dimanche 8 mai 2011

Doctor Who 6x03 - The Curse of the black spot


C’est assez marrant comme le Doctor l’annonçait la semaine dernière : « So, this little girl, it's all abouther. Who was she ? Or we could just go off and have some adventures ». C’est vrai ça, pourquoi enchainer de suite, prenons quelques vacances après cet énorme double épisode.

Un signal de détresse, un navire de pirates en plein milieu de l’océan, une sirène qui tue l’équipage, une mystérieuse marque noire… des vraies vacances pour le Doctor non ?

Vous connaissez la chanson, même si je ne rentrerais pas autant dans les détails que pour les deux précédents (ça va un moment les développements en 4 pages quand même…), la suite déborde de spoilers.


Yo ho ho ! Or does nobody actually say that ?

Mettons les choses au point de suite, on quitte le domaine des grands épisodes complexes à la Moffat pour quelque chose de bien plus simple. Une histoire réglée en 45 min, une aventure un peu légère, ça fait un peu tâche après les deux premiers épisodes mais ça fait aussi du bien de respirer un peu.

On a donc une ambiance à la Pirates des Caraïbes, mais sans Capitaine Jack Sparrow (si vous voulez un crossover sur le sujet, je vous conseille de lire ce mini-comic hilarant). Ce qui n’empêche pas le capitaine Avery et le capitaine du Tardis de commencer sur un très bon pied :


On a aussi Amy qui se découvre des talents de bretteuse, visiblement dans sa panoplie de costumes pour son métier de kissogram, outre la nonne et l'infirmière, il y avait aussi la femme pirate !


Et la méchante de la semaine est une sirène dont le chant attire tous ceux qui portent une tache noire dans la paume de la main. Et il suffit de se blesser pour ça.


En dépit du caractère sinistre de l’ambiance, tout ça est assez drôle, entre Rory qui veut partir avec la sirène, la fuite dans le bateau, les théories du Doctor qui s’effondrent les unes après les autres (« Please ignore all my theories »), et les passages sur le pont où le capitaine donne des ordres que personne ne comprend.


On a aussi quelques passages émouvants avec le capitaine et son fils. C’est quelque chose que j’adore dans Doctor Who, même pour des seconds rôles qu’on ne reverra sans doute jamais, les acteurs sont très bons, et très touchants.


It's fine. You're doing fine. Just stay calm.

En passant, une petite vision d’Amy où on retrouve la femme à un œil, dont les paroles évoquent un accouchement. Un mystère pas près de se résoudre, on se contentera donc de celui de la sirène.


Elle n’est pas si méchante que ça, c’est juste un programme médical dans un vaisseau spatial sur le même plan (non ne me demandez pas d’expliquer, c’est du wibbly-wobbly-timey-wimey pour moi…) qui essaye de sauver tout le monde. Du pur Doctor Who dans toute sa splendeur !

Evidemment, c’est un peu compliqué pour Rory, qui manque encore une fois de mourir, ça en devient presque une habitude. Mais quand même, quand il dit ça, j’avais juste un grand sourire niais tellement j’ai adoré :


- I'm a nurse.
- What ?
- I can teach you how to save me.

J’ai lu quelques réactions qui sont un peu exaspérées par cette énième mort de Rory, mais je trouve que ça permet de développer la relation entre Amy/Rory sous un jour qu’on ne voit pas souvent. Rory, c’est le gars qui a attendu 2000 ans, qui était toujours pour elle.

Même si on sait qu’Amy aime Rory (au point de « mourir » dans le monde du rêve dans Amy’s Choice), c’est la première fois il me semble qu’on la voit faire quelque chose de concret pour le sauver. Moi ça m’a toute émue, je dois être une grosse guimauve en fait.

Bon avec tout ça on n’avance pas beaucoup dans l’intrigue, mais on sent bien quelques tensions entre le Doctor et ses compagnons vis-à-vis de sa future mort. Certaines répliques me semblent assez suspicieuses de sa part :
We've all got to go some time. There are worse ways than having your face snogged off by a dodgy mermaid.
Et on ne sait toujours pas si Amy est enceinte ou pas, à côté le chat de Schrödinger c’est une aimable plaisanterie ! Mais l’essentiel, c’est qu’on a eu le droit à une bonne vieille aventure de Doctor Who rigolote, dépaysante et pas trop compliqué, où tout le monde s’en sort à la fin qui plus est.

Ca me fait un peu penser au style de Moffat (qui n'a pourtant pas écrit ce scénario). D’ailleurs le principe des deux vaisseaux au même emplacement qui communiquent par les miroirs, ou les programmes des vaisseaux qui font du zèle, ça me rappelle un peu The girl in the fireplace

Enfin bref, ça ne fait pas de mal un peu de simplicité, parce que je pense que la semaine prochaine on va s’en prendre plein la gueule une fois de plus…


I've got mail. There's a living Time Lord still out there.

Vu la preview, il a fort à parier que LA réplique qui a traumatisé tout le monde dans le trailer de la saison 6 provient de cet épisode. Et surtout, c’est l’épisode scénarisé par Neil Gaiman himself ! Ca promet quand même !

4 commentaires:

  1. En gros je suis assez d'accord avec toi, le scénario est basique mais l'alchimie entre personnages foctionnent très bien ! Et j'aime beaucoup la relation Amy/Rory, mais il faudrait varier les moyens de la mettre en scène !

    Bref, le calme avant (et après !) la tempête, à savourer tranquillement avant la semaine prochaine ! Vivement !

    RépondreSupprimer
  2. Clairement un épisode là pour ralentir et aérer les story-arcs. Du coup un épisode en demi-teinte, beaucoup moins fort que le double-épisode d'ouverture et certainement moins passionnant que le prochain.

    RépondreSupprimer
  3. Bah c'est difficile de s'intercaler entre Moffat et Gaiman xD
    (mais ça a fait du bien à mon pauvre cerveau au bord de l'explosion)

    @JainaXF
    Si l'histoire de la grossesse se développe, ça va être un bon moyen de développer leur relation d'une façon ou d'une autre (si Rory est le père xD)

    RépondreSupprimer
  4. Bon je ne sais pas si les commentaires qui ont disparu dans le grand plantage de Blogger vont reparaitre, alors je reposte tout, au pire je dédoublonnerai plus tard ^^

    Je disais donc...

    Bah c'est difficile de s'intercaler entre Moffat et Gaiman xD
    (mais ça a fait du bien à mon pauvre cerveau au bord de l'explosion)

    @JainaXF
    Si l'histoire de la grossesse se développe, ça va être un bon moyen de développer leur relation d'une façon ou d'une autre (si Rory est le père xD)

    RépondreSupprimer