mardi 22 mai 2012

Les tambours de Pern - Anne McCaffrey


Le problème avec La Ballade de Pern, c’est que les livres se dévorent. Et ce n’est vraiment pas un euphémisme, ce nouveau volume m’a à peine occupé deux jours, et m’a surtout donné l’occasion de terminer un tome de l’intégrale.

Les tambours de Pern est le dernier tome (pour le moment) rattaché à la série des Harpistes. Il se déroule chronologiquement quelques années après la Chanteuse-dragon de Pern, et nous fait suivre les aventures de Piémur (le tout premier ami de Menolly à l’Atelier de la Harpe) lorsque sa voix qui mue l’oblige à changer de carrière.

A la première lecture, ce tome m’avait énormément déçu dès les premières pages. Il faut dire que je m’attendais à retrouver Menolly comme d’habitude, et en fait pas du tout. J’ai donc passé ma frustration sur Piémur pendant tout le volume !

Cette fois-ci, j’étais un peu mieux préparée, j’ai donc plus apprécié l’histoire. Piémur est un personnage plutôt marrant, plein de vie, sensible et intelligent. Et comme tous les ados il a le don de se fourrer dans les ennuis pas possibles !

Ceci dit si la lecture est plaisante, ce tome a un léger parfum de remplissage, car à l’exception de la cérémonie de l’Empreinte au milieu de l’histoire où il se passe quelque chose d’important, le reste de l’intrigue n’apporte pas grand-chose.

Tout au plus on l’occasion de voir les Harpistes jouer aux espions et Robinton montrer son génie manipulateur (dans un autre roman, il aurait pu être génie du mal ce type),et de faire une balade sur le Continent méridional.

J’ai d’ailleurs eu le temps de me poser des questions sur la reproduction des dragons et des lézards de feu. Au rythme où les pontes ont lieu, et sachant qu’ils semblent avoir la vie très longue, Pern ne risque-t-elle pas d’être submergée à terme ?

Bref, trêve d’interrogations sur la cohérence de l’univers, je vais plutôt me plonger dans la suite, Le Dragon blanc, avec lequel on revient plus franchement dans l’intrigue principale.


CITRIQ

6 commentaires:

  1. Je suis assez d'accord avec toi même si je classerai sans arrière pensée tout l'arc des Harpistes en série de remplissage.
    Néanmoins, Piémur tombe un peu comme un cheveu dans la soupe dans le Dragon Blanc d'après mes souvenirs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est un peu bizarre, parce que je me suis rendue compte que j'avais interverti les Tambours et le Dragon blanc dans mon ordre de lecture (le dragon blanc a été écrit avant), mais sans les Tambours, Piémur fait figure de parachuté dans le Dragon blanc. A se demander si les tambours n'a pas été écrit avant tout de même...

      Supprimer
  2. Je viens tout juste de le lire, et j'ai été surprise par le fait qu'on suit Piemur et non pas Menolly dans ce tome, mais j'ai bien aimé quand même, Piemur est un personnage attachant. Et puis il faut dire qu'ayant déjà lu (et relu) la saga principale, j'aime bien explorer la vie des habitants de Pern et en savoir plus sur les personnages secondaires, je trouve ce côté de la série très sympathique^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sympa dans une certaine limite, dans mon souvenir à certains moments ça vire à la répétition. Mais ce n'est pas le cas pour le moment, heureusement ^^

      Supprimer
  3. Il ne fera pas partie de mes préférés de la Ballade de Pern, trop de similitudes avec l'histoire de Menolly et rien de neuf. Cela dit il se lit bien, comme les autres. Il est juste moins passionnant. J'ai hâte de démarrer le Dragon Blanc, retrouver j'espère F'Lar, Lessa et les autres chevaliers dragons !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si ça peut te consoler, c'est utile de le lire sous peine de ne rien comprendre quand on retrouve Piémur par la suite :D

      Supprimer