer.

Outre toutes les références à la photographie qui m’ont une fois de plus enchanter, c’est l’univers en général que j’aime beaucoup, très bien documenté et allant piocher dans tout ce qu’on peut imaginer du XIXe siècle, avec une petite pointe de steampunk même.

L’intrigue est plutôt prenante, avec des passages susceptibles de vous laisser juste choqué devant votre bouquin (Pullman ne ménage jamais ses lecteurs). Et les seconds rôles sont toujours très intéressants et bien peaufinés. Je n’ai pas beaucoup d’atomes crochus avec Sally, mais Isabel Meredith est une figure plutôt marquante.


3. La vengeance du tigre

Sally, jeune mère, risque de se voir retirer la garde de son enfant, sous prétexte qu'un homme complètement inconnu de Sally, prétend être son époux et le père de son enfant, et réclame divorce et garde de l'enfant. La trame narrative est assez surprenante pour un livre classé en jeunesse, d'ailleurs ce troisième tome m’a presque empêché de dormir.

C’est probablement plus une peur d’adulte, mais je vous promets, la première partie de ce pavé de 600 pages peut sérieusement vous coller des angoisses. Voir Sally essayer (désespérément) de garder son enfant tout en voyant le piège se refermer autour d’elle, ça m’a vraiment bouffée.

A un moment je trouvais même qu’on s’éloignait fortement du rayon jeunesse On respire mieux dans la deuxième partie, lorsque Sally arrive à repartir à l'attaque, qui nous fait nous intéresser aux immigrants de Londres et aux mouvements politiques de l’époque (encore une fois je pense qu’il y a un sacré travail de documentation).

La clé du mystère n’est pas bien difficile à résoudre, et la fin un peu facile, mais je vous avoue que vu la dureté du tome, ce retour vers quelque chose de plus jeunesse fait un bien fou. C’est en tout cas pour moi le meilleur tome de la série, même si on regrettera la quasi absence de Jim…


4. La princesse de Razkavie

… D’ailleurs le dernier tome le met à l’honneur, et on y voit à peine Sally. On y retrouve la jeune Adélaïde, perdue de vue dans le premier tome, dans une sombre histoire de complot (encore !) autour de l’Etat de Razkavie, en Europe Centrale, que se disputent l’Autriche-Hongrie et l’Allemagne.

La princesse de Razkavie m’a furieusement fait penser à l’album de Tintin Le Sceptre d’Ottokar. Je ne sais pas si c’est volontaire, mais il y a une certaine similitude entre la Razkavie et la Syldavie (tous deux des pays imaginaires, avec un objet très important pour la royauté, ici le drapeau), d’ailleurs on croise un Ottokar dans l’histoire de la Razkavie !

C’est une lecture plaisante (je me suis beaucoup amusée à tracer des parallèles avec Tintin), toujours très intelligente, sur une époque pas forcément souvent mise en scène, mais après les suées que m’avaient donné le tome précédent, c’est presque une promenade de vacances en dépit des nombreux rebondissements et péripéties.

En fait, c’est plus un tome pour conclure le cycle et le destin des différents personnages. Cependant le personnage de Becky, nouvellement introduit, est plutôt intéressant, et même si on conclue globalement sur un Happy End, la fin est vraiment bizarre, faites confiance à Pullman. Pour un peu je vous aurais mis la toute dernière phrase en citation, c’est une des conclusions les plus étranges que je n’ai jamais lu !

L’adaptation en film

(je vous promets, ceci n'est pas un épisode de DW)

Seuls les deux premiers livres ont été adaptés en téléfilm par la BBC (The Sally Lockhart Mysteries : The Ruby in the smoke & The Shadow in the North), avec Billie Piper dans le rôle-titre. Elle ne m’a pas complètement convaincue dans son rôle, même si elle porte bien le costume d'époque, je la trouve presque trop « féminine », et un peu trop émotive comparé à la Sally du livre qui est dur comme un roc.

Matt Smith, quand à lui, joue le rôle de Jim, ce qui lui va à merveille, même si on le voit que trop peu à mon goût (*siffle*). Il a une bonne bouille dans ces films, et c’est assez marrant parce que même si ce rôle n’a rien à voir avec le Doctor, y’a deux trois gestes qu’il a, ça m’a tout de suite évoqué DW.

En fait c’est une adaptation très fidèle, à quelques détails et raccourcis près (surtout sur le deuxième film dont l’intrigue policière est assez complexe à la base), du coup à part les costumes et les décors, et la présence de Matt Smith bien sûr (qui aime bien les chapeaux dans cette histoire aussi), ainsi que de l'actrice qui joue Molly Weasley dans le rôle de Mme Holland (carrément flippante), elle n’a que peu d’intérêt

CITRIQ

9 commentaires:

  1. J'ai lu le premier tome il y a très longtemps mais je n'ai jamais continué la série. Je la recommencerai peut-être tiens. ^^
    Je me souviens d'avoir bien aimé mais pas plus que ça, contrairement à ceux de A la croisée des mondes qui font partie de mes livres favoris.

    RépondreSupprimer
  2. A te lire je me dis que Pullman, il doit avoir un faible pour les femmes froides et dominatrices... on me dit que ça n'est pas un commentaire à faire pour un livre jeunesse... ;-)
    Bref, je me dis que je vais éviter de mettre ça dans les mains de Fénicina - en plus y'a même pas de magie, laisse-tomber

    RépondreSupprimer
  3. @Luthien
    Le tome 1 est assez quelconque (pour Pullman), moi c'est parce que je suis fada de photo ancienne que ça m'a plu. La suite est bien mieux ^^

    @Fenoire
    Les femmes froides et dominatrices ? C'est pas complètement faux xD. En lisant la série je me suis dit qu'autant ses personnages masculins étaient extrêmement sympathiques, autant les premiers rôles féminins ne sont pas faciles à aimer (j'ai beaucoup de mal avec Sally). Enfin moi j'ai toujours du mal.

    RépondreSupprimer
  4. Un peu comme "A la croisée des mondes", les livres partent d'une histoire "gentillette" pour évoluer vers un récit plus adulte et "difficile". Je trouve ça admirable chez l'auteur (si ce n'est que le soufflet redescend un peu avec le quatrième, moins "adulte", mais quand même).

    Ravie que cette jeune demoiselle t'ait plu. J'avais été moins convaincue par Miss Rose par contre, surtout parce que je ne supporte pas son nouveau zézaiement post-nouvelles dents. Mais je pense l'avoir déjà dit ^_^.

    RépondreSupprimer
  5. Oui on va finir par croire que tu as une dent contre elle
    *sors très loin*

    RépondreSupprimer
  6. Je lis pas tout de suite ton article, car je compte bien lire prochainement cette série (au moins le T1).

    J'adore la photo Matt Smith et Billie Piper par contre :D

    RépondreSupprimer
  7. Ca ne m'étonne pas xD
    (t'as plus qu'à lire, puis à regarder !)

    RépondreSupprimer
  8. J'avais vu le film (passé sur France 4 il me semble, comme la plupart des séries/films de la BBC), j'ignorais qu'il y avait un livre à l'origine. J'en prends bonne note, merci. :)

    RépondreSupprimer
  9. Oui c'était sur France 4 je crois, je me souviens les avoir raté en fait à l'époque. Les livres sont bien chouettes en tout cas :)

    RépondreSupprimer