lundi 12 juin 2017

L’étrangère – Gardner Dozois


Réédité l’année dernière chez ActuSF, L’Étrangère est un roman de SF qui nous raconte une histoire d’amour atypique entre un humain et une extra-terrestre. Ecrit par Gardner Dozois, ce court texte offre une belle exploration sur le thème du rapport à l’Autre. Merci à Lune qui me l’a fait découvrir !

Grâce à une culture extra-terrestre, l’homme a pu accéder aux étoiles et découvrir d’autres mondes et d’autres espèces pensantes. Sur Weinunach, la planète du peuple Cian, Joseph Farber, un colon humain, entame une relation avec Liraun, une Cian atypique.

Leur histoire d’amour ne va pas être simple, car il va leur falloir surmonter le rejet de leurs communautés respectives, leurs différences de culture et de biologie, sans parler des difficultés à se comprendre, car l’amour n’efface pas toutes les barrières, loin de là.

L’Étrangère nous offre donc une belle variation sur le thème de l’Autre, avec cette rencontre entre deux espèces humanoïdes qui pourraient se ressembler mais se révèlent très différentes. Il y a d’ailleurs un petit côté Ursula Le Guin dans la description très détaillée de la culture cian, très différente de la nôtre, étrange autant sur le point de vue culturelle que biologique. Un aspect que j’ai totalement approuvé, comme vous vous en doutez.

Le roman évoque également avec justesse les problèmes plus terre-à-terre d’une histoire d’amour entre deux personnes issues d’un milieu très différent, qui se retrouvent à devoir parfois choisir entre leur conjoint et leur identité et qui ont bien du mal à se comprendre.

L’incompréhension mutuelle est vraiment le thème central du roman, ce qui est finement joué : bien que cette question soit régulièrement abordée en SF (et pas que d’ailleurs, c’est un problème de tous les jours quand on y pense), c’est assez rare qu’un roman se focalise autant dessus. Et L’Étrangère permet vraiment d’en prendre la mesure.

Ce roman a donc d’excellentes qualités, mais je n’ai pas totalement conquise. La faute en revient à un personnage principal que j’ai trouvé un peu froid (et très centré sur lui, ce qui m’a donné envie de le secouer par moments !). Mais c’est un ressenti très personnel qui n’affectera pas tout le monde.

Du coup je vous recommande de vous pencher sur ce roman à l’occasion. Avec son univers bien pensé et sa thématique centrale sur l’incommunication, L’Étrangère est un roman intéressant, qui a le mérite d’être court et de se suffire à lui-même.

A noter que le titre anglais, Strangers, est plus représentatif du roman que la version française. Mais je dois avouer que le titre comme la couverture française dégagent un petit quelque chose de plus vendeur…

6 commentaires:

  1. Tu confirmes effectivement qu'il me faut regarder ce roman de plus près. En plus s'il est court et intense, cela promet!
    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lutin82
      C'est une bonne lecture estivale qui combote bien côté challenges si je me plante pas ^^.

      Supprimer
  2. J'avais bien apprécié ce texte malgré l'histoire d'amour. J'avais trouvé un côté houellebecquien au personnage principal, ce qui peut déplaire.
    Merci pour le lien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Le chien critique
      Intéressant, ça veut dire qu'il ne vaut mieux pas que je m'aventure dans les textes de Houllebecq alors :D

      Supprimer
  3. Lune me l'avait bien vendu du coup je reste intéressée malgré ton bémol. J'aime bien ce genre de thématique.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly
      Ca pourrait te plaire oui ^^

      Supprimer