samedi 10 décembre 2016

Fleurs au creux des ruines – Chloé Chevalier


Après avoir bien apprécié Véridienne et Les Terres de l’Est, les deux premiers tomes des Récits du Demi-loup, j’ai assez logiquement eu envie de poursuivre l’exploration de ce bel univers de fantasy bien construit. Je me suis donc jetée sur ce recueil de nouvelles sorti le mois dernier : Fleurs au creux des ruines.

Composé de quatre nouvelles inédites, ce petit livre nous plonge dans le passé du Royaume du Demi-loup, bien avant la naissance des héros que nous connaissons. L’occasion de découvrir comment s’est construit le royaume et quels soubresauts ont pu l’animer dans le passé.

On suit donc dans Notre première graine le récit du chef d’une colonie, assiégé dans une ville troglodyte par un certain Aldemar (premier du nom, certainement). Avec L’art ou la viande, on peut ensuite se régaler de la correspondance épistolaire de deux jeunes amoureux dont les routes se séparent alors que l’un s’engage dans l’armée et l’autre dans la voie des arts.

Les deux derniers textes se suivent, en quelque sorte : Lors chantèrent les bêtes est un récit de fin du monde, pas toujours facile à suivre mais néanmoins intéressant, surtout au regard de La tour sous le Gris, sa suite qui met en scène deux adolescents qui se rencontrent dans les marais alors qu’ils cherchent à se nourrir dans un royaume où presque plus rien ne pousse.

Ces quatre nouvelles se lisent avec plaisir, d’autant plus que l’auteure apporte beaucoup de soin à son univers et à ses personnages, tout en alternant comme à son habitude les modes de récits (lettres, récit à la première personne). J’ai bien aimé plonger dans le passé de cet univers et reconnaître ici et là des éléments connus. 

Je regrette cependant de ne pas avoir des souvenirs très frais de mes lectures de Véridienne et des Terres de l’Est, du coup j’ai souvent été perdue. Ca n’en reste pas moins un moment de lecture sympathique quand on a lu le reste du cycle, mais quitte à aller dans le domaine de l'extension d'univers, peut-être que quelques textes plus encyclopédiques façon Appendices seraient les bienvenus pour recoller les morceaux ensemble.

En attendant, ce petit livre est un bon moyen de patienter et s'intègre parfaitement avec les deux romans (sinon par son format) grâce à sa très chouette couverture. Petite remarque par contre à l’attention de la maison d’édition : si la présence d’un sommaire est fort appréciée (alors qu’il manquait à l’appel dans Le sentiment du fer), ce serait encore mieux s’il donnait la bonne pagination !

CITRIQ

4 commentaires:

  1. Hélios et la mise en page, c'est une histoire compliquée ! :D

    A part ça, je pense lire ce recueil une fois que j'aurais lu le tome 2 de la série principale. Tiens, tu ne me ferais pas un résumé du tome 1 ? XD

    RépondreSupprimer
  2. @Lorhkan
    Mais c'est pas compliqué menfin, c'est l'histoire de deux princesses qui ont des suivantes, suite à des histoires compliquées les cinq filles sont élevées ensemble et ça se termine sur des carabistouilles. Voilà c'est plus clair ? :D

    RépondreSupprimer
  3. Heu... Joker ? :D
    Faut que tu développes sur les histoires compliquées et les carabistouilles...;)

    RépondreSupprimer
  4. @Lorhkan
    Faudrait que je me rappelle des détails pour ça xD. Ceci dit de mémoire le tome 2 place suffisamment d'éléments pour que tu remettes les choses en place assez facilement.

    RépondreSupprimer