mardi 17 mars 2015

Birdman - Alejandro González Iñárritu


Birdman est un film que j'ai longtemps hésité à aller voir. D'un côté, je trouvais le pitch alléchant, j'aimais bien la mise en abîme de Michael Keaton jouant un rôle d'ancien acteur de film de super-héros, et j'étais curieuse de voir un autre film de Alejandro González Iñárritu (j'avais trouvé 21 grammes bluffant, même si je serais bien en peine de vous dire de quoi parlait ce film aujourd’hui). Mais d'un autre côté ni la bande-annonce ni les critiques ne donnaient une idée claire du film, et les films oscarisés ne sont pas toujours les plus faciles à apprécier. Mais j'ai finalement tenté l'aventure, et je ne le regrette nullement !

La chance que j'ai eu (et c'est déjà la deuxième fois que cela m'arrive), c'est que lorsque je suis allée voir le film, j'étais en train de lire un livre au sujet très similaire : L'échange de Alan Brennert, qui met en scène (entre autre) un acteur de Broadway. Du coup je n'ai pas vraiment eu besoin d'entrer dans l'univers de Birdman car j'avais déjà une bonne partie des clés pour comprendre cette histoire d'ancien acteur de blockbuster qui cherchait à briller sur les planches à Broadway.

Nous voilà donc parti pour suivre (assez littéralement grâce à la caméra) les pas de l’acteur Riggan Thomson, des répétitions à la première de la pièce qu'il met en scène et dans laquelle il joue. Entre le décor qui se casse la figure, les acteurs qui font leur crise, sa fille avec qui il a une relation difficile, et son passé de célébrité qui le hante (et ce n'est pas une image), les journées sont tout sauf calmes et paisibles.


Le scénario de Birdman est peut-être bien l'aspect du film le plus difficile à prendre à main. L'intrigue en elle-même est linéaire, mais elle a un côté très fragmenté à force de sauter d'un personnage à l'autre, si bien qu'on a plus l'impression de visiter une sorte de portrait d'un lieu et ses habitants que de progresser réellement vers quelque chose.

L'histoire a en plus la méchante habitude d'estomper les contours entre la réalité et l'imaginaire, entre l'acteur et le personnage qu'il joue, et de jouer des mises en abîme. Bien évidemment il y a ce personnage joué par Michael Keaton (ancien acteur de Batman) qui lui-même est un ancien acteur de film de super-héros, mais de manière générale tout le film s'amuse à brouiller les pistes, à jouer sur plusieurs niveaux (comme notamment quand on entend la bande-originale du film et qu'on croise son musicien au détour d'un couloir).

Du coup soit on accroche immédiatement, et on se laisse promener pendant deux heures, soit on doit vraiment se demander ce que l'on fiche dans cette salle. Personnellement j'ai adoré la balade, qui évoque très bien toutes les contradictions du métier de star où l'on doit être acteur (et doué de préférence), mais aussi avoir de bonnes relations, trouver le temps d'entretenir une vie de famille et une vie amoureuse, gérer sa célébrité (ou sa déchéance). C'est très riche, parfois absurde, et on s'amuse beaucoup des dialogues très fleuris et des situations parfois improbables.


Mais l'histoire ne fait pas tout, car Birdman c'est aussi (et peut-être bien avant tout) une sacrée performance technique. Le film est conçu comme un gigantesque plan-séquence, sans doute pour mieux refléter son sujet, le théâtre.

Bien évidemment on se doute bien que tout n'a pas été filmé d'une traite, mais les coupes sont suffisamment bien camouflées pour faire illusion, et on se laisse emporter par cette caméra qu'on ne quitte pratiquement jamais du début à la fin de l'histoire. Je me doute que le tournage a dû être épique, et qu'il doit y avoir un sacré travail de montage et d'effets spéciaux derrière (d'autant plus impressionnants qu'ils sont invisibles).

Personnellement j'ai donc passé un excellent moment dans la salle de cinéma à savourer ses personnages hauts en couleur et ses scènes improbables, mais je pense que Birdman est un film assez particulier, qui ne plaira pas forcément à tout le monde.

8 commentaires:

asn83 a dit…

Ouais, malheureusement je n'ai pour ma part aucunement réussi à rentrer dans l'ambiance, appartenant ainsi à la catégorié de ceux qui se demandaient ce qu'ils faisaient là.
Tant mieux si toi tu as pu passer un bon moment...

Vert a dit…

@asn83
J'imagine sans peine que ça puisse arriver (je suis allée le voir toute seule mais je sentais les moments où j'aurais entendu soupirer M. Vert s'il était venu xD)

Shaya a dit…

Il est à moitié sur ma liste de films à voir celui-là, le problème, ça va être d'arriver à le caser xD Ca me tente en tout cas !

Vert a dit…

@Shaya
Surtout que s'il n'y est qu'à moitié, j'imagine qu'il n'est pas prioritaire ^^.

Lorhkan a dit…

Une thématiques très riche, une belle étude de caractères, et une réalisation technique tout à fait bluffante et au service du récit. Que demandez de plus ? ;)

Acr0 a dit…

J'ai vu une bande annonce américaine, qui différait beaucoup de celle(s) qui courai(en)t sur la sphère francophone. Donc je ne m'attendais pas du tout à ce qu'il ressortait des chroniques que j'avais lues. Je suis contente de ne pas avoir été au cinéma le voir, je ne suis pas sûre que j'aurais été le public idéal. Je redoute même de le voir chez moi.

Vert a dit…

@Lorkhan
Bien résumé !

@Acr0
Il est pas si redoutable que ça, je pense qu'au pire il est barbant si on ne rentre pas dedans ^^

Acr0 a dit…

Je note :) Je suis intriguée, on verra !