jeudi 7 août 2014

L'oreille interne - Robert Silverberg


Il y a certains auteurs que j'ai commencé par le mauvais bout de la bibliographie (ou celui le moins remarquable si vous préférez). Heureusement des fois le vent tourne, et après les excellentes Monades urbaines, je découvre avec plaisir un autre Silverberg que j'ai aimé : L'oreille interne, lecture estivale sur le Cercle d'Atuan.

Publié en VO sous le titre Dying inside (mais pour le coup je trouve le titre français très bien trouvé également), ce roman nous raconte la vie de David Selig, un américain télépathe, dont le pouvoir l'exclut de toute vie « normale » depuis sa plus tendre enfance. Sauf qu'avec la quarantaine, son don semble décliner, et il n'est pas facile d'envisager la vie sans.

C'est assez drôle car dès les premières pages, j'ai eu l'intime conviction que si l'auteur n'avait pas été aussi connu pour ses textes de SF, on aurait pu publier ce roman en littérature générale sans grande peine. Je trouve une certaine qualité « littéraire » à ce roman.

Cela vient sans doute des nombreuses références littéraires qu'il contient, mais aussi de sa construction très travaillée. Le récit alterne habilement entre présent et passé, variant sans cesse les modes de narration si bien qu'on ne s'ennuie jamais bien que la vie du héros soit tout sauf folichonne. Au contraire, c'est même très dynamique, ce qui explique sans doute que j'ai lu ce livre en si peu de temps.

Ensuite j'ai trouvé que la télépathie était presque uniquement un prétexte pour explorer la psyché humaine et les relations entre les êtres humains (y'a des choses très intéressantes sur les liens familiaux, les relations amoureuses, etc.). D'ailleurs on est tellement centré sur le personnage de David Selig et sur sa vie que l'élément fantastique semble presque normal.

Il faut dire que l'auteur arrive tellement bien à rendre la lecture des pensées réaliste. On est rarement dans la clarté, plutôt dans le tourbillonnement d'idées qui représente très bien ce que doit tout esprit humain (en tout cas le mien y ressemble, je n'oserais pas parler pour les autres qui sont peut-être mieux ordonnés).

Du coup L'oreille interne est une lecture un peu spéciale, qui sort du lot par rapport au bon vieux roman de SF. On est peut-être pas dans le roman mémorable, mais ce texte a une spécificité qui fait que j'ai vraiment apprécié ma lecture, parce que pour le coup j'ai eu l'impression de lire quelque chose de différent, ce qui ne fait jamais de mal de temps en temps.

CITRIQ

Livre emprunté à la bibliothèque

8 commentaires:

Fánaríë a dit…

où mais c'est que tu n'arrêtes pas de chroniquer des bouquins que j'ai lu le siècle précédent.
étrangement je ne me souviens vraiment que de la fin, il faudra que j'essaye de me raffraichir la mémoire.

Vert a dit…

@Fánaríë
Avec le challenge de Morwenna je pense que j'ai pas fini d'en déterrer des trucs que tu as potentiellement pu lire au siècle précédent ^^

Lorhkan a dit…

Ah si, pour moi on est vraiment dans le roman mémorable ! J'ai adoré, dévoré ce roman du début à la fin.
Tellement bien écrit (quelle maestria dans la construction narrative !), tellement bien raconté, c'est puissant et humain. C'est beau.

Je serais curieux de savoir quelles ont été tes mauvaises expériences avec Silverberg... ;)
De mon côté, quatre romans, quatre réussites (au moins) !

Cornwall a dit…

J'ai essayé le dernier chant d'oprhée et j'ai lâché l'affaire et j'ai un pote ( on l'a acheté ensemble le même jour) qui n'a pas réussi non plus à le lire. Donc j'avais également un expérience pas très engageante sur Silverberg.

Shaya a dit…

Il faut que je le tente celui-là, il a l'air chouette, j'aime bien la télépathie !

Vert a dit…

@Lorhkan
Hum je me souviens plus de tous mais je me souviens avoir bien aimé le premier tome de Majipoor et décroché au 2e (mais bon j'aurais mieux fait de le sauter directement je crois), L'homme dans le labyrinthe m'avait déçu, et sinon j'ai eu quelques bien mais sans plus.

@Cornwall
Faut trier je crois ^^

@Shaya
Il est chouette, même ma maman veut le lire du coup c'est dire !

JainaXF a dit…

Il y a des Silverberg que j'ai adorés et d'autres qui m'ont déplus (dont "Les Monades urbaines" pour la fin)...j'avoue que celui-ci ne me tente pas trop, surtout si la SF y est très peu présente et le héros pathétique !

Vert a dit…

@JainaXF
Effectivement dans ce cas passe ton chemin ^^