mardi 20 janvier 2015

La légende de la pierre – Barry Hughart


Il y a quelques années de cela (purée cinq ans !), j’étais tombée sous le charme de La magnificence des oiseaux, étrange chinoiserie mettant en scène un vieux sage spécialiste en mystères insolubles, et Bœuf Numéro Dix, intrépide narrateur toujours utile lorsqu’il faut taper sur quelqu’un. Il était grand temps que je fasse connaissance avec la suite de leurs aventures.

Dans La légende de la pierre, nous retrouvons donc Maitre Li (toujours aussi fou génial) et Bœuf Numéro Dix, qui est depuis devenu son assistant et qui met par écrit leurs aventures (toute ressemblance avec Sherlock Holmes serait purement fortuite, bien sûr). Alors que Maître Li dépérit par manque d’énigme à résoudre, voilà qu’on leur propose d’en résoudre une carabinée.

Dans une abbaye de la Vallée des Chagrins, un moine copiste a été assassiné dans la bibliothèque, alors que les portes étaient fermées. Qui a commis ce méfait ? Comment ? Pourquoi ? Maître Li et Bœuf Numéro Dix vont vite se rendre compte que derrière tout cela se cache une affaire bien complexe, et deux acolytes supplémentaires ne seront pas de trop pour les aider !

Avant d’écrire cette chronique, j’ai relu celle que j’avais écrit pour le précédent tome de cette série, et j’ai été surprise de me découvrir assez critique (comme quoi avec le temps on ne retient que les bonnes impressions), notamment sur le caractère parfois un peu répétitif de l’intrigue.

Il n’en est rien dans La légende de la pierre. C’est une aventure, drôle, savoureuse, pleine de péripéties bizarres et inattendues (parce qu’en Chine ancienne il est facile de jouer le détective rationnel et d’aller quand même faire un tour aux Enfers) et de manière générale extrêmement entraînante.

Je ne suis pas une grande lectrice de romans policiers donc je m’amuse rarement à mener l’enquête en parallèle des personnages, mais j’ai trouvé le mystère et sa résolution bien menée, et j’avoue être restée dans la brume jusqu’à la résolution (sans doute parce qu’on ne sait pas si le surnaturel va ou non s’inviter à la fête).

Tous les personnages sont des joyeux drilles, surtout Maître Li et Bœuf Numéro Dix qui forment un duo très équilibré : si le premier est forcément génial et extravagant, n’allez pas croire que le second n’est là que pour porter le premier et distribuer des tatanes. Il sait aussi mener une enquête et apporte quelques éléments très utiles à l’histoire.

Et puis l’atmosphère a quelque chose de génial : on nage dans une sorte de Chine ancienne rêvée dans laquelle on a du mal à démêler le vrai du faux, le réel du mythe, l’historique du fictif. On dirait un décor en carton-pâte surchargé de dorures, et pourtant il est tellement solide qu’on aimerait le visiter, un délice !

Bref je n’ai trouvé aucun défaut à cette lecture très plaisante et légère. On s’amuse d’un bout à l’autre, et nul doute que je n’attendrais pas cinq années supplémentaires pour lire la suite des aventures de nos deux détectives chinois.

CITRIQ

Et petit plus, La légende de la pierre regorge d’éléments de mythologie (chinoise et pas que), et s’intéresse de près à la construction des contes, et à la façon dont ils se transmettent. Idéal donc quand on participe à un certain challenge sur la fantasy mythique !

8 commentaires:

  1. Je garde plutôt un mauvais souvenir du premier tome, répétitif et ennuyant. Je ne comptais donc absolument pas lire la suite, mais tu me mets le doute : s'il est différent, peut-être est-il meilleur...

    RépondreSupprimer
  2. Oh je suis étonnée de ne pas y voir de répétitions (j'avais les mêmes sensations que toi sur le premier) ; et que ta chronique soit si enthousiaste :)

    RépondreSupprimer
  3. Même si j'aime beaucoup la série ne général, elle n'est pourtant pas exempte de défauts.

    Pour les deux premiers tomes (le 3e tome attend bien gentiment que j'ai 5 min pour me plonger dedans), j'ai retrouvé les mêmes défauts et qualités.

    A savoir un début assez lent et puis au bout de 100/150 pages, l'intrigue démarre en trombe et ne se calme à aucun moment.

    Pour ce second tome, je trouve cependant la résolution de l'ensemble un peu faible, au plutôt un peu moins surprenante que celle du premier tome, à laquelle je ne m'attendais pas du tout.

    Cela reste tout de même un très bon moment de lecture, entre polar et fantastique, comédie et drame teintée d'une connaissance de l'histoire et de la culture chinoise assez pointue.

    RépondreSupprimer
  4. Les 2 tomes sont à la médiathèque, cool, je vais pouvoir les tester, ton article m'intrigue ! :-)

    RépondreSupprimer
  5. @Baroona
    Attends peut-être quelques années pour lire la suite, pour voir ^^.

    @Acr0
    Je pense que je l'ai probablement lu à un moment où c'était vraiment le livre dont j'avais besoin, ça a joué probablement.

    @sam331
    Oui bien sûr y'a des défauts, mais globalement je trouve que c'est une série plaisante à lire.

    @JainaXF
    C'est l'occasion en effet !

    RépondreSupprimer
  6. Han han ça m'intéresse tout ça! :)
    Moi, le moine copiste assassiné, ça me fait penser au Nom de la Rose... :D
    (Je ne veux pas dire par là que je crie au plagiat - ou que j'y vois une référence - même si c'est possible - juste une association d'idées devenue systématique dans mon cerveau ^^)

    RépondreSupprimer
  7. Je suis comme Baroona, je n'avais pas été emballé par le premier tome, du coup je regarde celui-ci d'un oeil circonspect... :D

    RépondreSupprimer
  8. @Alys
    C'est beaucoup plus fantastique que le Nom de la rose ^^.

    @Lorhkan
    Moi j'avais déjà une bonne impression sur le tome 1 alors... sinon y'a toujours l'emprunt ^^.

    RépondreSupprimer