samedi 26 mai 2012

Les Hauts de Hurlevent - Emily Brontë


Comme j’étais partie sur ma lancée, j’ai continué mon exploration de l’œuvre des sœurs Brontë avec les Hauts de Hurlevent, unique roman d’Emily Brontë. Et il était grand temps que je mette le nez dedans.

Cela n’a absolument rien à voir avec le fait qu’il s’agit du livre préféré de Bella et Edward (désolé ça m’a traumatisé de tomber là-dessus en cherchant une couverture pour illustrer mon article), les Hauts de Hurlevent trottent dans un coin de ma tête à cause de Daniel Pennac.

Lorsque j’étais plus jeune, j’aimais beaucoup sa série des Kamo, et notamment L’agence Babel, où Kamo prend une correspondante pour apprendre l’anglais. Je n’en dirai pas plus, mais quiconque a lu ce livre comprend mieux pourquoi ça m’intéressait de lire les Hauts de Hurlevent.

Bon ceci dit, autant j’ai apprécié ma lecture de Jane Eyre (et de mettre le roman en parallèle avec l’Affaire Jane Eyre), autant la rencontre ne s’est pas franchement faite pour les Hauts de Hurlevent.

C’est un texte étrange, halluciné, l’histoire d’un lieu, qui relèverait presque du manoir de film d’horreur (ces fameux Hauts de Hurlevent), et de ses occupants, tous plus fous les uns que les autres. C’est l’histoire tortueuse de Catherine et de Heathcliff, et de leurs descendants.

J’ai bien senti que ce roman avait quelque chose de grandiose (la préface est assez éloquente à ce sujet, et les détails qu’elle pointe du doigt sont tout à fait pertinents), et c’est vrai qu’il s’agit d’un texte atypique. Mais ce roman n’a pas vraiment trouvé sa place dans mon cœur. Je crois que j’ai trouvé tous les personnages détestables au possible, ce qui n’aide pas.

J’ai profité d’un après-midi de transport pour le finir (j’avais eu la bonne idée d’égarer ma carte d’identité dans une salle d’examen, j’en ai été quitte pour un aller-retour de 3h !), et entre la chaleur, les voyageurs exaspérés dans les transports et le bouquin en lui-même, j’ai fini l’après-midi complètement névrosée !

Bref, je comprendrais désormais les références à Heathcliff, mais personnellement on ne pourra pas dire que ce roman a changé ma vie. Me reste Agnès Grey (de Anne Brontë) à lire dans mon intégrale, je verrais bien si je trouve un peu de temps pour le lire.

11 commentaires:

  1. Ahah je suis tombée sur le même bandeau commercial que toi ;)
    Purée les personnages détestables ? Han, comment vais-je faire, moi qui adore les zombies, c'est mal partie (comment ça, je ne devrais pas faire une telle comparaison ?)
    Je ne l'ai toujours pas lu, mais je l'ai bien dans ma bibliothèque avec une très belle couverture et MP.
    Olya a d'ailleur la même édition que moi ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle est trop jolie cette édition *_*
      (sinon c'est pas franchement des zombies, menfin finalement la comparaison avec Twilight est pas volée, à part que c'est bien mieux écrit et que ça date du XIXe, les persos sont aussi chiants que Edward et Bella à leur façon :D)

      Supprimer
  2. Ben tu me rassures, ça a été pareil pour moi: après avoir lu "Jane Eyre" ado, je me suis souvenue de mon livre préféré de la série des Kamo et j'ai essayé de lire celui-ci. Gros échec cuisant, je n'ai pas du tout accroché. Et je n'ai plus retenté depuis. Je l'ai vu en film à un moment ou à un autre, et ça ne m'a pas du tout marquée... Du coup, je n'ai pas lu "Agnes Grey" non plus, alors que je l'ai.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Copine de Kamo :D
      Je vais tenter Agnès Grey juste parce qu'on parle de Anne Brontë dans le Cercle des amateurs d'épluchures de patates (la lecture par références, y'a que ça de vrai ^^)

      Supprimer
  3. C'est vraiment marrant ton commentaire sur Bella et son livre préféré car j'ai au parlé aujourd'hui !!! Je ne m'en rappelais même pas, cela dit j'ai vite évacué par mal de trucs de Twilight, xD
    Je préfère ta référence à Pennac bien sûr ^^ Et sa série des Kamo c'est tout simplement excellent !

    Il faudrait tout de même que je le lise un jour ce livre, c'est tout de même un classique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A vrai dire j'avais un peu oublié, mais maintenant je suis sûre que Edward se compare à Heathcliffe à un moment (ce qui lui correspond à tout à fait *siffle*). Bref oui c'est un classique, menfin il est pas évident je trouve.

      Supprimer
  4. Je l'ai lu il y a quelques temps, et je me souviens avoir eu du mal aussi. Je l'ai dans ma PAL à relire pour me rafraîchir les idées (et moi aussi j'ai vu cet horrible bandeau de pub dans les librairies, si je ne connaissais pas d'avant Twilight ça m'aurait fait fuir pour ma part^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut voir le côté positif, ça a peut-être amener tout un tas de midinettes à lire un grand classique de la littérature anglaise :D

      Supprimer
  5. Han tu me brises le coeur (comme ça --> </3 ). Je sais pas si c'est parce que je suis super sensible ou parce que j'étais naïf à l'époque mais ce bouquin (qui n'a pas changé ma vie quand même) m'a bien émmotionné. Un gros coup de coeur.
    Le truc c'est que, à l'image de l'auteur, les personnages n'ont aucune retenue face à leurs sentiment, y'a pas de demi-mesure, c'est de la passion du début à la fin. Et c'est super violent. Moi ça m'a impressionné je pense.

    Quant au bandeau publicitaire ça m'a énormément fait rire, j'ai trouvé ça du plus mauvais goût, mais pareil j'me suis dit que ça ferait lire des classiques anglais :D
    D'ailleurs, je vous recommande l'essai de Virginia Woolf pour les courageux : Une chambre à soi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que tu décris bien le principe du roman, mais du coup si on accroche pas au côté passionné, on a du mal à rentrer dedans (c'est mon cas, ce genre de débordement me dépasse complètement xD). Mais je ne doute pas qu'il ait bouleversé (dans le bon sens du terme) tout un tas de personnes ^^

      Supprimer
  6. Bon, autant ne pas argumenter sur les sentiments, car en ce qui me concerne, ce roman a littéralement changé ma vie.
    Mais comme tu le dis, oui, les hauts de hurlevent ont quelque chose de grandiose, et je crois que personne ne saura jamais quoi. Peut-être que si Emily Brontë nous avait fait cadeau d'un autre roman (et elle l'a fait, seulement elle l'a brûlé avant publication), on aurait compris ce que son talent a de si spécial. Il n'en est rien. Mais peut-être est-ce aussi bien que les livres gardent leur mystère?
    Pour le bandeau, tant mieux si il sert à populariser le livre. Mais j'imagine qu'il a hélas déçu nombre de fans de twilight.

    RépondreSupprimer