mardi 20 décembre 2016

Rogue One : a Star Wars Story – Gareth Edwards


Dès que le film Rogue One a été annoncé, je ne savais vraiment pas à quoi m’attendre. Le pitch me plaisait bien, de même que la présence d’une héroïne féminine. Mais les rumeurs de tournage supplémentaires étaient inquiétantes, et il était difficile de ne pas voir le projet comme une simple machine marketing destinée à vendre des jouets. Une séance de cinéma plus tard, voici mon verdict (sans spoilers).


Rogue One : Star Wars Story est le premier des spin-off Star Wars, des films qui s’intercaleront désormais entre les sorties des épisodes « normaux » pour faire patienter le fan. Pour ce film-là, l’histoire n’est pas totalement détachée de la grande saga puisqu’il met en scène comment l’Alliance rebelle s’est procurée les plans de la première Etoile de la mort, juste avant l’épisode IV. C’est un peu comme si on se retrouvait devant un épisode 3,95 donc.

Point de sabre laser ou de destinée dans cette aventure, mais une bande de héros hétéroclites sans Jedi ni princesse, qui sont tous très abîmés par une vie qui les oblige parfois à commettre des crimes au nom du bien. Inutile de vous dire que le ton est considérablement plus sombre que dans le Star Wars habituel, et qu’on sort complètement du registre du conte et du récit initiatique. Rassurez-vous, il reste cependant des méchants très méchants (avec des capes très classes !), faut pas déconner non plus on est dans Star Wars !

Dès le départ, Rogue One cherche donc à s’affranchir de la grande saga en coupant au traditionnel générique avec texte qui défile au profit d’un flash-back (une première !). Dans le même esprit les noms des planètes sont désormais indiqués à l’écran et on n’a plus les habituelles transitions façon diaporama Power Point. Quant à la musique composée par Michael Giacchino, si elle emprunte parfois certains thèmes qu’on connaît elle prend elle aussi son indépendance.


Le film ne coupe pas tous les ponts pour autant : il offre un excellent prologue à l’épisode IV et multiplie les références plus ou moins pointues, qui peuvent concerner Un nouvel espoir ou les séries animées. On croise ainsi des personnages familiers mais aussi des concepts fort obscurs comme les Gardiens de Whills (que seuls les fans ultimes dans mon genre replaceront je pense).

A la différence du Réveil de la Force qui était parfois un peu lourd dans ses références, Rogue One sait les introduire de façon subtile : elles ne s’accumulent pas comme autant de trophées et on peut passer à côté sans peine (sauf peut-être pour le personnage de Saw Gerrera qui m’a semblé un peu obscur sans le contexte des séries animées).



Pour le reste, on trouve dans Rogue One tout ce qu’on est en droit d’attendre d’un Star Wars (sauf des Jedi, vu qu'ils sont tous morts !) : il y a de l’action bien sûr (à un rythme supportable), mais tempérée de quelques moments de calme pour poser des personnages et donner à voir la désunion de la Rébellion ; on visite plein de planètes et on rencontre plein d’aliens bizarres (dommage qu’il n’y en ait aucun dans l’équipe d’ailleurs) ; il y a même un droïde cynique qui pourrait faire concurrence à HK-47 avec ses vannes.

Les effets spéciaux en mettent également plein la vue. Rien d’étonnant en soit pour un space-opera, même si ici la partie la plus spectaculaire est pour moi l’incrustation de personnages de l’épisode IV. Le résultat est bluffant, et contribue à vraiment renforcer le lien entre les deux films.

(par contre ça soulève quelques questions morales, mine de rien on n’est pas loin du roman Remake de Connie Willis !)


Certes on pourra reprocher à Rogue One quelques passages un peu bâclés (des scènes coupées peut-être ?), des personnages qui auraient gagné à être développer pour que leur association soit moins artificielle et une musique qui n’arrive hélas pas à la cheville de John Williams même si j'attends de la réécouter pour fixer mon avis (cependant j’ai été bien plus convaincue par le Jupiter Ascending du même compositeur).

Mais ces quelques défauts n’empêchent pas de passer un excellent moment de cinéma. Rogue One est sans aucun doute une machine marketing, mais cela n’a nullement empêché son réalisateur d’y mettre tout son cœur et d’en tirer un film plus qu’honnête, et même carrément plaisant. Je ne sais pas s’il restera autant dans les mémoires que d’autres films de cet univers, mais en tout cas j’en suis ressortie bien plus satisfaite que de l’épisode VII qui doit faire ses preuves lors d’un prochain revisionnage !

13 commentaires:

Elessar a dit…

Assez d'accord avec ton avis ^^
C'est vrai que la musique ne m'a pas marqué. Autant pour le 7 il y avait quelques uns des nouveaux thèmes qui me restaient en tête, autant là, rien du tout. :-/

Fánaríë a dit…

Très bonne surprise par rapport à l'année dernière.
Juste deux regrets, l'absence de John Williams à la baguette et les personnages de synthèse, qui piquent parfois un peu les yeux.

Vert a dit…

@Elessar & Fánaríë
C'est sûr que Star Wars sans John Williams, c'est pas évident à accepter ! Limite on accepte plus facilement l'absence de générique ^^.

lutin82 a dit…

Les avis sont finalement assez divergeant.... Je vais sans doute pas me précipiter tout de suite. Merci pour cette critique positive.

Escrocgriffe a dit…

Parfaitement d'accord avec cette critique, pour moi le film fait oublier ce fade épisode VII... Gareth Edwards a vraiment fait du beau boulot !

Tigger Lilly a dit…

C'était top !

bizzetmiel a dit…

Je vais chipoter mais il y a un micro passage durant lequel un sabre laser est utilisé :D
Je n'avais même pas réalisé qu'on n'avait pas eu l'habituel défilé de texte de départ, mazette =

Vert a dit…

@lutin82
Même si ce n'est pas un chef d'oeuvre je pense que tu devrais passer un bon moment ^^

@Escrocgriffe
Tout à fait, c'est d'autant plus étonnant que je m'attendais vraiment à un service minimum sur ce film.

@Tigger Lilly
N'est-ce pas ^^

@Bizzetmiel
Ca reste anecdotique par rapport au reste du film (c'est presque gratuit comme passage d'ailleurs xD).

Alys a dit…

J'ai hâte. :)

Shaya a dit…

IL était bien cool lui :)

Vert a dit…

@Alys
J'espère que tu as pu le voir du coup ^^

@Shaya
Toutafé !

Alys a dit…

Enfin vu hier. J'ai beaucoup aimé malgré quelques faiblesses. Je suis assez fan des combats désespérés ^^ (même si ici on ne parle que d'espoir, mais bon tu vois).

Vert a dit…

@Alys
Oui c'est sûr qu'ils partent pas gagnants dans ce film ^^.