mercredi 11 décembre 2019

Trop semblable à l’éclair (Terra Ignota 1) – Ada Palmer


Certains livres arrivent en librairie auréolés d’une telle réputation qu’ils en deviennent presque effrayants. C’est pourquoi je n’avais pas prévu de lire immédiatement ce roman d’Ada Palmer, jusqu’à qu’une conférence aux Utopiales vienne bousculer mon planning. Après tout, quoi de mieux qu’un petit détour par le XXVe siècle pour pimenter un peu ses lectures ?

Trop semblable à l’éclair est le premier tome de Terra Ignota, un cycle de quatre romans, ou plutôt de deux diptyques si j’ai bien suivi. Guidé par un étrange narrateur du nom de Mycroft, qui semble avoir ses entrées partout sur la planète, on visite une Terre du XXVe siècle qui a radicalement changé son modèle de société.

Très imprégné de l’esprit des Lumières du XVIIIe siècle, cette Terre du futur met en scène une humanité qui a aboli la religion et les notions de nation pour mettre fin à des décennies de conflits. Mais comme tout utopie qui se respecte, celle-ci a ses limites et ses ambiguïtés, que l’on va découvrir au fur et à mesure du livre.

Plonger dans Trop semblable à l’éclair n’est cependant pas une chose facile. Malgré la présence d’un narrateur pour nous servir de guide, il faut passer le premier tiers du roman pour se sentir à l’aise, autant dans la narration parfois assez tarabiscotée (avec une volonté de faire vieux pour mieux parler aux gens du futur, rien que le concept est un peu ubuesque) que dans cet univers qui bouleverse tous nos repères (le plus évident étant celui du genre, mais ce n’est pas le seul).

Mais une fois prise la bonne habitude de ne jamais laisser un chapitre en plan (surtout au début), je n’ai jamais été découragée par la difficulté et j’ai même assez vite atteint ce délicieux état de plénitude littéraire où l’on pense au livre toute la journée et où l'on n’a plus qu’une envie : s’enfermer chez soi pour le terminer tranquillement.

On pourrait reprocher à Trop semblable à l’éclair une intrigue assez légère de pseudo-enquête policière, surtout au début où on a l’impression d’être embarqué dans une visite guidée de l’univers de l’autrice. Mais c’est une sensation trompeuse, et un parti-pris plutôt judicieux qui évite de balancer sur le lecteur plus d’informations qu’il ne peut en assimiler d’un coup.

Il faut tout de même du temps pour s’habituer à cet univers plein de nuances, peuplé de personnages tous les plus étranges les uns que les autres. Et il faut également du temps pour poser tout un tas d’éléments qui, plus tard, vous feront réaliser qu’en fait, il s’est passé plus de choses qu’on ne pourrait le penser dans ce premier tome.

Le rythme assez lent permet par ailleurs au livre de poser une multitude de réflexions intéressantes et de nous faire profiter de son incroyable érudition (c’est d’ailleurs cet aspect de l’autrice que j’ai découvert aux Utopiales et qui m’a furieusement donné envie de lire son livre).

Ada Palmer a réalisé un travail formidable car son livre est érudit sans jamais être pédant. Même si on ne capte pas toutes ses subtilités (pour ma part j’ai l’impression d’être passée à côté de 95% des références), on ressort de là avec une sacrée sensation de satiété et une incroyable envie d’aller creuser plus avant certaines thématiques.

Un peu effrayant au premier abord, Trop semblable à l'éclair est un livre clairement à la hauteur de sa réputation. Certes il faut s’accrocher, mais l’incroyable richesse de l’univers vaut bien quelques efforts, d’autant plus qu’une fois bien installé, il est difficile de lâcher l’affaire, tant on veut en savoir plus sur ces personnages ambigües sur lesquels il est difficile d’arrêter une opinion. C’est une bonne chose que la suite soit annoncée pour mars, je ne voudrais pas avoir à l’attendre trop longtemps !

Infos utiles : Trop semblable à l’éclair (Too Like The Lightning) est un roman de Ada Palmer paru en 2019 aux éditions du Bélial’. Il s’agit du premier tome du cycle Terra Ignota. Superbe traduction de Michelle Charrier. Couverture de Victor Mosquera. 672 pages.
Lu en version numérique pour ma part, non sans quelques soucis, ma liseuse ayant tendance à faire sauter certains caractères spéciaux. Heureusement le livre est trop bon pour qu’on s’arrête à ce genre de détail !

18 commentaires:

  1. Le côté érudit me fait très peur, mais ces coquins du Bélial ont mis en avant une citation de Robert Charles Wilson...
    J'attends mars 2020 et la sortie du tome 2 pour m'y plonger.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le chien critique
      C'est comme moi avec Neil Gaiman, on te balance la citation qui va bien et hop, le poisson est ferré ! Bon choix d'attendre un peu, ça doit être sympathique de lire les deux à la suite je pense ^^

      Supprimer
  2. Je suis bien contente de l'avoir lu avant de savoir tout ça en fait. Parce que je ne l'ai pas du tout prit comme étant difficile et du coup même si j'ai un peu galéré au début j'ai tout de suite été prise dedans, sans appréhension quelconque.

    Je pense que si j'avais su tout ça je ne l'aurais jamais commencé (comme Anatèm qui attend dans ma bibliothèque depuis sa sortie xD)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lianne
      Oui c'est vrai que ça peut effrayer, ça m'inquiétait aussi mais en fait non... je me demande si ça veut dire que je suis parée pour Anatèm ? xD

      Supprimer
  3. Woh. Quand même. Ça donne vraiment envie. Bon, par contre Mycroft ça me met immanquablement Mycroft Holmes (et plus encore la tête de Mark Gatiss) à l'esprit, j'ai peur d'être perturbé. Oui, je suis un peu superficiel parfois. =P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Baroona
      C'est pas tout à fait le même genre (même s'il est clairement aussi brillant que Mycroft Holmes ^^)

      Supprimer
  4. Bien. Je doute de le lire un jour mais quand même vous me vendez du rêve avec cette fille qui a conquis tout le monde aux Utopiales et le roman a l'air vachement bien.
    @Baroona: Oui, moi aussi j'ai pensé à Mycroft Holmes, d'autant plus que la description "qui semble avoir ses entrées partout sur la planète" correspond bien au personnage de la série Sherlock (dans les livres, je n'ai aucun souvenir de lui, dois-je avouer).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alys
      On a encore quelques tomes pour te donner envie :D

      Supprimer
  5. Je n'arrive pas à me décider pour savoir si j'aimerais ou pas, je vais sans doute finir par craquer...

    RépondreSupprimer
  6. Craquage prévu, mais pas pour tout de suite. Quand la hype sera retombée peut-être....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Shaya
      Je comprends tout à fait que tu attendes, il n'y a rien de pire qu'une grosse hype pour passer à côté d'un bouquin ^^

      Supprimer
  7. Moi aussi le coté érudit me fait un peu peur... mais bon, sait-on jamais!

    RépondreSupprimer
  8. Qui est ce Mycroft Holmes?! (la question qui commente les commentaires, ahah :p)

    Il sera lu. Me connaissant dans x années après tout le monde :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Itenarasa
      Ce sera sûrement très plaisant de lire ton avis dans x années ;)
      Et Mycroft est Mycroft, voilà :D

      Supprimer

La modération est activée (c'est le meilleur moyen de filtrer les bots sans bloquer les humains :)), ne vous inquiétez pas si votre message n'apparaît pas immédiatement.