lundi 26 juin 2017

Watership Down – Richard Adams


J'avais beaucoup entendu parler de ce classique de la fantasy animalière, qui est cité par tellement d'auteurs anglophones et qui fait partie des livres les plus lus au monde. Je n'avais cependant jamais eu l'occasion de mettre le nez dedans. Heureusement, il a récemment été réédité chez Monsieur Toussaint Louverture, ce qui m’a permis de découvrir ce classique universel qui m’a charmée dès les premières pages.


Watership Down est une histoire de lapins. Une histoire de lapins qui parlent même. Mais ne prenez pas la fuite pour autant ! Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce roman de fantasy animalière n’a rien d’enfantin.

Les lapins qu’il met en scène sont en effet contraints de quitter leur garenne suite à la vision de l’un d’entre eux. Ils vont devoir affronter de nombreuses épreuves (comme traverser une rivière ou une route) et échapper à tout un tas de vilou (des prédateurs, imaginez un peu le nombre que peuvent en avoir des lapins) avant de trouver un nouveau refuge. Et même à ce moment-là, ils ne seront pas au bout de leurs peines !

Ce qui est extraordinaire dans Watership Down, c’est le caractère épique de ce récit. Oui, des lapins qui traversent une forêt, c’est épique, surtout quand on se place à leur hauteur : nombreuses menaces, impossibilité de voir loin devant et un tempérament naturel qui nécessite de dominer sans cesse sa terreur. Je ne le pensais pas possible, mais j’ai été de tout cœur avec Hazel et ses compagnons pendant ma lecture, tremblant de peur et sautant de joie au gré de leurs mésaventures (ça m’est d’ailleurs arrivé de stopper ma lecture pour digérer un peu les derniers évènements !).

L’autre aspect qui frappe d’emblée, c’est le réalisme du comportement des lapins. Ils parlent, certes, et l’un d’entre eux a des visions. Mais pour le reste ce sont des lapins jusqu’au bout des oreilles, et absolument pas des humains sous forme lapine. La façon dont ils déplacent, leur vie quotidienne, leur comportement, tout est délicieux étranger (pour un humain) et en même temps très crédible (je n’avais aucun mal à les voir bondir sous mes yeux).

C’est peut-être dans ce formidable travail de mise en scène qu’on peut qualifier ce roman de « fantasy », l’auteur a en effet construit tout un univers autour des lapins : ils ont leur comportement bien sûr, mais aussi leurs expressions (comme les vilou ou aller farfaler pour dire qu’ils vont manger) et… leurs histoires, bien sûr.

Tout au long de l’intrigue s’intercalent en effet des contes mettant en scène un personnage mythique, un certain Shraavilshâ qui était là dès la création du monde et qui n’a pas son pareil pour jouer des tours et dérober des salades dans les jardins de ses voisins. Cela contribue à donner encore plus de profondeur à la culture lapine, et le roman en devient d’autant plus épique. La structure m’a d’ailleurs fait penser à American Gods et Anansi Boys (Neil Gaiman connait ses classiques, à n’en point douter).

Tous ces atouts sont portés avec brio par une écriture superbe qui n’a aucun mal à vous faire rêver en décrivant la campagne anglaise (ce qui n’est pourtant ce n’est pas ma tasse de thé). Autant vous dire qu’on passe un excellent moment de lecture avec Watership Down.

Ce que j’ai aimé au final avec ce roman, c’est qu’il est extrêmement complet : il est prenant, ses personnages sont attachants et la construction de l’univers est épatante. On peut trembler en suivant leurs aventures, tout en savourant les réflexions qui se dissimulent ici et là (notamment sur le pouvoir et les régimes politiques).

Je ne sais pas si je le recommanderais à des enfants (il est très sombre par moment), mais à des ados sûrement, et à des adultes complètement ! C’est vraiment un roman universel avec plein de niveaux de lecture et je suis très contente de l’avoir enfin découvert. N’hésitez pas à en faire autant, c’est un livre superbe dans lequel vous trouverez forcément votre bonheur !

Un petit mot à propos de l’édition de Monsieur Toussaint Louverture pour finir : outre la nouvelle traduction qui justifie à elle-seule son achat, l’objet-livre est également magnifique. Le papier est très agréable au toucher et la couverture gaufrée est de toute beauté. Un livre à offrir et s’offrir donc !

La page de l’éditeur est également une mine d’information et d’analyse sur le roman.

29 commentaires:

  1. Ah! Il est dans ma wish-list! Top contente, je vais ME le faire offrir!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lutin82
      C'est un beau cadeau à recevoir (c'était mon cas) !

      Supprimer
  2. Le livre est superbe :-)
    Je l'ai depuis octobre dernier (ou novembre par là...) mais je ne l'ai pas encore lu (enfin la PAL toussa, tsé bien :-)) Faut que je le lise avant la fin de l'année! (en plus tu ravives mon envie là du coup :-))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Valeriane
      En plus Stephen King en parle dans la Tour sombre (enfin il parle plutôt d'un autre roman de l'auteur mais fais comme si c'était vrai ^^)

      Supprimer
    2. AHAHAH :-)
      Non mais oufti si le King en parle!!! incontournable.
      (et samedi dernier, je discutais avec un féru de King qui me disait aussi qu'il faisait allusion à la tour sombre dans plein de ses bouquins... raisons de plus pour le lire... la tour sombre. Mais watership down aussi.

      lol ça dévie complètement là :-)

      Supprimer
    3. Et il y a aussi plein d'allusions à ses autres bouquins dans la Tour sombre ^^

      Supprimer
  3. J'avais vu le dessin animé adapté ("La folle escapade") et je ne le conseillerais pas à des enfants non plus ^^.
    Dans mon souvenir, j'avais trouvé ça assez étrange.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Systia
      Ca l'est un peu. Mais c'est très très bien :D

      Supprimer
  4. Je le lirai sûrement un jour.
    Et donc tu as croisé Shardik?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alys
      Non parce que Shardik n'est pas dans Watership Down mais dans un roman intitulé... Shardik (non traduit en français hélas, à toi de jouer quoi :D)

      Supprimer
    2. Ouiii hier soir j'ai fini Le Chant de Susannah et j'ai donc retrouvé cette information hihi ! J'ai fait comme Eddie qui pense à des lapins en entendant Shardik...

      Supprimer
    3. @Alys
      C'est vrai qu'il en parle à la fin du bouquin (c'est une obsession !). C'est dommage d'ailleurs que la Concordance ne donne pas les pages où sont citées les oeuvres pour voir comment King les utilise.

      Supprimer
  5. Un bouquin fabuleux. A ceux qui hésitent à le lire, je dirais juste qu'il ne faut pas prendre cette histoire de lapins par-dessus la patte^^. c'est une formidable odyssée !

    J'ajouterai que les éditions Monsieur Toussaint Louverture publient de superbes romans tant d'un point de vue qualité littéraire que de celui du livre "objet".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Valeena
      J'en ai pas vu passé beaucoup de cet éditeur mais effectivement à chaque fois on sent que le gars a pas juste converti son fichier word en bouquin :D

      Supprimer
  6. Pinaise Vert, même pas une mention du lapin Silvère, je suis déçu ^^ Content que tu aies apprécié ta lecture en tout cas ! Du même éditeur, Tu peux aussi tenter la trilogie de David Carkeet qui est assez drôle - bon ce n'est pas de la Fantasy hein ! ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Silvère
      Mille excuses ô grand lapin de garenne :D
      Je note ça dans un coin, j'avais aussi Enig Marcheur en tête (pour une période de grande envie de bizarrerie littéraire ^^).

      Supprimer
    2. Enig marcheur c'est TRÈS particulier et pas facile à lire. Mais complètement fascinant. Je l'ai au cas où, mais tu risques d'être tentée de l'acheter car l'objet livre est encore plus beau que Watership down.

      Supprimer
  7. Il a l'air trop bien ce livre. Et je plussoie sur l'objet livre : je l'ai offert à ma belle soeur à Noël dernier j'étais un peu jalouse :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly
      Damned, si j'avais su... (d'ailleurs j'ai un truc à te donner à ce sujet ^^)
      Pour Enig Marcheur je prends note, au pire je pensais l'emprunter en bibliothèque, je sais qu'il est à Port Royal.

      Supprimer
  8. Pris à la bibli, j'ai hâte de découvrir ce classique anglais, j'en ai entendu beaucoup de bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @JainaXF
      Il mérite tout à fait son statut de classique, tu verras (enfin j'en fais pas trop, c'est un coup à générer de la déception ça ^^).

      Supprimer
  9. Aaaaah, ça me fait plaisir de voir que tu as aimé, ce bouquin c'est un vrai petit plaisir de lecture !
    A la fois tendre, drôle, épique, violent, émouvant, il y en a pour tous les goûts ! C'est un classique, et ce n'est pas pour rien. J'espère que cette très belle réédition lui donnera enfin le statut qu'il mérite en France.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Lorhkan
      J'espère aussi. J'aimerais bien pouvoir lire ses autres romans aussi (mais là je pense qu'il va falloir que je passe en VO).

      Supprimer
  10. Lu en VO l'an dernier, il s'est retrouvé dans mon top 3 de 2016!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Grominou
      Ca ne m'étonne pas, je pense qu'il sera dans mon best-of de 2017 ^^.

      Supprimer
  11. Je l'ai depuis mon adolescence, je pense. Le cadeau d'un ami. Et je ne l'ai pas encore lu. Shame on me. Et en plus, tu cites Gaiman!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Karine
      L'argument ultime :D
      Je te conseille d'y jeter un oeil, ça vaut vraiment le détour ^^.

      Supprimer
  12. Bon, malheureusement la magie n'a pas opéré sur moi. J'ai lu une centaine de pages avant d'abandonner. J'avais l'impression que les lapins se déplaçaient, il y avait une mini scène d'action, les lapins se déplaçaient, il y avait une mini scène d'action, ect. Je me suis bien vite ennuyée. J'ai aussi eu beaucoup de mal avec les termes anglais au milieu. Autant cela ne me dérange pas de lire en anglais, autant là le mixte m'a paru étrange. Bref, échec pour ma part :-/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Aude
      Y'a pas tant d'anglais que ça, si ? (à part les prénom des lapins). Dommage en tout cas, mais les goûts et les couleurs ça ne discute pas ^^.

      Supprimer