vendredi 5 décembre 2008

Fables 6 : Cruelles Saisons – Bill Willingham


Pour ceux qui n’ont jamais entendu parlé de cette merveilleuse (c’est le cas de le dire) série de comics, je vous renvoie sur à cet article. Après avoir patienté avec difficulté, ça y’est, je l’ai enfin, ce tome 6 tant attendu, surtout que le suspens était à son comble à la fin du tome précédent, bien que la bataille ait pris fin : Fille ou garçon ? Jumeaux ou triplés ?

Je ne vous donnerai pas la réponse, rassurez-vous, rien ne vaut une bonne vieille surprise ^^.


Cruelles Saisons est un recueil qui rassemble trois histoires : Cendrillon Libertine (tout un programme, quoique…), qui met en scène l’héroïne éponyme à Paris, Récits de Guerre (en 2 parties), nous racontant les aventures de Bigdy pendant la 2d guerre mondiale, et enfin Cruelles Saisons (en 4 parties, comme c’est étrange), qui reprend le fil de l’histoire là où nous l’avions laissé. Chaque récit a un ton étonnement différent.


Le premier, assez anecdotique (quoique aucun « hors-série » ne l’est jamais longtemps) offre une belle tranche de fou rire sur le début et un coté très film noir pour la suite (no spoiler d’où ce terme vague). Certes, la chute est prévisible à 30 km, mais ça se lit avec plaisir, ne serait-ce que pour la remarque de Bigby sur les français à la fin, assez fun parce que ça semble plus être l’avis du personnage que de l’auteur, et surtout c’est dit à la façon Bigby quoi : « Ils sont moins une nation qu'une population soudée par la surabondance de fromage ».

Le second rappelle plutôt les vieux comics de l’âge d’or, quand Superman & cie avaient pour ennemi les Nazis qui testaient tout plein d’armes fantastiques pour conquérir le monde, avec un petit coté film de guerre à coté. On échappe bien entendu pas au bon vieux château allemand où les méchants mènent leurs sinistres expériences… belle ambiance, bonne intrigue à la Bigby (avec toujours ce coté angoissant du tueur –mais du bon coté), quelques chouettes répliques, chouette morceau.

Quand au troisième, c’est le plus attendu, et il ne déçoit pas. C’est plus un épisode de transition qu’autre chose, une sorte de calme après la tempête, très plaisant. Bon certes, il y a quelques évènements, mais l’intérêt de l’histoire tient surtout à qu’elle s’attache vraiment aux personnages et à leurs relations, les habitués du premier plan comme Blanche Neige et Bigby, mais aussi d’autres qui passent au premier plan comme la Belle&la Bête. Et il y a des passages, franchement, ça sert le cœur.

Inutile de préciser que la suite fait baver… Pour le reste, le dessin est agréable, les couvertures magnifiques (à consulter ici pour se faire une idée)… à ce sujet je viens de découvrir qu’il y a un recueil de ces couvertures qui existe, c’est fort tentant, je le verrais bien à coté de mon recueil de couv de Sandman *siffle*).

Une fois n’est pas coutume, toujours la même question, mais à quand la suite ?
(et accessoirement, combien de temps vais-je tenir avant de décider d’investir dans la VO…)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire