mercredi 30 juillet 2014

Le peuples des rennes & Le frère du loup - Megan Lindholm


Lorsque j'ai commencé à préparer mon challenge préhistorique, c'était entre autres à cause de ces deux livres, qui m'ont laissé un excellent souvenir lors de leur première lecture il y a quelques années. Une relecture s'imposait donc, pour le plaisir de les chroniquer enfin.

Dans un lieu jamais clairement identifié (Europe ? Sibérie ?), à une époque où s'entrecroisent des cultures qui maîtrisent le bronze et d'autres qui semblent végéter à l'époque de la pierre taillée, nous suivons les pas de Tillu la guérisseuse, et de son étrange fils, Kerleu.

A l'heure actuelle, on aurait certainement diagnostiqué un retard ou une forme de handicap mental chez Kerleu, mais en pleine préhistoire, il passe surtout pour un étrange garçon qui effraye. Comme sa mère ne suit guère les traditions non plus (elle vit seule sans mari), ils vivent comme des parias, jusqu'à que Carp, le chaman de la tribu décide de prendre Kerleu comme apprenti.

Seulement Tillu n'apprécie guère la mauvaise influence qu'a Carp sur son fils (sans parler du fait qu'il a clairement des vues sur elle), et décide un soir de prendre le large avec Kerleu pour reprendre son éducation en main. Leur voyage va les amener à la rencontre du peuple des rennes, des éleveurs semi-nomades, peuplade au sein de laquelle ils pourront peut-être enfin s'intégrer...

Lorsqu'on a l'habitude des grandes épopées de fantasy de Robin Hobb (qui est le deuxième pseudonyme de Megan Lindholm pour ceux qui auraient une ère géologique de retard), il y a de quoi être surpris par cette déviation vers de la fiction historique presque dénuée de surnaturel (à part pour le versant chamanisme). Mais on a tellement peu d'informations sur ces époques préhistoriques qu'au travail de documentation se greffe sans nul doute beaucoup d'imagination sur la période, alors est-on si loin de ça d'un roman de fantasy sur le principe ?

Le peuple des rennes fonctionne un peu comme Le dieu dans l'ombre, sans doute parce qu'il partage la même figure de mère comme héroïne. Du coup soit on fusionne très vite avec Tillu, et on se retrouve à dévorer l'histoire, soit on n'accroche pas et la lecture doit être plus laborieuse. Évidemment moi je marche à fond, autant dire que les pages se tournent toutes seules.

Il faut dire qu'il en arrive des misères, aux héros de ces livres, et j'ai toujours beaucoup de peine pour Tillu, une soigneuse qui soulage les autres mais reste toujours en souffrance. Elle essaye d'élever tant bien que mal son fils étrange (passant par de nombreux moments de découragement, mais malgré tout elle baisse pas les bras alors que n'importe qui d'autre aurait abandonné l'enfant) et se coupe un peu du reste du monde dans ce but, si bien qu'elle a tendance à refuser le contact humain.

Vu les personnes et les problèmes auxquels elle est confronté, on la comprend un peu ! Il faudra bien attendre la toute fin pour que la vérité éclate au grand jour, que les méchants sont punis et que les gentils puissent vivre heureux. Oui pour le coup y'a pas énormément de nuances de gris dans les personnages, mais ce n'est pas très gênant car l'univers en lui-même est très fouillé pour apporter toutes les notes de couleur nécessaires.

Je ne sais pas à quel point l'auteure s'est basé sur des cultures dont on a des traces, mais je suis admirative du résultat : on a l'occasion d'évoquer trois cultures d'avancement technologique différent (la tribu vivant encore clairement à l'âge de pierre, le peuple des rennes qui pratique un élevage très néolithique et enfin les marchands du sud qui sont clairement plus avancés technologiquement vu qu'ils pratiquent le tissage et la fonte du bronze).

Pour chaque culture on a une foule de détails (alimentation, mode de vie, vêtements, coutumes et religion) et tout cela semble très réaliste. La seule chose qui me surprend toujours un peu, c'est la grande connaissance des plantes qui soignent, mais je sais qu'on pratiquait déjà une forme de médecine à ces époques (réduction de fracture, arrachage de dents), alors pourquoi pas ? Ce n'est pas comme si on risquait de trouver un jour des traces qui contredisent cette idée !

Que de qualités donc, pour cette petite duologie (qui pour une fois est une vraie duologie, pas un découpage dû à la traduction) qui nous fait voyager avec plaisir dans les temps lointains de la préhistoire. A lire de préférence pendant ses vacances, pour pouvoir dévorer l'histoire sans s'arrêter !


10 commentaires:

  1. Ta critique donne envie de les lire ! C'est marrant mais je n'avais jamais ne serait-ce qu'eu envie de lire le résumé avant... et pourtant j'adore Robin Hobb :)

    RépondreSupprimer
  2. Héhé, joliment dit que ceux qui ne savent pas que Robin Hobb et Megan Lindholm sont la même personne ont une ère géologique de retard ;) documentation et surtout beaucoup d'imagination... Sont toujours bienvenues si la lecture est fluide.

    RépondreSupprimer
  3. Vert, je ne te remercie pas.
    Me voilà avec deux livres de plus à acheter dès que mes yeux se poseront dessus. (et en plus, Robin Hobb sera à Trolls & Légendes 2015 ! MOUAHAHAHA *hystérique*).
    Voilà.

    RépondreSupprimer
  4. @Boo
    De toute façon faut pas lire les 4e de couverture, je les ai relues par hasard l'autre jour, c'est des horreurs xD.

    @Acr0
    Forcément c'est fluide, j'ai encore jamais lu un Robin Hobb qui ne le soit pas ^^.

    @Doris
    Je crois qu'il existe aussi une jolie intégrale en un seul volume (comme ça tu peux remercier, ça ne fait plus qu'un livre à acheter :P)

    RépondreSupprimer
  5. Houuuh trop contente que tu aies re-aimé et que tu aies toi aussi jugé qu'il avait sa place dans le SFFF au féminin. J'ai toujours un peu peur de lire les avis des autres sur un livre que j'ai aimé donc je suis "rassurée". :) Tu mets bien le doigt sur ce qui le rend aussi passionnant et crédible.

    RépondreSupprimer
  6. @Alys
    Bah de toute façon rien que vu le nom de l'auteur, ça justifie pratiquement un classement en SFFF au féminin ^^

    RépondreSupprimer
  7. J'ai toujours eu un terrible pressentiment pour cette série, l'impression que je ne vais pas accrocher. =/
    Je vais peut-être essayer de le tenter pour le challenge sur la base d'un "Peut-on être déçu quand on part perdant ?" ^^

    RépondreSupprimer
  8. @Baroona
    J'aime bien ton idée de challenge, ça collerait à merveille avec mon visionnage de Frozen hier soir (qui pour le coup a été une bonne surprise).

    RépondreSupprimer
  9. Je les ai lus et je les avais vraiment aimés (en même temps, à part "The Soldier Son Trilogy, j'ai tout adoré de cette auteure !) ! Tu me donnes bien envie de les relire pour le plaisir et pour les chroniquer à mon tour...

    RépondreSupprimer
  10. @JainaXF
    Ca te ferait une autre participation au challenge en plus, mais moi je dis ça, je dis rien :P.

    RépondreSupprimer