mercredi 23 octobre 2013

Une histoire de la science-fiction (anthologie)



Cela faisait des lustres que cette anthologie errait, incomplète, dans ma PàL (j'ai acheté les premiers volumes quelque part entre 2003 et 2006 à priori). Pour le challenge de Lune, je me suis dit qu’il serait bien d’en profiter pour la dépoussiérer. J’ai donc traquer les volumes qui me manquaient, et je l’ai lue cet été. Sauf que comme j’étais en vacances, je n’ai pris aucune note, et le temps passant… cette chronique risque donc de ne pas rendre hommage à ce qui a pourtant été très bon moment de lecture.

Une histoire de la science-fiction est une anthologie en cinq volumes réalisée par Jacques Sadoul et éditée chez Librio. Le titre est relativement transparent sur le contenu, et avec une dizaine de nouvelles par tome, c’est une très belle ballade à travers un siècle d’écrits de science-fiction que l’on s’offre, pour un prix cadeau.

Les couvertures sont juste génialement kitschs, je sais pas comment leur auteur, Bernard Bitler, est arrivé à ce résultat mais j'adore. Ca me fait un peu le même effet que ces châteaux pseudo-médiévales du XIXe siècle, c'est comme une sorte de vision rêvée avec tous les éléments qu'on s'attend à trouver sans que l'ensemble soit vraiment « d'époque ».

Chaque tome commence par une introduction historique de quelques pages, puis chaque nouvelle est introduite par un petit texte (qui présente généralement la carrière de l’auteur). Sans ennuyer le lecteur lambda, très didactique, Jacques Sadoul arrive à dresser dans chaque volume un portrait relativement fidèle de chaque époque.


Bien sûr il n’a pas pu inclure tous les grands noms (et ce n’est pas plus, ça lui permet aussi de parler d’illustres inconnus qui ont eu leur succès à une époque), et j’imagine qu’un spécialiste pourra discuter en long, en large et en travers de la pertinence de ses choix, mais personnellement j’ai bien apprécié cette promenade historique.

Je trouve qu'on voit très bien évoluer les thématiques et les styles, et quand on a jamais eu trop l'occasion de mettre le nez dans la SF « antique » (à part pour les très grands noms), c'est l'occasion de découvrir de petits trésors au gré des pages.

Tout au plus je lui reprocherais une approche un peu défaitiste, je l’ai senti clairement plus émerveillé par les textes anciens que par les textes récents, et son enthousiasme a légèrement influencé mon ressenti : ce sont les premiers volumes que j'ai préféré.

Ce côté « c'était mieux avant » atteint des sommets dans le dernier tome, consacré uniquement à la SF française, qui semble avant tout mettre en valeur des auteurs ayant abandonné l’écriture ou la science-fiction (à l'exception de Ayerdhal, Bordage et Dunyach, ouf ils n'ont pas tous disparu !).

Mais si on laisse de côté ce dernier tome en demi-teinte (il existe je n'en doute pas de bien meilleurs anthologies sur la SF francophone), Une histoire de la science-fiction est une lecture bien sympathique qui permet de découvrir ou redécouvrir des pépites anciennes.


Il m'est un peu difficile de revenir en détail sur les textes (ça m'apprendra à laisser traîner ma chronique), mais je vais vous parler de trois nouvelles que j'ai beaucoup aimé parce qu'elles parlaient des livres :

L'éclat du phénix de Ray Bradbury (Vol. 2 : 1938-1957, l'âge d'or)
Il s'agit ni plus ni moins de l'ébauche de Fahrenheit 451, avec cette confrontation entre un bibliothécaire et un officier chargé de brûler les livres. C'est très intéressant parce qu'autant le roman est sombre, autant cette nouvelle a un ton presque guilleret (et moqueur) par rapport à l'horreur de la destruction des livres. Ca a été un vrai plaisir de la découvrir en tout cas.

Ado de Connie Willis (Vol. 4 : 1982-2000, le renouveau)
Cela faisait longtemps que je n'avais pas mis mon nez dans un texte de cette auteure, et j'en avais presque oublié à quel point elle pouvait être piquante dans ses écrits. Ado nous fait suivre le travail d'une enseignante pour avoir l'autorisation d'étudier Hamlet avec ses élèves : il faut retirer tous les passages susceptibles d'offenser quelqu'un. S'en suit une très longue séance de censure, hilarante mais qui suscite néanmoins le malaise.

Civilisation 2190 de Gérard Klein (Vol. 5 : 1950-2000, la SF française)
Une équipe de chercheurs du futur font une découverte absolument exceptionnelle : une bibliothèque du XXe siècle pratiquement intacte. Tout cela va grandement les aider à se faire idée de la vie et de la culture de l'époque. J'adore ce genre de texte qui oblige à s'interroger sur toutes les déductions qu'on peut tirer des découvertes archéologiques. Mais je n'en dis pas plus...

CITRIQ

11 commentaires:

Xapur LeMystique a dit…

Hum, prometteur, je vais essayer de trouver quelques tomes...

Baroona a dit…

C'est bien tentant !
Surtout qu'habituellement j'aime bien quand les nouvelles sont accompagnées d'explications et d'informations contextuelles, c'est souvent super intéressant.

Vert a dit…

@Xapur
De mémoire, c'est les tomes 3 et 4 les plus durs à trouver, les autres se croisent souvent (sans aucune explication logique).

@Barrona
En effet si tu aimes le contexte c'est le genre d'anthologie idéale !

Tigger Lilly a dit…

Le concept est vachement intéressant., je me pencherai là-dessus un jour.

Alys a dit…

J'ai quelques recueils de Barbara Sadoul (la femme de ce Jacques, j'imagine) (mais j'ai l'impression de t'avoir déjà écrit ça quelque part?) sur la littérature fantastique et ils sont très bien. C'est très intéressant de lire ce type d'oeuvre!

Vert a dit…

@Tigger Lilly
Je peux même te les prêter (je te ferais une carte d'inscription à ma bibliothèque, tu verras j'ai même un service de portage :P)

@Alys
Oui cette conversation me dit quelque chose xD. La dimension fantastique les sommaires m'attirent un peu moins parce que y'a pas beaucoup d'exemples "modernes" (du coup ça donne un côté un peu daté au genre).

Raven a dit…

rooh les couv'... x)

Endea a dit…

OMG les couvertures effectivement, c'est du grand art ! xD
Sinon le principe a l'air vraiment vraiment sympa.

Vert a dit…

@Raven & Endea
Bah quoi, elles sont juste géniales non ? :D

Lorhkan a dit…

Une collection intéressante. Je débute dans celle des "Livres d'Or", mais celle-ci pourrait bien m'intéresser également !

Vert a dit…

@Lorhkan
C'est le même genre d'anthologie bien fichue en effet... après je me demande si tu ne risques pas d'avoir des textes identiques pour certains auteurs, y'a quasiment aucun inédit dans cette antho.