jeudi 11 février 2016

Le marteau de Thor (Origines 2) - Stéphane Przybylski


L’an dernier, j’avais découvert avec grand plaisir Le château des millions d’années, première tome d’une tétralogie d’histoire secrète (je crois que c’est le qualificatif le plus juste au moins pour le moment) mettant en scène un officier SS allemand envoyé l’aube de la Seconde Guerre mondiale sur les traces d’antiques tribus aryennes, et qui croise la route de créatures supérieures non humaines.

Inutile de dire que j’ai été ravie de voir arriver le tome 2, Le marteau de Thor, qui reprend l’histoire exactement là où elle s’était arrêtée, et continuer à revisiter les premières heures de la Seconde Guerre mondiale principalement du point de vue allemand, avec une petite dose de surnaturel en bonus (indice : ils ont des soucoupes volantes).

Difficile donc de ne pas répéter ce que j’ai déjà dit pour le tome 1, vu que Le marteau de Thor s’inscrit dans la continuité du Château des millions d’années : on retrouve la même structure qui joue des flash-back et des flash-forward, ainsi que la même rigueur historique incroyablement documentée.

L’action se déplace de l’Orient à l’Angleterre, avec une opération d’exfiltration qui occupe presque toute l’intrigue. Du coup les personnages du tome 1 passent un peu au second plan, ce qui est un mal pour un bien : si Friedrich Saxhäuser manque souvent à l’appel, cela permet d’éviter l’effet parfois un peu Gary Stu du personnage (qui m’a sauté aux yeux lorsque j’ai relu le tome 1).

[Pour la petite explication Gary Stu est le masculin pour Mary Sue, archétype de personnage de fanfiction qui a tendance à être plus belle, plus intelligente et plus forte que tout le monde, jusqu’à occuper un peu trop le devant de la scène… ceci dit ce n’est pas si gênant que ça dans le cas de Saxhäuser lorsqu’on a l’impression de suivre les aventures de Indiana Jones, qui est lui-même plus beau, plus fort et plus intelligent que tout le monde, c’est bien connu !]

D’ailleurs en parlant d’Indiana Jones, j’ai été un peu déçue que ce tome 2 s’inscrive moins dans cette lignée aventure archéologique et adopte du coup un ton plus sérieux, nécessaire vu l’intrigue, mais qui du coup rend la lecture un peu moins facile. Mais là encore c’est un mal pour un bien, cela évite quelques facilités. Et on sent de toute façon qu’on a affaire à un tome de transition, qui met en place plein de choses pour la suite (qui devrait je pense bouger un peu plus).

Cela n’empêche pas de profiter de l’intrigue qui s’en donne à cœur joie pour revisiter cette période historique qu’on ne connait finalement pas si bien que ça. Je suis vraiment curieuse de voir ce que la suite nous réserve, ceci dit le titre du tome 3, Le club Uranium, donne une bonne idée de la direction que va prendre l’histoire.

Cette suite est d’ailleurs prévue pour fin juin, il n’y aura donc pas beaucoup d’attente pour continuer à profiter de cette belle relecture de la Seconde Guerre Mondiale, bien construite et fort documentée. Je vous en reparlerais sans doute très vite !

CITRIQ

7 commentaires:

  1. Toujours aussi bon donc.
    Il faudrait que je m'y mette avant de trop me faire distancer par les parutions...

    RépondreSupprimer
  2. @Lorhkan
    Au rythme actuel de publication actuel, tu risques de lire les 3 premiers tomes d'affilé ou presque ^^

    RépondreSupprimer
  3. Tu sous-entends qu'il ne faut pas que je traîne, c'est ça ? :D

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai que c'est du bon et même du très bon. J'ai mieux aimé le 2° tome malgré le peu d'apparition de saxhauser!
    J'attends le 3° de pied ferme!

    RépondreSupprimer
  5. @Lorhkan
    Ou au contraire tu attends un peu et tu lis tout d'un coup :p

    @lutin82
    Juin sera vite là pour la suite ^^

    RépondreSupprimer
  6. Il devient de plus en plus utile, que je lise le premier tome.

    RépondreSupprimer