mercredi 28 août 2019

Amatka – Karin Tidbeck


Au gré des revues et des anthologies, il m’arrive fréquemment d’avoir envie de découvrir un auteur suite à la lecture d’une de ses nouvelles. Ainsi, après avoir bien apprécié Sing, la nouvelle de Karin Tidbeck publiée dans la revue Angle Mort en début d’année (à lire ici), j’ai voulu continuer à explorer son œuvre et je me suis donc rapidement intéressée à son unique roman traduit en français, Amatka.

Sur un monde dont on a du mal à savoir s’il s’agit d’une dimension parallèle ou d’une autre planète, une communauté humaine essaye de survivre dans un environnement hostile. La société est organisée en plusieurs colonies, chacune destinée à la production d’un certain type de ressource. Les règles de fonctionnement sont très strictes et chaque citoyen doit penser avant tout à la communauté.

Amatka est une colonie agricole, spécialisée dans la culture de champignons. Pour découvrir ce charmant endroit au climat glacial, nous allons suivre les pas de Vanja, une assistante d’information chargée par la colonie administrative de réaliser une étude de marché sur les produits d’hygiène.

En arrivant dans ce roman par le biais d’un train sans fenêtre qui roule vers Amatka, on découvre un système de société très inspiré par le communisme où la communauté passe avant l’individu, et où plane assez rapidement un soupçon de totalitarisme lorsque l’on comprend que certaines choses sont volontairement cachées et que les déviations à la norme ne sont pas admises.

Forcément, le parallèle avec 1984 est inévitable (et ô combien adapté). Mais Amatka ne se contente pas d’être une redite. Le roman explore la question du pouvoir des mots d’une façon très différente et fort intéressante, contribuant à donner une ambiance particulière à cette lecture.

Amatka est un roman qui se révèle très vite prenant. J’ai apprécié son univers glacial et plein de mystères, qui interroge autant sur le fonctionnement d’une société que sur la perception qu’on peut avoir de la réalité.

J’ai trouvé que ce roman était également touchant, grâce à son héroïne qui peut sembler un poil apathique mais qui marque par sa façon de ne pas rentrer dans le moule et de cacher ses blessures. J’aime beaucoup les personnages de Karin Tidbeck, j’avais déjà été marquée par les protagonistes de sa nouvelle Sing.

Mon seul regret à la lecture, ce sont peut-être les dernières pages qui expédient très vite beaucoup de choses alors que le reste du roman prenait beaucoup plus son temps. Mais c’est sans doute parce que j’aurais aimé continuer la visite de cet endroit, bien qu’il devienne de plus en plus étrange au gré du récit.

Amatka est donc une très jolie découverte, du genre qui reste en tête un moment. Je l’ai lu pendant une semaine de canicule, ça ne m’a pas beaucoup rafraichi le corps mais la tête, un peu ! D’ailleurs je pense assez systématiquement à lui quand il m’arrive d’ânonner à voix haute le nom des produits que je mets dans mon panier au supermarché !

Bref, si ce roman croise votre route, laissez-vous tenter, vous pourriez bien vous aussi tomber sous son charme. Quant à moi, j’espère qu’on aura l’occasion de lire d’autres textes de Karin Tidbeck.

Infos utiles : Amatka est un roman de Karin Tidbeck traduit en français par Luvan (traduction de l’anglais et du suédois en même temps, c’est peu courant). Publié en 2018 par La Volte sous une superbe couverture de Corinne Billon, ce roman compte 217 pages.


7 commentaires:

  1. Excellent livre, dommage que la fin soit si vite expédiée et assez flou !

    RépondreSupprimer
  2. Si ce roman croise ma route, je me laisserai tenter et j'espère tomber sous son charme.
    (c'est bon, j'ai bien appris ma leçon ? =P)

    RépondreSupprimer
  3. Un roman court j'aime déjà. Touchant et qui reste en tête, je trouve ça pas mal convaincant. Et je suis intriguée par l'univers et cette colonie...
    Bon ça me paraît plutôt gagné pour qu'il rejoigne ma bibli ^^

    RépondreSupprimer
  4. C'est quoi le rapport avec la canicule et le fait d’ânonner le nom des produits au supermarché ? *smiley intrigué*
    Il a l'air sympa il est vrai. J'avais aussi bien aimé la nouvelle dans l'Angle Mort.

    RépondreSupprimer
  5. J'avais beaucoup aimé aussi, une autrice dont je surveille les sorties désormais.
    Il y a aussi une nouvelle audio gratuite sur Coliopod qui m'avait beaucoup plus. C'est par ici si je puis me permettre : http://coliopod.com/episode-009-appel-aux-armes-pour-la-defense-des-droits-des-auteurs-decedes-de-karin-tidbeck/

    RépondreSupprimer