jeudi 29 janvier 2015

La lisière de Bohême - Jacques Baudou


Lorsque j'ai découvert ce livre dans le catalogue des Moutons électriques à la fin de l'année dernière, j'ai immédiatement voulu le lire... sauf qu'il était pratiquement introuvable. Du coup je l'ai inscrit dans ma liste de Noël, et contre toute attente Maman Vert l'a déniché sans peine dans sa librairie de province, ce qui est limite vexant !

La lisière de Bohême nous emmène en promenade dans une grande forêt, lieu hanté par des légendes, des esprits fantasmagoriques et même une demeure perdue. C'est au cœur de cette forêt qu'un écrivain fait sa retraite pour écrire son nouveau livre, et c'est là qu'une jeune femme va venir le trouver pour éclaircir un des mystères de cette forêt.

Il est difficile de résister à un livre lorsqu'on vous le rapproche de La forêt des mythagos et autres œuvres de fantasy mythique, surtout lorsqu'on tombe sous le charme de la très belle couverture de Melchior Ascaride.

Sur le papier, La lisière de Bohême avait donc tout pour me plaire. Malheureusement, comme cela m'arrive souvent avec les romans pour lesquels j'ai beaucoup d'espoir en amont, je suis passée à côté.

Le problème principal, c'est que j'ai eu du mal à rentrer dans ce roman qui est extrêmement bavard : la majeur partie du récit est constituée de dialogues (voir de monologues) de personnages qui racontent leur histoire ou le fruit de leurs recherches. En soit c'est un procédé parfaitement adapté à cette histoire qui oscille entre récit fantastique et collecte d'histoire locale, mais du coup cela laisse peu de temps pour apprécier l'environnement.

Et je pense que c'est pour cela que la magie n'a pas fait effet (sur moi). Avec le surnaturel qui plane sur l'ensemble de l'histoire, je m'attendais à trouver une atmosphère légèrement magique, juste un peu étrange, à l'image de certaines des œuvres dont les citations ouvrent chaque chapitre, mais il n'y a pas vraiment de descriptions, d'actions ou de réflexions des personnages qui contribuent à cette ambiance.

Il manque quelque chose, et je soupçonne que la très courte taille du roman n'aide pas. D'ailleurs j'ai été assez perturbée que le roman développe deux histoires, mais qu'une reste relativement inachevée à la fin, tout au plus le caractère « légendaire » des lieux est-il expliqué par une pseudo-explication scientifique un peu trop expéditive à mon goût.

C'est fort dommage parce que j'aurais vraiment été ravie de lire ce beau roman de fantasy mythique qu'on m'a promis. L'intrigue n'était pas dépourvue de potentiel, mais le résultat m'a semblé au final un peu bâclé. Certes je l'ai lu sans déplaisir, mais je suis restée sur ma faim tout au long de ma lecture.

Une consolation néanmoins : si le contenu m'a semblé léger, le contenant, lui, est magnifique. La couverture, comme je l'ai déjà dis, est sublime, et l'intérieur du livre est également illustré : les gardes sont magnifiques, et on trouve des petites illustrations en tête de chapitre et dans les marges intérieures qui font qu'on a vraiment un bel objet en main.

CITRIQ

6 commentaires:

  1. Ça ne peut pas marcher à tous les coups !
    En tout cas, c'est bien de voir que parfois la province est meilleure que Paris ! :P

    RépondreSupprimer
  2. @Lorhkan
    Y'a plein de domaines où la province (purée je suis devenue une vraie parisienne à dire ça xD) est bien meilleure que Paris. Par contre j'ai un jour expliqué à ma maman que je vivais à Paris juste pour les bibliothèques spécialisées en SF et les cinémas en VO ^^.

    RépondreSupprimer
  3. Moi je ne sais plus pourquoi je vis ici (à part avoir un salaire) x)
    Honnêtement, une lecture comme ça, j'en ai rien à fiche que l'objet soit beau. Si le contenu m'a déçue, c'est direct adieu, bye bye, sans regret (bon le côté cadeau pourrirait un peu mon groove, mais un livre beau au contenu bof je vois pas l'intérêt ^^).
    Je le lirai pas vu que M.Scylla a pas aimé et toi non plus (on trouve toujours ce qu'on cherche à Scylla ^^)

    RépondreSupprimer
  4. @Lelf
    Tu l'as dis toi-même, c'est un cadeau. Et puis vu les commentaires des collègues, si ça se trouve je pourrais le prêter à quelqu'un qui l'apprécieras plus que moi ^^

    RépondreSupprimer
  5. Je suis moins déçue quand c'est un beau livre : c'est bête, mais j'aime le rendu de ma bibliothèque :$ (et de plus en plus depuis que je me suis mise au numérique, je suis contente d'avoir des beaux livres).
    Donc, pour Lisière, je me suis dit "bof, mais au moins, ça me fait un objet de décoration !"
    (Même avis toi au final, je l'ai trouvé trop léger, et j'ai trouvé le découpage des chapitres... très haché. Et parfois incohérent avec l'histoire :/)

    RépondreSupprimer
  6. @Nariel Limbaear
    C'est important aussi une bibliothèque qui rend bien ^^

    RépondreSupprimer