lundi 20 février 2017

Les enfantômes – Joëlle Wintrebert


Cela faisait un petit moment déjà que j’avais envie de découvrir l’œuvre de Joëlle Wintrebert (la faute à une chronique de Tigger Lilly, même que depuis le temps j’aurais pu emprunter La Créode à la bibliothèque…). J’ai donc profité de la sortie de ce petit recueil numérique (sous une très jolie couverture de Philippe Caza) pour faire connaissance avec elle.

Le recueil Les enfantômes se compose de douze nouvelles issues d’anthologies et de magazines à des époques des plus variées (la plus vieille date de 1984, la plus récente de 2014). Elles ont toutes pour point commun de mettre en scène des enfants que ce soit dans un cadre fantastique ou de science-fiction.


On rencontrera donc un étrange Robin des bois numérique dans Les enfantômes, une jeune fille dotée d’un don de double-vue dans L’œil rouge du coutelier, une enfant élevée dans la jungle dans Bébé Tigre ou encore une adolescente capable de vivre dans l’océan dans La fille-lune.

Cela donne une tonalité assez jeunesse à l’ensemble, bien que seuls deux textes aient vraiment été publiés en littérature jeunesse. D’ailleurs certaines figures d’enfants, comme les protagonistes de La voix du sang et de Victoire ne vous attireront que peu de sympathie.

La lecture de ces nouvelles est plutôt agréable, mais je vous avoue les avoir terminé avec un goût de pas assez. Il manque souvent le petit truc qui fait la différence et certains textes ne sont pas dénués de facilités.

J’ai cependant bien aimé L'oasis (une oasis au cœur du désert où une épidémie frappe les villageois alors que des scientifiques font d’étranges expériences) et Le Don des chimères (un texte très riche qui parle de créatures génétiquement modifiées, d’une scientifique qui vit recluse et de relations mère-fille, entre autres). Ces nouvelles de SF ont un univers fouillé avec de belles idées.

Les enfants du vent est également fort sympathique avec son univers dévasté mais j’aurais aimé que l’histoire soit plus longue, on reste vraiment sur sa faim !

Côté fantastique, c’est Victoire qui me revient, il y a une atmosphère bien noire dans cette histoire. Bébé Tigre aussi me reste encore en tête, avec son rappel douloureux sur le travail des enfants.

Bref Les enfantômes est un recueil sympathique, mais qui manque de textes réellement marquants. Je le recommanderais plutôt à des ados qui seront peut-être moins sensibles à certaines facilités et qui apprécieront mieux les héros.

A noter que l’origine des nouvelles n’est pas indiquée dans ce recueil, ce que je trouve un peu dommage quand comme moi on aime connaître l'histoire de publication des textes. On peut ceci dit assez facilement retrouver leur trace sur Internet (merci NooSFere).

D'autres avis : BlackWolf

4 commentaires:

  1. Je voulais te dire que la couverture était géniale quand tu l'as mise dans la colonne de droite, mais j'avais oublié. Je suis vraiment très fan de cette bestiole. :) Dommage que le recueil n'ait pas été tout à fait aussi marquant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alys
      Ca ne m'étonne pas qu'elle te plaise. Je la trouve très intriguante, ceci dit le rapport avec les nouvelles n'échappe (mais je n'ai peut-être pas relevé durant la lecture)

      Supprimer
  2. Merci d'extirper cette chronique de ce merveilleux recueil que tout le monde devrait avoir lu. Si jamais tu le trouves pas à la bibli je peux te le prêter (mais s'il est en bibli prends le là, rien que par militantisme bibliophile) (je doute qu'il sorte très souvent).
    Ce petit recueil a l'air très chouette en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly
      Il est à Port Royal mais en ce moment je fréquente plutôt la Canopée. Mais il est sur ma wish list depuis ton article et je ne l'ai jamais sorti (alors que plus ça va plus j'efface au fur et à mesure), c'est bon signe ^^

      Supprimer