mardi 2 février 2016

Doctor Who : Time Lord Fairy Tales – Justin Richards


Ce que j’aime bien dans l’univers de Doctor Who, c’est que les livres dérivés ne se limitent pas aux traditionnels guides, encyclopédies et aventures supplémentaires, ce sont aussi parfois de vrais objets dérivés qui semblent parfois sortir littéralement de l’écran, comme ces deux mini-romans qui étaient présents comme accessoires durant la saison 7.

Ce Time Lord Fairy Tales s’inscrit plus ou moins dans cette lignée, puisqu’il s’agit d’un livre de contes qui reprend une partie des titres étaient cités par le Doctor dans un épisode de la saison 6 :
« You like stories, George ? Yeah ? Me, too. When I was your age, about, ooh... a thousand years ago, I loved a good bedtime story. The Three Little Sontarans. The Emperor Dalek's New Clothes. Snow White And The Seven Keys To Doomsday, eh ? All the classics. »
(The Emperor Dalek's New Clothes n’est hélas pas présent au sommaire, c’est peut-être LA déception de cet ouvrage).

Nous voilà donc face à une dizaine de contes qui revisitent pour la plupart des classiques : Jack et le haricot magique, Blanche-Neige, Cendrillon, Les trois petits cochons ou encore Le joueur de flûte de Hamelin, etc. Mais ce sont des réécritures à la sauce Doctor Who !

En conséquence les intrigues prennent souvent un caractère science-fictif (même si les personnages n’en ont pas forcément conscience, eux), les monstres sont issus du bestiaire de la série (Sontarans, Zygons et anges pleureurs entre autres) et le Doctor fait quelques apparitions ici et là, sous différentes incarnations.

C’est plutôt une lecture sympathique, le ton étant comme il se doit plutôt décalé avec des portails, des vaisseaux spatiaux et la marraine de Cendrillon remplacée par le Doctor et son TARDIS, entre autres choses. Rien de particulièrement spectaculaire dans les intrigues mais on s’amuse bien de certaines réécritures, notamment The Three Little Sontarans (forcément à des kilomètres du conte original) et The Scruffy Piper (qui met en scène un Two au top de sa forme).

Ceci dit la plus jolie histoire n’est pas forcément la plus drôle. Il s’agit de The Garden of Statues, qui ouvre le recueil, et rien qu’au titre vous avez une bonne idée de ce qui vous attend… ce qui n’enlève rien à son caractère à la fois triste et touchant.

C’est donc un chouette livre dérivé, plutôt à l’attention d’un public jeune (c’est très facile à lire en anglais), mais qui joue le jeu jusqu’au bout : jolie reliure solide et illustrations façon gravure à l’intérieur (qui divulguent un peu trop souvent le contenu de l’intrigue mais ce n’est pas bien grave). Un chouette livre à avoir sur ses étagères donc !

D’ailleurs c’est un ouvrage vraiment « soigné » quel que soit son support. En rédigeant cet article, je suis tombée sur le casting de la version audio, dans lequel on croise entre autres Tom Baker (le 4ème Doctor), Paul McGann (le 8ème), Michelle Gomez (Missy), Nicholas Briggs (voix des Daleks et des Cybermen) et Dan Starkey (Strax, qui sans surprise lit The three little sontarans). Pour les amateurs, ça doit être un délice à écouter.

3 commentaires:

Tigger Lilly a dit…

Ça a l'air sympatoche. La couv' est très belle aussi. Ce n'est pas illustré à l'intérieur ?

Shaya a dit…

Oui il est très beau en tout cas ! Si c'est vraiment aisé à lire en anglais ça pourrait être une idée de lecture, ça !

Vert a dit…

@Tigger Lilly
Si y'a des illustrations intérieures, je l'ai dit dans mon article (enfin il me semble xD)

@Shaya
C'est accessible en effet.