dimanche 3 septembre 2017

Docteur Who entre en scène – Terrance Dicks


Après avoir chroniqué sans grande enthousiasme un des titres de cette collection il y a quelques années, je n’avais pas vraiment prévu de poursuivre sur ma lancée. Mais en tombant par hasard sur ce livre chez un bouquiniste, je n’ai juste pas pu résister : le Doctor et les frères Bogdanoff, comment voulez-vous dire non à cela ?

Avant toute chose, remettons l’ouvrage dans son contexte : dans les années 1980, Doctor Who a fait une première apparition sur les écrans français. Sa diffusion a été envisagée dans l’émission Temps X et TF1 a réalisé le doublage de certains épisodes qui ont fini par être diffusés un peu n’importe comment et de préférence à des heures où personne ne regarde la télé.

(si vous voulez toute l’histoire, vous pouvez lire le récit d’Alain Carrazé –en anglais- ou vous contenter du résumé –en français-)

Dans ce contexte, plusieurs novélisations des premiers épisodes de la série ont été traduites et publiées par les éditions Garancière, avec les frères Bogdanoff en couverture (la quatrième de couverture fait encore plus « quatrième dimension »). Huit volumes sont parus : quatre pour le 1er Doctor, un pour le deuxième et trois pour le quatrième.


J’avais déjà eu l’occasion de vous parler de la novélisation de la deuxième aventure du Doctor, celle où il rencontre les Daleks, il était donc temps de revenir aux sources avec Le Docteur Who [sic] entre en scène, mise en roman de sa toute première aventure, An Unearthly Child.

Contrairement à l’aventure des Daleks qui est une novélisation très précoce (parue en 1965 sous le titre « Doctor Who in an Exciting Adventure with the Daleks »), Le Docteur Who entre en scène est une mise en roman plus tardive qui remonte aux années 1980. Ce qui explique que l’auteur se sente obligé d’expliquer ce que sont les cabines de police ou le système monétaire anglais de l’époque (je pensais que ça venait du traducteur mais peut-être bien que non au final).

Le roman est signé Terrance Dicks qui a œuvré dans l’univers de Doctor Who pendant de longues années comme éditeur de scénario et scénariste sur la série, mais aussi comme auteur de roman (il en a même écrit un sur Ten !). Le monsieur connaît son affaire et ça se sent à la lecture, même sur un épisode comme celui-ci où pratiquement rien n’avait encore été inventé.

Je pensais m’ennuyer en lisant cette histoire de « Docteur Who », mais il n’en a rien été. L’écriture est plutôt simple mais l’auteur prend bien le temps de donner des explications et de mettre en scène son histoire, qui colle parfaitement au serial (enfin de ce que je m’en souviens).

On apprécie donc l’atmosphère de mystère qui entoure Susan, son grand-père et leur TARDIS, et on s’amuse beaucoup des interactions entre le Doctor, Barbara et Ian. Les personnages sont vraiment très bien rendus, ça m’a donné envie de revoir des épisodes avec ce premier Doctor délicieusement ronchon.

Plaisant à lire et complet, ce Docteur Who entre en scène est un bon moyen de découvrir les anciens Doctors sans se fader des heures d’épisodes en noir et blanc. Inutile de remuer forcément ciel et terre pour vous le procurer, mais si vous le croisez chez un bouquiniste, faites-vous plaisir !

Note de fin : Pour la petite anecdote, ce roman est traduit par Jean-Daniel Brèque (oui le Jean-Daniel Brèque), ça me donne envie de le faire dédicacer pour le rendre encore plus collector !

D’autres avis (non je ne suis pas la seule à chroniquer ce genre de chose !) : Yoda Bor


Ce n’est pas un franc space-opera mais on suit tout de même un alien et on termine sur une autre planète, que demander de plus ? 157 p. (désolé Xapur ;)

8 commentaires:

  1. Lol. Un vrai voyage dans le temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alys
      Dans tous les sens du terme oui xD

      Supprimer
  2. Je veux tellement être là le jour où tu le fais dédicacer par Jean-Daniel Brèque. Vraiment. Je veux voir sa tête et la tienne.

    RépondreSupprimer
  3. Je plussoie Tigger Lilly. Je veux voir ce moment aussi !

    RépondreSupprimer
  4. Quel courage de se lancer dans un truc qui, sans présager de ce qu'il contient, fait fuir rien qu'à sa couverture ! :D
    Et sinon, je plussoie aussi Tigger Lilly. :P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly, Shaya et Lorhkan
      Faut pas que j'oublie "malencontreusement" de l'embarquer en salon alors xD

      Supprimer
  5. Pff, pas sympa de pourrir mon challenge avec un "truc" comme ça :)
    (JDB a avoué l'avoir traduit en un seul week-end^^)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Xapur
      Franchement c'est moins troll que quand je t'ai casé la Cité des saints et des fous sous prétexte qu'il n'avait que 200 pages numérotées :D

      Supprimer