dimanche 5 juin 2016

Une demi-couronne – Jo Walton



Après Le cercle de Farthing et Hamlet au paradis, Une demi-couronne vient conclure la trilogie du Subtil changement, une uchronie très intéressante qui voit la Grande-Bretagne basculer dans le fascisme après avoir fait la paix avec les Allemands en 1941.

Nous retrouvons une fois de plus l’inspecteur Carmichael, dix ans après les évènements de Hamlet au paradis. Il est à la tête du Guet, équivalent anglais de la Gestapo, où il joue un jeu dangereux à jongler entre ses fonctions officielles et ses activités clandestines. Comme si cela ne suffisait pas, sa pupille, la jeune Elvira, s’apprête à faire son entrée dans le monde et n’a pas son pareil pour s’attirer les ennuis.

Ce troisième volume perd le côté polar qui faisait le charme du premier tome, mais adopte à la place le ton d’un thriller on ne peut plus haletant. J’en étais presque contente d’enchaîner les trains en retard et en grève pour pouvoir le dévorer plus vite !

Cela est dû à son rythme bien sûr, Jo Walton jouant fort bien de la narration alternée entre Carmichael et Elvira pour faire monter la tension. Mais les personnages sont aussi pour beaucoup dans cet attrait : Carmichael est comme toujours un personnage complexe et fascinant, et sa jeune pupille l’est toute autant.

Je crois d’ailleurs que c’est mon héroïne préférée : on s’attache très facilement à ce personnage de jeune débutante issue du bas de l’échelle sociale dont la mentalité évolue au cours de l’intrigue. Elle est extrêmement crédible, tout simplement.

L’autre aspect qui est chouette, c’est le bond dans le temps : les deux précédents tomes mettaient en scène une Angleterre alternative des années 40-50 où les changements n’étaient pas toujours très faciles à saisir. Une demi-couronne nous projette dans les années 60, et pour le coup on sent vraiment le décalage au niveau sociétal.

Le seul reproche que l’on pourrait faire à ce troisième tome est le caractère un peu expéditif de la fin (un peu à l’image des précédents d’ailleurs), comme si l’auteur avait une contrainte de taille et devait se dépêcher de tout boucler.

Cela ne m’a pas vraiment gêné au final, au contraire (ne lisez pas ce qui suit si vous n’avez pas encore terminé ce livre) j’ai apprécié le ton presque trop gentillet. Après trois tomes de noirceur je me suis même rangée de tout cœur avec l'indécrottable optimisme de l'auteur.

Voilà pour la trilogie du Subtil changement, nouvelle occasion de se frotter à l’excellente prose de Jo Walton. A titre personnel je lui préfère Morwenna (plus touchant, mais qui a cependant l'inconvénient de faire plus dans le fan service). Cependant j’ai adoré l’univers qu’elle met en scène, le rythme endiablé et l’écriture toujours très juste… je suis donc ravie de savoir que ses autres romans vont également être traduits en français !

CITRIQ

8 commentaires:

Cyrille a dit…

"Elle est extrêmement crédible, tout simplement." Comme quoi, la crédibilité est une notion toute relative. Je l'ai trouvée aussi crédible qu'un personnage d'un roman de Marc Lévy :-)

Julien le Naufragé a dit…

Pour ma part, une excellente lecture.

Endea a dit…

J'ai beaucoup de livres sous le coude en ce moment mais dès que je pourrais je m'offrirai cette trilogie dont je n'entends que du bien ^^

Vert a dit…

@Cyrille
Moi je trouve qu'elle rend très bien la figure de l'ado avec des opinions très tranchées et une sacrée volonté, ce qui ne l'empêche pas de se fourrer dans les ennuis à la première occasion ^^

@Julien le Naufragé
Tout pareil !

@Endea
C'est une chouette trilogie, je te la conseille !

Acr0 a dit…

Je suis contente de lire que je ne suis pas la seule à avoir préféré Elvira aux autres héroïnes. C'est vrai que la fin est expéditive ! Tu as lu la trilogie en peu de semaines, j'ai l'impression ? Je lui ai préféré Morwenna, moi aussi. (et oui, vivement la traduction de ses deux autres romans !)

Vert a dit…

@Acr0
J'ai pratiquement enchaîné les 2 derniers. Et oui j'ai trouvé Elvira plus sympathique que les 2 autres (elle aussi elle est un peu neuneu parfois mais ça se justifie plus dans son cas).

Valeriane P. a dit…

J'ai découvert Walton avec cette trilogie et j'ai vraiment beaucoup apprécié.
Je suis fan de Carmichael!
Ce dernier tome est évidemment assez prenant... envie de savoir ce qui se passe!!

Et je te rejoins aussi sur le côté "expéditif" de la fin.
Et la remarque sur le format... les trois tomes ont exactement (il me semble) le même nombre de pages.

Vert a dit…

@Valeriane
J'avais pas poussé jusqu'à vérifier le nombre de pages moi ^^.