dimanche 4 août 2019

Pierre-de-vie – Jo Walton


Petit à petit, la collection Lunes d’encre continue à publier en français l’œuvre de Jo Walton. Après Des griffes et des crocs, c’est au tour de Pierre-de-vie d’arriver en français cette année sous une superbe couverture d’Aurélien Police (who else ?). L’occasion de visiter un univers à la fois tranquille et complexe où le temps nous joue des tours.

Applekirk est un village des Marches, la région centrale d’un univers où le temps ne s’écoule pas à la même vitesse à l’Est qu’à l’Ouest. En conséquence, selon la direction que vous prenez lorsque vous partez en voyage, vous pouvez revenir à votre point de départ quelques jours ou des dizaines d’années après.

Mais on n’a guère l’occasion de voyager dans Pierre-de-vie, puisque l’action se déroule principalement à Applekirk, dont la vie tranquille est perturbée par l’arrivée de deux voyageurs, une femme partie il y a plusieurs générations et un érudit avide de connaissances.

Pierre-de-vie est un récit étrange qui ne plaira pas forcément à tout le monde. Sa narration décousue peut perturber de prime abord, de même que le concept même d’univers où le temps s’écoule à des vitesses différentes (j’ai d’ailleurs fini par me faire un schéma !). Même d’un point de vue humain, le roman peut sembler compliqué, vu qu’il met en scène une famille peu conventionnelle où l’on a parfois du mal à suivre qui est l’enfant de qui.

Pour ma part, je suis assez rapidement tombée sous son charme. Pierre-de-vie est un récit tranquille, où il semble se passer peu de choses (sauf sur le dernier tiers), mais cela laisse du temps pour brosser de beaux portraits et de brasser plein d’idées intéressantes.

Chacun se focalisera sans doute sur des aspects différents, mais pour ma part j’ai aimé cette famille chaleureuse qui compte quatre parents (et des enfants issus de toutes les configurations possibles), ces beaux portraits de femmes (Taveth en tête) qui cherchent leur pierre-de-vie (l’équivalent d’un objectif, d’un métier et d’une passion en même temps) et cette magie qui semble aller de soi mais qui est parfois terrifiante dans le rapport particulier au temps qu’elle créé.

En lisant Pierre-de-vie, j'ai beaucoup pensé à Ursula K. Le Guin. Il y a quelque chose de Tehanu dans cette façon de raconter une histoire tranquille et plutôt intimiste. Et aussi quelque chose de la nouvelle Pêcheur de la mer intérieure dans cette façon de mettre en scène une cellule familiale peu classique comme si c’était la chose la plus naturelle du monde.

Atypique autant par son univers que par son histoire tranquille, Pierre-de-vie n’est pas le roman le plus facile d’accès de Jo Walton. Mais sous son ambiance en apparence champêtre, il se révèle touchant et très riche. Si les histoires de famille et les récits décousus ne vous font pas peur, n’hésitez pas à vous jeter dessus, c’est un roman touchant qu’on garde en tête après sa lecture.

Infos utiles : Pierre-de-vie (Lifelode en VO) est un roman de Jo Walton sorti en 2009 et publié en 2019 chez Denöel Lunes d’encre. La traduction est assurée par Florence Dolisi et la couverture est signée Aurélien Police. 329 p. Si vous avez lu le roman et que des points vous intriguent, le blog Lunes d'encre propose la traduction d'une interview qui propose des éléments de réponse.


18 commentaires:

  1. Ah bah j'allais dire que présenté ça, cela fait penser à du Le Guin, mais la comparaison est déjà faite, huhu. Ça ne me donne qu'encore plus envie de le lire.
    Par contre je vois que ça ne partage même pas ses schémas, super, merci. =P

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Baroona
      J'aurais pu le faire s'il n'était pas rangé dans le livre qui a lui même été mis en carton xD.
      Tu peux le voir sur Twitter ceci dit : https://twitter.com/nevertwhere/status/1144618392135098368

      Supprimer
  2. C'est vrai que ça a l'air bien, mais je ne sais pas trop si je le lirai. D'une part à cause de cette histoire de temps, d'autre part parce que j'ai déjà perdu le fil des filiations dans Mes vrais enfants, alors imagine ici :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alys
      Tu demanderas à Tigger Lilly son schéma pour la famille :D

      Supprimer
  3. ta référence à Téhanu a fait le coche chez moi!
    J'avais déjà envie de le lire, et tu enfonces le clou. J'aime bien aussi les récits à narration tranquille du moment que le conteur est bon.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour le lien :)
    On est sur la même longueur d'ondes pour ce roman.

    RépondreSupprimer
  5. Je trouve que cette couverture illustre très bien la temporalité du roman :) Pierre-de-vie ne peut être qu'une rencontre, on est charmé.e - comme tu l'écris si bien - ou on passe à côté. Et de mon côté, la rencontre fut très agréable.

    RépondreSupprimer
  6. J'aime beaucoup ta comparaison avec Ursula Leguin ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Tigger Lilly
      Et puis ça donne envie de lire Ursula Le Guin non ? ;p

      Supprimer
  7. Je ne lis que de bons avis sur cet auteur.
    Ma prio pour débuter avec lui va à Mes vrais enfants, mais il n'empêche que ton retour sur ce titre est alléchant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Ite
      Je ne peux qu'approuver pour Mes vrais enfants. Morwenna est très sympa aussi pour démarrer.

      Supprimer
  8. Décidément, ce roman fait l'unanimité ! Il finira bien par arriver jusqu'à moi, mais pas tout de suite.

    RépondreSupprimer
  9. Je viens de le finir et j'ai vraiment beaucoup aimé !

    RépondreSupprimer