mardi 17 décembre 2019

La poupoune et le Gram-Groum – Marie-Odile Dupé & Pierre Denieuil


Si vous me demandez quel est le premier livre à m’avoir marquée quand j’étais enfant, je serais bien incapable de répondre à cette question. Mais demandez à mes parents quel livre jeunesse les a le plus marqués parmi tous ceux qu’ils ont pu nous lire, à mes sœurs et à moi, et vous obtiendrez une réponse à l’unisson : La poupoune et le Gram-Groum, véritable conte horrifique qu’on leur réclamait parait-il sans arrêt. Une petite relecture s’imposait donc.

La poupoune et le Gram-Groum est un numéro des Belles histoires paru en octobre 1985. J’ai photographié notre exemplaire familial pour vous donner une idée de son usure. À l’intérieur ont été écrits les prénoms de mes sœurs ainsi que mes initiales, ce qui laisse à penser qu’on l’a emporté partout. À tout point de vue, on sent le magazine qui a vécu !

Écrite par Marie-Odile Dupé et illustrée par Pierre Denieuil, La poupoune et le Gram-Groum nous raconte l’histoire d’une enfant (d’un bébé même vu la tenue) méchante qui ne fait que brailler et tout casser. Sa maman ne cesse de lui dire : « Poupoune, si tu continues, le Gram-Groum va t’emporter dans ton sac et te jeter dans la rivière ». Mais Poupoune ne se calme pas, et le Gram-Groum finit par débarquer.


Il emporte donc la poupoune dans son sac (pendant que la maman s’effondre dans le fauteuil en le remerciant) et la jette dans la rivière. Et la suite vous verrez quand vous le lir… ok, j’ai compris, je continue : le sac est récupéré par Petit René qui passait par là, il libère la poupoune et la ramène chez lui.

S’en suivent quelques péripéties à base de visite impromptue du Gram-Groum, de flocons d’avoine, de placard et de clé disparue. Heureusement, une sorcière vient mettre de l’ordre dans tout ça et l’histoire se finit avec Petit René et Poupoune qui pêchent dans la rivière sous le regard d’un gros chat tigré.

Je vous avoue qu’en relisant cette histoire, j’étais un peu perplexe. On serait en droit de qualifier cette histoire de violente avec cet ogre qui balance une gamine à l’eau et qui plus tard commence à démonter le placard où elle est cachée à coups de poings.

Et le moi adulte s’interroge tout également sur cette figure maternelle soulagée d’abandonner son enfant (bonjour le modèle !). Je comprends que ça ait pu perturber mes parents qu’on réclame à corps et à cri ce qui relève pratiquement du film d’horreur pour enfant de 3 à 6 ans.


Mais si cette histoire plait (et elle plait, on retrouve d’ailleurs de chouettes témoignages à son sujet sur Internet, notamment cet article sur l'horrible littérature jeunesse française), c’est qu’elle trouve une résonance particulière chez son public qui apprécie le frisson qu’elle procure et les nombreuses péripéties, d’autant plus que tout finit bien, merci la gentille sorcière (c’est très sympathique ce détournement de la figure de la sorcière d'ailleurs).

Récemment, je suis allée voir l’exposition Ne les laissez pas lire ! Polémiques et livres pour enfants à la BNF, ce qui m’a fait beaucoup réfléchir sur le rôle qu’on peut jouer en tant que prescripteur (ou parfois de censeur), en tant que parent comme en tant que professionnel (même si je ne suis pas trop concernée par la question actuellement).

Cette relecture du Gram-Groum accompagne parfaitement cette réflexion : ce n’est pas parce qu’un livre nous semble, à nous adultes, mauvais, qu’il va forcément être mauvais pour un enfant. Les enfants n’ont pas les mêmes perceptions et la même façon de penser que nous, et ce n’est pas parce qu’ils trouvent leur bonheur dans une histoire qui ne nous plaît guère qu’ils vont devenir d’affreux petits monstres (ils le sont déjà de toute façon !!). Enfin, c’est ce que je crois pour le moment. Je vous redirai ça quand ma fille aura grandi.

Voilà donc pour l’histoire de La poupoune et du Gram-Groum, un conte horrifique pour enfants qui traumatise apparemment plus les parents que leurs enfants. Je laisse le mot de la fin à un petit texte de présentation à destination des parents, planqué dans le magazine à côté du bulletin d’abonnement, qui m'a fait réfléchir sur à qui était vraiment destinée cette histoire...


Infos utiles : La poupoune et le Gram-Groum est une histoire parue dans le magazine Les Belles histoires en octobre 1985. 25 pages environ. Texte de Marie-Odile Dupé. Illustrations de Pierre Denieuil.
Comme d'autres récits parus dans ce magazine, l’histoire a été rééditée dans la collection Les belles histoires de Pomme d’Api en 1986, puis dans la collection Les belles histoires en 1992. Ces versions sont bien entendues épuisées. Si vous voulez vous le procurer, les bibliothèques et les vendeurs d’occasion sont donc vos amis. Et non je ne revends pas mon exemplaire, n’insistez pas !

D’autres avis : Quelques brèves sur Ricochet (et beaucoup de personnes qui cherchent un exemplaire !)

12 commentaires:

  1. Vraiment très intéressant. Je n'ai pas d'enfant mais je me pose aussi beaucoup de questions sur la censure bienveillante qu'on voit parfois appliquer sur les enfants d'aujourd'hui.
    Je vois ça comme ça : y a beaucoup de raisons qui font de moi une personne fucked up aujourd'hui, mais je suis à peu près sûre d'une chose : mes lectures n'ont rien à voir là-dedans :)
    Si tu le souhaites je serais intéressée qu'on en parle de vive voix.
    Question : vas-tu lire cette histoire à ta fille ?
    Tu fais vraiment bien de le garder c'est précieux ces choses là, on voit sur les photos qu'il a été beaucoup lu et trimbalé ce livre-là

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly
      Si elle a envie de le lire je lui lirais. Par contre pour le moment j'ai mis mon exemplaire à l'abri, il est trop précieux (je l'ai intégralement photographié, j'hésite à me refaire une copie de secours xD).

      Supprimer
  2. Jamais lu ce conte effrayant. Je regarderai à l'occasion.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le chien critique
      Tu devrais passer un bon moment, aucun chien n'est maltraité dans cette histoire :D

      Supprimer
  3. Oh, "Les Belles Histoires", j'avais presque oublié leur existence. =O
    Par contre, si maintenant même les livres pour enfants sont en fait des nids à réflexion, où va-t-on ? C'est fort intéressant et étonnant en tout cas. J'ajoute ma petite pierre : les enfant ont en plus tendance à être tentés par ce qui leur est interdit/refusé, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Baroona
      Oh que oui, je m'en sors bien mieux quand Mademoiselle est tentée par un truc accessible, en général elle passe plus vite à autre chose xD

      Supprimer
  4. C'est super amusant ton truc. Ça ne m'étonne pas que vous ayez aimé, les simples sonorités du titre sont à croquer. :)
    Je rejoins Tigger Lilly sur le fait que les lectures ne sont pas responsables des aspects non souhaitables de mon état mental d'adulte ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alys
      Oui et ça reste comme titre, d'ailleurs ça me fait bizarre quand des gens appellent ma fille Poupoune du coup xD

      Supprimer
  5. Je confirme. Cette lecture m'a beaucoup marquée. Me suis souvent demandée pourquoi mes filles aimaient entendre toutes ces "horreurs"! Et en plus ça ne les empêchait pas de dormir.
    J'ai longtemps gardé ce livre chez moi, mais un jour Vert l'a embarqué!!..
    J'aimerais bien en retrouver un exemplaire .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @fanfan
      J'ai fait des photos, faut que je vois pour faire une jolie impression avec

      Supprimer
  6. Jamais lu cette histoire, mais c'est vrai que les contes pour enfants sont parfois horribles xD Le texte qui l'accompagne est intéressant mais culpabilisant pour les mères !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Shaya
      Culpabilisant je sais pas, mais il illustre à meilleur l'état d'esprit d'un parent je trouve xD

      Supprimer

La modération est activée (c'est le meilleur moyen de filtrer les bots sans bloquer les humains :)), ne vous inquiétez pas si votre message n'apparaît pas immédiatement.