mercredi 11 mai 2011

World War Z & Guide de survie en territoire zombie - Max Brooks

Pour ceux qui n’en ont pas encore marre des zombies, entre deux tomes de Walking Dead, dans les romans qui voguent sur la même thématique, il y a World War Z de Max Brooks, que nous avons lu le mois dernier au Cercle d’Atuan.

World War Z


Ce roman raconte comment l’humanité s’est trouvée confrontée à une épidémie de zombies, et comment elle a réussi, au prix de nombreuses pertes, à en venir à bout. On se croirait presque dans un scénario de film hollywoodien.

Sauf que Max Brooks prend le problème complètement à l’envers en ne racontant pas une grande histoire héroïque mais des fragments de l’évènement collectés ici et là (le début de la maladie, les gouvernements qui paniquent, le repli dans des zones protégées, etc.) aux quatre coins du monde.

La narration est assez originale, puisqu’il s’agit en fait d’un recueil de témoignages de différents protagonistes (médecins, soldats, politiciens, mais aussi des madames tout-le-monde) des quatre coins du monde pendant toute la durée de cette crise zombie.

Cela donne un bouquin qui sonne très « vrai », d’autant plus qu’il colle drôlement à la réalité dans son propos. Quand on souvient du bordel suscité par cette histoire de grippe A, les premiers témoignages de la gestion de la crise zombies ne font même pas hausser un sourcil tellement ils semblent logiques.

C’est assez marrant de voir comment les survivants se retrouvent complètement désemparés, parce que paradoxalement toute la technologie moderne se révèle complètement inefficace contre les zombies. Et c’est la galère pour les survivants qui ne savent ni allumer un feu, ni cultiver leur jardin… Autant dire que si un tel évènement venait à se produire, on serait grave dans la mouise !

World War Z est une lecture plaisante et rafraichissante, mais je trouve qu’elle perd de son charme sur la longueur, car le mode de narration a ses limites. Le fait de sauter d’un témoignage à l’autre finit par se révéler un peu frustrant : on a juste des aperçus rapides, et aucune opportunité de s’attacher aux personnages.

C’est un peu paradoxal, mais je trouve que le livre manque de contenu (finalement il reste très centré sur l’Amérique et l’Asie, les autres continents sont à peine évoqués), mais qu’en temps, il est aussi trop long (la fin surtout, traine en longueur).

Une lecture qui sort de l’ordinaire, pleine d’originalité, mais un peu lassante sur le long terme. Cela ne m’a pas empêché de lire en parallèle l’autre roman de l’auteur sur le même thème :

Guide de survie en territoire zombie


Oui je sais c’est un peu bizarre de surenchérir sur un autre livre de zombie quand le premier se relève légèrement ennuyeux, mais j’aimais bien le concept. Tout est dans le titre, nul besoin de résumé : sur le modèle des guides de survie en territoire hostile, voilà le livre qui vous expliquera comment survivre à une attaque de zombies.

C’est assez drôle à lire, parce qu’il explique vraiment tout de A à Z : quelle arme choisir, les dangers de certains types de terrain, comment barricader sa maison, quelles sont les fournitures essentielles à avoir chez soi.

Quand on lit ça et qu’on analyse son propre domicile, on se dit vite qu’on a pas la moindre chance de survie ! Après tout, qui a chez soit des rouleaux de corde, des arme à feu, ou encore mieux, un bâton shaolin ?

Ce guide de survie en territoire zombie est donc le complément idéal à World War Z puisqu’il apporte notamment des informations sur l’origine des zombies, et permet de s’imaginer ce que faisaient les survivants pour échapper aux zombies.

Ceci dit je lui ferais le même reproche que son confrère roman, il traine en longueur. Je comprends bien la nécessité de faire différentes parties protéger sa maison / fuir / combattre dans un vrai guide (histoire d’aller à l’essentiel), mais pour le lecteur qui lit ça comme un roman, à force les informations finissent par devenir redondantes.

En fait c’est un peu comme si on décidait de lire de A à Z un livre de cuisine, ou mieux encore, l’encyclopédie Faites tout vous-même (le bouquin qu’il faut avoir en cas de fin du monde, il explique aussi bien comment faire de la confiture, fabriquer du shampoing et construire un poulailler, entres autres !).

Et il faut dire ce qui est, la dernière partie, à savoir la liste des épidémies recensées, est vraiment trop longue. Cent pages d’attaques de zombies à travers les âges qui finissent toutes par se ressembler… ne faites pas comme moi, ne la lisez pas, ça vous gâchera moins la lecture.

Bref, c’est une lecture sympathique, un concept original, mais comme World War Z, le livre aurait gagné à être un poil plus court. L’approche réaliste est une bonne idée, mais le problème est qu’à force de faire trop « vrai », ça devient un peu barbant (surtout pour la lectrice que je suis qui aime bien un peu s'évader de la réalité). C’est là toute la difficulté de l’exercice, trouver un juste milieu !

Avis des autres atuaniens
Guide de survie en territoire zombie : Cachou, Iluze

Et en plus, ça rentre dans le cadre du challenge Fins du Monde de Tigger Lilly, je crois même que je passe en catégorie Hiver nucléaire... d'ailleurs si vous avez de bonnes histoires d'apocalypse sans zombies, je suis preneuse, je commence à être gavée là !

CITRIQ

6 commentaires:

  1. Ma foi "La Route" est un très bon livre post-apocalyptique.

    RépondreSupprimer
  2. Déjà lu la Route (pas tant aimé que ça d'ailleurs mais j'ai des goûts bizarres parfois ^^)

    RépondreSupprimer
  3. Y a toute une liste sur le billet du challenge sur mon blog :p

    T'es pas la première qui aime moyen. Je crois que j'aimerai moyen aussi.

    RépondreSupprimer
  4. Bon je remets les commentaires perdus dans l'histoire, des fois qu'ils ne soient pas restaurés xD

    Guillaume44 :
    Ma foi "La Route" est un très bon livre post-apocalyptique.

    Calenwen :
    Déjà lu la Route (pas tant aimé que ça d'ailleurs mais j'ai des goûts bizarres parfois ^^)

    Tigger Lilly :
    Y a toute une liste sur le billet du challenge sur mon blog :p
    T'es pas la première qui aime moyen. Je crois que j'aimerai moyen aussi.

    RépondreSupprimer
  5. Je suis d'accord avec toi, WWZ à un côté très réaliste, mais c'est surtout parce qu'il se penche tout autant sur l'horreur humaine que sur l'invasion de zombie !

    RépondreSupprimer