samedi 6 juillet 2013

Doctor Who : The Angel's Kiss & Summer Falls


La littérature dérivée est une manière fort agréable pour le fan de poursuivre l'aventure avec les héros de sa série favorite, mais c'est aussi un investissement qui revient cher, prenant vite de la place (et accessoirement la poussière, on relit rarement ce genre de texte).

C'est typiquement dans ce domaine que le numérique se révèle un virage plus qu'appréciable en résolvant tous les problèmes de coût ou de stockage. Quand en plus cela permet de sortir des curiosités comme celles dont je vais vous parler, difficile de trouver encore des raisons de se plaindre !

En effet les deux grosses nouvelles (d'une soixantaine de pages chacune) dont je vais vous parler sont deux livres imaginaires. Enfin plus précisément, ce sont deux livres inventés de toute pièce dans des épisodes de Doctor Who, et qui ont ensuite été publiés « en vrai » pour la modique somme de deux euros chacun. Le concept en soi est délicieux, et le résultat est fort agréable à lire.


The Angel's Kiss : A Melody Malone Mystery

La première nouvelles est en fait un semi-mensonge, puisqu'il ne s'agit pas à proprement parler du livre que l'on voit dans l'épisode The Angels take Manhattan, mais d'une prequel à l'épisode qui raconte les aventures de River à New York avant l'arrivée du Doctor et des Pond.

Cela m'a un peu déçue sur le coup, mais il vrai qu'il aurait fallut un auteur sacrément virtuose pour arriver à pondre ce qui devrait en fait être la novélisation de l'épisode tout en gardant un ton roman noir complètement innocent.

Nous retrouvons donc River qui enquête sur la présence d'anges pleureurs à New York sous l'identité du détective Melody Malone. L'histoire est racontée à la première personne, et c'est délicieux à lire tellement on reconnaît River dans les mots. Rien que la biographie de l'auteur vaut son pesant de cacahuètes :
« Melody Malone is the owner and sole employee of the Angel Detective Agency in Manhattan. She is possibly married but lives alone usually, and is older than both her parents. Sometimes.
Why not visit her website ? Ah – probably because the internet hasn’t been invented yet. Sorry, Sweetie. »
On est bien évidemment dans la parodie de roman noir années 30 (avec une sympathique intrigue qui tourne autour du cinéma et des stars de l'époque), le tout relevé d'une large dose d'humour et de quelques remarques en apparence innocentes...
« ‘Let me through – I’m a doctor.’
My heart beat a little faster, and I lingered just long enough to be sure he’d used the indefinite article. But the man was short and bald and rather ugly – not at all like any Doctor I’d consult. I hope. If ‘consult’ is the right word. »
 ... qui sont bien évidemment de monstrueux clins d'oeil !
« ‘“Complicated” is my middle name.’ Actually, it’s not my middle name – any more than Malone is my last name. Whether Melody is really my first name is, well, complicated. »
Bref une sympathique introduction rigolote à un épisode ô combien triste, qui s'avère être la seule apparition de River en dehors de la série télé à ma connaissance.


Summer Falls by Amelia Williams

Aperçu dans l'épisode The Bells of Saint John, Summer Falls est une sorte de conclusion à l'histoire des Pond, puisqu'il s'agit d'un livre jeunesse écrit par Amy après qu'elle ait quitté définitivement le Doctor.

Il s'agit d'une histoire à connotation fantastique qui nous emmène sur les traces de Kate, une jeune fille dans les années 50 qui vient d'emménager dans une petite ville du bord de mer. Alors qu'elle explore la ville, elle fait la connaissance d'un bien étrange personnage, The Curator :
« ‘I’m between names at the moment.’ The man looked sheepish. ‘I am having a holiday from them.’ »
L'histoire est assez classique (l'héroïne acquiert un objet qui va déclencher un événement, et ensuite elle se retrouve à résoudre le mystère et sauver tout le monde), mais on y reconnaît résolument la « patte » d'Amy dans cette héroïne très déterminée qui semble assez souvent frustrée d'être coincée à cette époque :
« How annoying. If only, she thought to herself, she had some kind of device that would fit in her pocket and take pictures and show them on a screen. Perhaps, she thought, she’d get around to inventing one. »
Le personnage du Curator est un véritable délice. Fêlé comme il se doit, il y a comme un air familier dans ses répliques :
« ‘Don’t you like it here ?’ The Curator sniffed. ‘How odd. The 1950s aren’t that bad, and this is a charming town. The kind of place you want to settle down and open a little shop with an e. I love a little shoppe. Have another scone.’ »
Ce mystérieux conservateur de musée dispose accessoirement d'un compagnon chat lui aussi absolument délicieux, qui vaut bien le chat de Coraline lorsqu'il se met à faire la conversation :
« ‘How can I speak cat ?’
The cat yawned, considering. ‘It would be better to say that I can speak human. Next.’ »
Une très bonne surprise donc que ce Summer Falls, qui se lit avec beaucoup de plaisir et qui déborde de répliques clins d'oeil en tout genre au Doctor.
« ‘Magic?’ Barnabas shrugged. ‘Why not ? Magic is cool.’
‘But there has to be a rational explanation.’
‘Oh there is,’ Barnabas led her out of the cave and back to the shore. The frozen sea stretched before them. ‘But a rational explanation is rather complex. We’re dealing with a psycho-temporal entity manifesting through a critical mass of its sentient shell… um. Magic sounds more fun.’ »

4 commentaires:

  1. Intéressant !

    C'est bien qu'ils aillent jusqu'au bout en publiant ce genre de choses. Après c'est clair que ce sont des histoires pour les fans et que l'accent est mis sur les clin d’œils plutôt que sur la qualité propre de l'histoire (et ce n'est clairement pas un problème à mes yeux, c'est ce qu'on recherche en achetant ces livres, non?)

    Cela me fait penser aux roman de Richard Castle, adaptés de la série Castle. La encore, c'est un sacré parallèle avec la série mais en tant que livre ce n'est clairement pas un chef d’œuvre. Mais ce qui est marrant, c'est de tisser le lien entre les deux supports.

    Peut être que si j'ai un peu de temps je récupèrerais ces deux nouvelles. merci pour la découverte !

    RépondreSupprimer
  2. Oui c'est sûr que les intrigues ne sont pas transcendantes mais comme tu dis, le jeu entre les supports et les clins d'oeil font tout (surtout qu'à 2 euros le texte c'est vraiment pas cher payé ^^).

    RépondreSupprimer
  3. Pour ma part j'ai largement préféré "Summer Falls", la persona adoptée par Melody Malone se révélant atssez vite agaçante à mon goû (même si j'ai bien apprécié les multiples clins d’œil) !

    RépondreSupprimer
  4. @JainaXF
    Elle fait sa River quoi, ça explique sans doute que le Doctor fasse une fixation sur elle dans l'épisode en question ^^

    RépondreSupprimer