dimanche 17 février 2013

Le vieux M. Boudreaux - Lisa Tuttle


Si la première nouvelle que j’ai lu sur ma liseuse ne m’a pas laissé un souvenir impérissable, cette déception a heureusement été largement compensée par le texte dont je vais vous parler aujourd’hui.

Le vieux monsieur Boudreaux est une nouvelle de Lisa Tuttle, qui aurait dû être incluse dans l’excellent recueil Ainsi naissent les fantômes (vous ne l’avez toujours pas lu ? Mais enfin, vous attendez la fin du monde ou quoi ? Et bien elle est passée, vous n'avez plus d'excuse). Ecartée de la version papier, il est possible de la télécharger gratuitement sur le site de Dystopia, un excellent moyen de découvrir l’auteur, ou de poursuivre l’exploration de ses écrits.

La nouvelle nous raconte l’histoire d’une femme qui lors du décès de sa mère, revient dans la maison familiale, à Houston, dont elle a hérité. Je n’en dirais pas plus pour préserver l’intrigue.

Une fois n’est pas coutume, j’ai replongé avec plaisir dans l’écriture de Lisa Tuttle. On a affaire à un récit à la première personne (sans que ce soit exaspérant), avec une héroïne féminine, qui tourne autour de l’habituelle question de la maternité (ici prolongée dans une très juste étude des relations mères-filles) qui domine l’histoire.
« J'aimerais tellement pouvoir faire quelque chose. » Elle-même en avait tant fait pour moi. C'était toujours elle qui donnait, quand je me contentais de recevoir.
Je me répète, mais je suis toujours aussi admirative de la capacité de Lisa Tuttle à évoquer tant de choses avec si peu de mots, de façon si subtile. Ses textes résonnent toujours particulièrement dans mon cœur à la lecture, et celui-ci ne fait pas exception.

Il se démarque par son ton, par contre. Si la plupart des nouvelles de Lisa Tuttle sont angoissantes voir terrorisantes pour certaines, Le vieux monsieur Boudreaux est un texte très doux, nostalgique, où le fantastique est présent, certes, mais absolument pas l’horreur.

C’est une facette de l’auteur qu’on ne rencontre pas souvent (je me souviens que d’un seul texte assez similaire dans Le nid), et qui est tout aussi intéressante que son côté plus sombre. Raison de plus, une fois encore, pour continuer à explorer son œuvre.

7 commentaires:

  1. J'ai hâte de découvrir cette auteure ^^

    RépondreSupprimer
  2. @Endea
    Il faut que t'y mettes vite ^^

    @Lune
    Tout comme moi ^^

    RépondreSupprimer
  3. C'est grâce à Lune que j'ai découvert Tuttle... via cette nouvelle. J'espère bientôt lire son recueil, je pense que cela ne peut que me plaire. J'aime la façon dont elle a de raconter et parfois ces valeurs ou idées qu'elle donne à demi-mot.

    RépondreSupprimer
  4. Moi aussi ça m'épate tout ce qu'elle arrive à dire avec si peu de mots ^^

    RépondreSupprimer
  5. Sur la liseuse aussi, faut que je le lise -_-

    RépondreSupprimer
  6. Bah oui, lâche un peu les romans pour lire une petite nouvelle :P

    RépondreSupprimer