jeudi 4 décembre 2008

Le petit guide des fanfictions Stargate (version light)


(je vous épargne la version longue, celle-ci ne fait *que* 4 pages)
Pour ceux qui ont raté le coche, je suis en pleine période Stargate en ce moment, et qui dit Stargate dit également fanfictions, pas comme si ce n’était pas l’univers pour lequel j’ai lu mes premières fics (ex-aecquo avec Starwars, me rappelle plus lequel a commencé). Bref c’est un petit topo sur le sujet, sorte de mini-annexe spécifique à mon ancien guide sur les fanfictions.

C’est quoi Stargate ?

Stargate-SG1, de son nom complet, est une série de science-fiction tirant sur le coté space-opéra/science-fantasy de la SF, ce qui explique sans doute une bonne part de sa popularité. Elle raconte les aventures d’une équipe, SG1, qui explore les différentes planètes de la galaxie via un appareil extraterrestre, la porte des étoiles, découvert en Egypte (près des grandes pyramides qui non ne sont pas des tombeaux mais des pistes d’atterrissage pour des vaisseaux aliens), qui vous fait voyager à travers un vortex et vous amène quasi instantanément à l’autre bout de la galaxie.

Les épisodes, qui se suivent et ne se ressemblent pas ont des tons et des genres très variés, du délire au drame, du film d’action à la discussion continue, de l’huis clos au voyage… il y a en a pour tous les goûts. Les personnages sont tous attachants à leur façon, chacun avec ses qualités, ses défauts, ses talents et ses squelettes dans le placard. Par ailleurs, la série joue aussi sur la ligne de la série B dans son esthétique et son univers (tout le monde parle anglais mais écrive en égyptien ancien ou en latin, et les goa’uld utilisent des torches pour éclairer leurs vaisseaux) qui lui donne tout son charme, ainsi que l’emploi de nombreuses références et clichés (ils ont refait ou parodié pas mal de films, à commencer par StarWars)

Bref c’est un univers très large dont je ne donne ici qu’un bref aperçu. La série, aujourd’hui terminée compte dix saisons, plus de deux cents épisodes, et accessoirement deux téléfilms. Par ailleurs, elle dispose également d’un spin-off, Stargate Atlantis (même genre de personnages et d’aventures, mais dans une autre galaxie), qui comptera à sa fin cinq saisons et un téléfilm. Oui, c’est vaste, alors imaginez un peu les fanfictions là dedans.

Et y’a quoi à lire là dedans ?

Il y a un nombre incalculable de fanfictions sur l’univers de Stargate, c’est une des plus grosses catégories sur fanfiction.net (32 000 Atlantis compris) dans le domaine des séries TV, et ce n’est que la partie émergée de l’iceberg pour ce fandom.

Il y a de tout (et n’importe quoi aussi) et une certaine diversité, mais comme partout, on finit par retrouver quelques poncifs d’écriture, de thème et de scénarii. La liste qui suit n’est pas exhaustive, mais ça regroupe tout ce qui a pu me marquer au cours de mes lectures comme genre, avec exemple à la clé (en anglais, il y a belle lurette que je ne regarde même plus le français ^^). Je précise en passant que bien que n’ayant donné qu’un titre de fic pour chaque auteur, les autres fic valent en général au moins autant le détour, de même que j'alterne entre page fanfiction.net et site perso/LJ pour chaque cas, connaitre les deux est utile...

Une pause fic : Les tags & missing scenes

Les missing scenes (littéralement « scènes manquantes » pour les anglophobes) – ou tag, les deux termes se recoupent dans ce contexte- sont des fanfictions en général de taille assez courte (500-2000 mots), qui complètent un épisode en présentant au lecteur un passage manquant, dans l’épisode, ou dans le cas le plus courant, juste après. Une sorte d’épilogue se penchant généralement sur les réactions des personnages face à certains évènements clés, souvent omises dans la série.

C’est un genre qui peut sembler affreusement peu original à priori, vu qu’il ne s’agit de que de continuer un épisode, mais c’est un véritable dérivatif aux frustrations de fans, déjà, et accessoirement une bonne missing scene demande à mon avis au moins autant de travail qu’une fic de 50 000 mots, voir plus. Il faut maîtriser le sujet (l’épisode), les personnages (l’OOC ne passera pas) et le reste de la série pour éviter de déborder. Ce sont souvent des textes poignants, justes, précis et efficaces (comme tout OS qui se respecte), qui se dégustent un peu comme une bonne plaque de chocolat noir à 70% de cacao.

Aftershocks de Rachel500 : un projet plus qu’ambitieux, puisque pour chaque épisode, elle écrit un tag… elle en est à la saison 5, imaginez un peu la montagne de boulot. On peut feuilleter, lire la suite des épisodes qu’on préfère au hasard de nos envies, que du bonheur !

A l’aventure compagnons... : la fic épisode

A l’opposé total du tag, on trouve la fic épisode. Il n’y a pas vraiment de nom pour la qualifier officiellement, mais ce terme là me semble bien convenir. Ce sont des histoires de taille variable qui reprennent plus ou moins le format de la série : mission d’exploration d’une planète, retour du méchant ultime, etc. Ce genre est à Stargate ce que les pseudos tome 5/6/7 étaient à Harry Potter (quand la série n’était pas finie), le fond de commerce (avec les histoires de pairing).

Là où le tag tire sa force de son traitement des personnages et de sa petite taille, ce genre de fic repose avant tout sur son caractère divertissant. Il faut une intrigue originale et cohérente, de l’action et des rebondissements, et les trois quarts du travail sont faits. Ajoutez une intégration correcte du canon et un travail sur les personnages, et vous avez la fic parfaite pour vous occuper une soirée !

Egeria Legacy de annerb : accessoirement c’est aussi une AU mais on s’en fiche. C’est une histoire avec un très bon scénario basé sur les Tok’Ra, un très bon travail sur les personnages (sauf Daniel je trouve, pas toujours très cohérent), pas mal de références mélangées, un soupçon de ship SJ (voir plus loin), et pas mal d’introspection de personnage qui fait toute sa valeur ajoutée… Il lui manque juste le coté team fic, parce que c’est quand même du Sam-centric

Un peu d’amour dans ce monde de brut : Pairing & Jack/Sam

Stargate, comme tout fandom qui existe vit pour moitié sur ses histoires de couple. C’est un des grands paradoxes du monde des fanfictions, qui vit sur la frustration des fans de ne rien voir à la télé, mais se supporterait pas de voir cela à la télé, je pense.

C’est encore plus vrai pour le pairing phare de cet univers, canonique qui plus est, le Jack/Sam, sorte d’équivalent moderne de Roméo&Juliette vu qu’ils ne peuvent pas s’aimer à cause des règles de non-fraternisation dans l’armée (ah, les fameuses règles), si bien que leur histoire tient à tout un tas de petits détails comme des regards, des contacts physiques *OMG il lui a effleuré l’épaule *, des flirts *très* légers, et des « concrétisations » qui n’arrivent que dans des cas extrêmes (autre réalité, rêve de rêve, boucle temporelle), scrupuleusement relevés par les shippers (qui ça, moi ?).

On a pas que du J/S, mais c’est quand même le fond de commerce du domaine, qui donne des fanfictions magnifiques, tout particulièrement celles qui privilégient le coté complètement angst (désolé la trad française ne représente pas le tiers du concept) de leur relation sans tomber dans les facilités de scénario. Y’a du très bon fluff aussi quand on en veut, et des sacrés lemons même (oups me suis trahie). On trouve au moins autant d’horreurs et de clichés, même que je pourrais tenir 15 pages sur le sujet sans peine (entre les dérogations du président et le chalet dans le Minnesota, y’a de quoi), mais comme partout, une bonne écriture fait passer le pire des clichés.

Rassurez-vous, on trouve d’autres pairing, des canoniques (certains Sam/Pete sont vraiment mignons), d’autres moins (on pourrait s’attendre au pire en lisant un Sam/Rodney avec un bébé dans l’équation, et bien non, c’était à la fois émouvant et drôle), et d’ailleurs ça se lit plutôt bien pourvu que ce soit bien écrit.

Trinkets de Denise : Une des plus belles réalisations en terme de J/S, ensemble de 9 tags, tous se déroulant à Noël sauf un, sur les 8 premières saisons, plus un épilogue, avec un fil conducteur (les trinkets, babioles échangées à Noël), et faisant bon usage d’épisodes clés pour développer la relation entre les deux personnages. C’est du 50-50 entre fluff et angst, avec une très bonne caractérisation des personnages et un joli concept. De toute façon Denise est une auteur géniale, elle a plus de 200 fics à son actif, et toutes valent le détour.

La derniere fic avant la fin du monde : l’apocafic

Tout est dans le titre, c’est un genre assez fréquent dans Stargate, la fin du monde, la fin de la Terre, détruit finalement par un ennemi récurrent, et nos héros se retrouvent à essayer de réparer ça (pas comme si le voyage temporel n’était pas une habitude), de se venger, ou encore de reconstruire ailleurs, vous avez l’apocafic, qui commence mal et finit… cela dépend des auteurs, mais inutile de dire que tout le spectre des couleurs y passe.

The Way… Series par sbz : Honnêtement le genre des apocafic n’a jamais été ma tasse de thé, mais s’il y en a une qui m’a marqué, c’est bien celle-ci. C’est une série énorme, 7 parties et plus de 500 000 mots, c’est long, mais c’est passionnant. En laissant de coté une bonne partie du casting, en créant des sacrés morceaux d’intrigues avec de nouvelles civilisations, en offrant un aperçu assez inédit de certains personnages… le résultat laisse sans voix. Mais c’est long, soyez prévenus ^^.

Ripple effect : les Univers alternatifs

Un peu comme dans Harry Potter, il faut distinguer les univers parallèles (et dimensions parallèles, attention, ce n’est pas la même chose !) qu’on visite via un procédé, et les univers alternatifs, qui réécrivent l’histoire à partir d’un point donné. J’ai toujours aimé ce genre parce que c’est un peu l’essence de la fanfiction, reprendre l’histoire et se la réapproprier dans le sens qu’on voudrait qu’elle prenne. Stargate est assez riche dans le domaine : personnages qui ne meurent pas, personnages qui prennent la place d’un autre, conclusion qui change… on a vraiment de bonnes opportunités de développer de chouettes fics.

The Knife Edge of Madness de Strix Varia : J’aurais pu en citer des dizaines, à commencer par toutes celles de Denise, mais pour varier un peu les auteurs, j’ai choisi celle-là parce qu’elle m’a marqué mais ce n’est pas non plus la plus représentative du genre. C’est encore une bonne vieille Sam-centric, sur comment elle s’en est sorti toute seule (mais pas en terrible état parce qu’accessoirement amnésique) dans l’épisode Desesperate Measures (saison 5).

Et pour finir, le mini-dico des termes utiles

UST
Abbréviation de Unresolved Sexual Tension, presque un synonyme de S/J, recouvre toutes ces fics où il n’y a de relation « officielle » (mais ils s’aimmmeuh quand même), et accessoirement ne couchent pas ensemble, comme c’est si bien défini. A opposer aux RST, resolved sexual tension, tout un programme, surtout en ce qui concerne le rating.

Whumping
Terme exclusivement à Stargate, plutôt connu comme le « Danny Whumping », mais on trouve aussi du Sam Whumping… C’est un équivalent du Hurt/Comfort, avec le grand classique de la séance de torture en guise de préliminaire qui revient régulièrement.

Voilà, maintenant, vous ne pourrez pas dire que vous ignorez ce qui vous attend de l'autre coté de la Porte des Etoiles...

2 commentaires:

  1. Tu voudrais pas le publier chez moi, celui-là ?

    RépondreSupprimer
  2. Ca doit pouvoir se négocier, je peux même l'étendre quelque peu, j'ai encore les parties sabrées (sur la présentation de la série et sur les J/S) quelque part sur mon PC je crois...

    RépondreSupprimer