vendredi 4 août 2017

Au fil du temps – George R.R. Martin


Je continue à explorer la bibliographie de George R.R. Martin par le biais des livres que j’offre à M. Vert (c’est super néfaste pour la PàL, ne faites pas cela chez vous !). Après une courte novella spatiale, je m’intéresse à un nouveau recueil réalisé par les éditions ActuSF dont le titre est fort prometteur pour quelqu’un comme moi. Voyons si le résultat est à la hauteur.
Au fil du temps se compose donc sept nouvelles, écrites dans les années 70 et au début des années 80. Elles sont pour la plupart inédites, ou introuvables aujourd’hui sous un autre format (deux d’entre elles ont été publiées dans la revue Fiction il y a bien longtemps). On y trouve un peu de tout, du texte très court à la presque novella, avec des thématiques qui vont de l’Histoire aux vaisseaux spatiaux en passant par les loisirs le week-end !

Le recueil s’ouvre sur La forteresse, un très vieux texte puisqu’il a été écrit pendant que George R.R. Martin faisait ses études au début des années 70. C’est un récit historique plutôt intéressant sur un sujet méconnu (l’histoire de la Finlande), et témoigne bien de l’intérêt de l’auteur pour l’Histoire (que l’on retrouvera bien plus tard dans le Trône de fer).

On enchaîne ensuite avec Et la mort est son héritage..., une nouvelle un peu inclassable où il met en scène un personnage d’agent secret inventé pendant sa jeunesse, et qui se reconvertit en justicier alors que la mort le guette. C’est un récit intéressant également, avec des conséquences à méditer.

Week-end en zone de guerre est une nouvelle plus légère (ou en tout cas plus cynique) où l’on découvre que les séances de paint-ball en guise de team-building et les parties de tennis le week-end ont été remplacés par des conflits à balles réelles. Le concept sympathique est bien traité.

Vient ensuite la nouvelle Une affaire périphérique, où l’on part dans un univers de space opera où l’on passe à un cheveu de déclencher un conflit galactique à cause de la disparition d’un vaisseau spatiale. L’enquête est un peu prévisible mais plutôt plaisante.

Vaisseau de guerre est un très court texte où l’on découvre que trop de perfection peut avoir des conséquences, surtout sur les vaisseaux spatiaux militaires. Bref mais plutôt rigolo.

La plus longue nouvelle du recueil est Variantes douteuses, et c’est probablement le texte le plus intéressant du recueil. Il se penche sur d’anciens joueurs d’échecs qui se retrouvent bien des années plus tard, alors que leur échec à une compétition étudiante pèse encore sur leurs esprits. Quand vengeance et voyage dans le temps s'en mêlent, l'affaire a vite fait de se compliquer. Le résultat est vraiment chouette à lire, même si l’aspect « échecs » m’a parfois laissée sur le carreau.

Le recueil se termine sur Assiégés, une surprenante réécriture de la première nouvelle du recueil, cette fois-ci avec un argument SF (ça y’est, l’auteur est tombé dedans !). Une jolie réponse au premier texte qui explore plutôt bien les limites de lorsqu'on cherche à manipuler l'histoire.

Voilà pour Au fil du temps, un recueil sympathique à lire, d’autant plus qu’il est plutôt bien construit avec une présentation de chaque nouvelle (il manque juste la date de parution VO de la nouvelle et ça aurait été parfait !).

Je suis cependant restée sur ma faim (à part peut-être pour Week-end en zone de guerre et Variantes douteuses) car ces textes ne sont pas forcément extraordinaires, même s’ils se lisent bien.

On sent quand même que ce sont des œuvres de jeunesse pour la plupart, qui ont un intérêt surtout dans une bibliographie raisonnée de l’auteur (c’est d’ailleurs dans le recueil Dreamsongs: A RRetrospective que certaines sont parues en VO).

Au fil du temps n’est donc pas le meilleur recueil pour vous faire une idée du George Martin novelliste (je lui préfère nettement Dragon de glace), mais il ravira les fans qui ont envie de découvrir ses premiers textes, pour le coup ce livre a presque un parfum de Livre d’or de la SF ! Quant à moi je vais plutôt me pencher sur ses recueils publiés chez J’ai lu (comme Les Rois des sable ou Une chanson pour Lya).

D’autres avis : Acheron Webzine, Bifrost, Gromovar


300 p., deux nouvelles de space-opera, encore une combo !

4 commentaires:

  1. Pourquoi pas plus tard. Les recueils ne me tentent pas plus que cela, et j'en ai déjà deux de GG Martin dans les cartons.
    Mais, je note.`Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lutin82
      C'est pas le plus urgent à découvrir en effet ^^

      Supprimer
  2. Woaw t'es en veine George Martin en ce moment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly
      C'est l'effet vidage de PàL, ils étaient rangés à côté et cadraient tous les 2 pour les challenges de l'été ^^

      Supprimer