samedi 16 août 2014

Firefly & Serenity - Joss Whedon

 

L'an dernier, j'avais eu comme vain projet dans le cadre du Summer Star Wars de visionner la série Firefly. Evidemment, je n'ai jamais trouvé le temps, et ce n'est que cet été que j'ai trouvé le temps de me plonger dans ce qui est un sacré OVNI télévisuel tout de même !

Dans un univers aussi futuriste que rétro, les humains maîtrisent le voyage spatial et ont colonisé de nombreuses planètes, mais leurs colonies ressemblent toutes à des petites villes de l'ouest américain où les rixes de saloon sont monnaie courante : improbable mais délicieux, bienvenue dans Firefly !


Notre héros est le capitaine Malcolm Reynold, qui a combattu contre l'Alliance (pas rebelle) et s'est retrouvé du côté des perdants indépendantistes. Il s'est donc reconverti dans le transport de marchandises le plus souvent illégales, ce qui ne l'empêche pas de jouer au chevalier blanc de temps en temps. C'est un peu comme un cousin égaré de Han Solo (enfin quoique vu les cousins que se traîne Han Solo, la comparaison n'est pas idéale). D'ailleurs il partage son goût pour les tas de ferraille, vu l'état du Serenity, son vaisseau (de classe Firefly, d'où le titre de la série).

Son équipage comporte son second Zoe, avec qui il a fait la guerre, Wash, un pilote blond sarcastique (que j'ai appelé Rory tout du long tellement il m'a fait pensé au Rory de Doctor Who), Kaylee, une mécanicienne toute mignonne toute gentille, Jayne, un bourrin qui ne pense à priori qu'à l'argent, et Inara, une euh... courtisane de luxe qui est parfois très utile quand ils ont besoin de jouer une carte un peu prestigieuse.

A ce petit monde s'ajoutent quelques passagers : Shepherd Book, qui comme son titre l'indique est un pasteur (du coup dès qu'on prononçait son nom je pensais à Mass Effect mais sinon je ne suis pas accro), et Simon un médecin qui fuit le gouvernement avec sa sœur River (pas Song) qui a subi tout un tas d'expériences horribles et qui a le chic pour dire des choses qui mettent mal à l'aise.


Comme vous pouvez le constater le petit univers du Serenity est occupé par des gens très différents, qui chacun à leur tour servent parfois de moteur à l'intrigue de l'épisode. Et quand ce n'est pas le cas, il suffit de trouver un nouveau job à l'équipage. Qu'il s'agisse de cambrioler un train ou de transporter des vaches d'une planète à une autre, les opportunités ne manquent pas et rien ne se passe jamais comme prévu !

Je vous l'avoue, au début j'ai eu quelques difficultés à entrer dans la série, sans doute parce que celle-ci a été réalisée il y a douze ans et que cela se sent. Ce n'est pas vraiment l'aspect visuel qui m'a posé problème, au contraire j'ai adoré le côté très cheap de la série, qui donne des effets spéciaux finalement assez intemporels qui rappellent les anciens Star Wars dans l'esprit.


C'est plutôt au niveau de la construction des intrigues que cela se sent : les histoires sont finalement très simples, pas forcément liées entre elles (il y a bien quelques personnages récurrents et un vague fil rouge mais ça reste assez léger), et du coup c'est le genre de série qui se regarde en faisant autre chose à côté.

Cependant j'ai beaucoup aimé l'univers, avec son ambiance assez proche de Star Wars, les aliens en moins. Et dans l'ensemble je me suis bien amusée : la série déborde de situations cocasses (l'épisode Jaynestown est mon préféré dans le domaine) et de répliques qui fusent. Et même si les intrigues sont parfois simplistes, la façon dont elles sont racontés ne le sont pas pour autant, il y a même quelques jolis effets au niveau de la réalisation.

Du coup sans être un chef d'oeuvre (je l'aurais vu il y a dix ans, j'aurais peut-être grave kiffé), Firefly est une série sympathique à voir pour son atmosphère pour le moins unique. La série n'a pas vraiment de fin (elle a été arrêtée trop tôt pour cela), mais un film permet de conclure les intrigues laissées en plan. D'ailleurs à ce sujet...


Attention à ne pas confondre ce film de deux heures avec le pilote de la série, qui porte exactement le même nom et dure presque aussi longtemps. En même temps l'aspect visuel suffit à comprendre qu'on s'est trompé !

Serenity reprend grosso-modo l'histoire là où elle s'était arrêtée, et lance un agent de l'Alliance à la poursuite de River Tam, pour l'empêcher de dévoiler un secret terrifiant qu'elle aurait pu découvrir lorsqu'elle servait de cobaye aux scientifiques du gouvernement.


Voilà donc l'occasion de ressortir tout le casting pour cette nouvelle aventure, fort riche en effets spéciaux. C'est d'ailleurs la différence de qualité qui m'a le plus choqué en visionnant le film juste après la série : on sent qu'on est passé de la série faite avec trois bouts de ficelles à la grosse production avec de vrais effets spéciaux qui permettent de s'offrir de vraies scènes spatiales. Le résultat est très beau, mais ça ôte presque un peu du charme de la série.


C'est un peu la même chose pour l'histoire. Elle est très intéressante et on ne s'ennuie jamais, mais elle s'éloigne de l'ambiance contrebande dans la bordure extérieure dans laquelle baignait la série, et c'est un peu perturbant (à croire que j'aurais dû attendre pour regarder ce film). Et puis comme tous ces films qui servent de conclusion à une série (comme les derniers films Stargate SG1), on sent tellement la volonté d'en finir que tout semble compressé.

On passe cependant un bon moment (le film est même construit pour pouvoir être vu sans avoir regardé la série à mon avis), on retrouve les mêmes dialogues bien drôles, et visuellement le film est très chouette. Cela permet de finir la série avec une vraie fin, et rien que pour ça il faut voir Serenity.

10 commentaires:

Fánaríë a dit…

Donc j'ai bien fait de la regarder à sa sortie. J'ai un excellent souvenir de cette série, arrêtée malheureusement trop tôt.
Il reste par contre un bon nombre d'interrogations sans réponse, même avec le film : qui est réellement Shepherd et pourquoi est-il devenu pasteur par exemple ...
Fan de Mass Effect ? c'est bizarre je vois plus de références à Dr Who.

Tigger Lilly a dit…

"les histoires sont finalement très simples, pas forcément liées entre elles"
C'est toujours comme ça avec les séries de Whedon. Angel c'est pareil, Dollhouse c'est pareil, les intrigues plus fouillées mettent toujours un peu de temps à arriver, et du coup j'ai été très frustrée que ça s'arrête aussi vite, surtout qu'il avait l'air de vraiment prendre son temps avec celle-là.

Xapur LeMystique a dit…

J'ai découvert cette série aux USA et acheté le film en DVD en rentrant, c'est sympa, une sorte de western dans l'espace avec une bonne dose d'humour !

Shaya a dit…

Tu as bien fait de regarder ! Cette série est franchement même si effectivement, on n'a pas vraiment d'intrigue principale ^^ Pis Kaylee, quoi ! Son personnage est vraiment chou ^^

Lorhkan a dit…

Toujours pas vu pour ma part, mais la série et le film restent dans ma PAV (pile à visionner) ! :D

Baroona a dit…

Ça fait des années que je dois la voir. Va savoir pourquoi ce n'est pas encore arrivé (la peur d'être frustré ?). Mais ça arrivera. ^^

Karine:) a dit…

Quand la série s'est arrêtée, j'ai failli faire une grève de la faim! Je l'ai rachetée il y a des années mais je n'ai pas encore osé la réécouter. Un peu peur d'être déçue!

Vert a dit…

@Fánaríë
Y'a quelques réponses dans les comics pour le pasteur si j'ai bien suivi. Et sinon j'ai regardé ça entre deux tranches de Mass Effect, alors forcément je faisais des parallèles sans le vouloir xD.

@Tigger Lilly
Au moins je serais prévenue si j'en regarde d'autres de lui !

@Xapur
C'est comme ça qu'on me l'a vendu, un western de l'espace.

@Shaya
Plus gentil que Kaylee c'est pas possible, cette fille est un OVNI ^^

@Lorhkan
Pour un prochain SSW ?

@Baroona
Mais oui, j'y suis bien venue moi !

@Karine :)
Je pense pas qu'on puisse ne pas l'aimer si on l'a aimé au premier visionnage ^^.

JainaXF a dit…

Ravie de voir que tu aies aimée, je fais partie de ceux qui ont adoré la série (le film un peu moins, notamment pour un acte totalement gratuit de Whedon qui fait du Whedon) !

J'adore les personnages, on dirait des PJ (comme souvent avec les séries de Whedon, d'ailleurs) et les intrigues sont simples mais souvent funs et/ou touchantes... le fil rouge serait arrivé plus tard, comme Babylon 5, par exemple, mais c'est vrai qu'on a plus l'habitude des séries qui prennent leur temps !

Vert a dit…

@JainaXF
Il faut reconnaitre que ce n'est pas très rentable s'il faut attendre 2 saisons pour vraiment accrocher le téléspectateur ^^