dimanche 26 novembre 2017

Alcatraz contre les traîtres du Nalhalla – Brandon Sanderson


Cela faisait déjà un petit moment que j’avais laissé en plan Alcatraz dans son combat contre les infâmes bibliothécaires (et ne parlons même pas des conservateurs rencontrés dans le tome 2), jusqu’à que je tombe sur les tomes 3 et 4 d’occasion en librairie. Et je dois dire que j’avais oublié à quel point cette série était bonne pour le moral !

Pour ceux qui ne connaîtraient pas l’univers, Alcatraz est un cycle de romans pour la jeunesse qui met en scène un héros orphelin, Alcatraz (oui c’est bien son prénom !) qui erre de famille d’accueil en famille d’accueil car il ne peut pas s’empêcher de casser tout ce qu’il touche (c’est un don en fait, mais il n’en a pas encore conscience).

Un jour, il découvre qu’il a en fait une famille, que celle-ci est dotée de talents spéciaux (son grand-père est toujours en retard !) et que le monde dans lequel il pense vivre n’est qu’une illusion. La Terre est bien plus grande qu’il n’y parait, mais les infâmes Bibliothécaires n’ont de cesse de comploter pour dissimuler la vérité et conquérir l’intégralité des Royaumes.

Forcément, je ne pouvais que tomber sous le charme de cet univers hilarant qui transforme les gens de ma profession en génies du mal (comme quoi il faut se méfier des lunettes à écailles !). La narration très cynique et pleine d’humour (qui fait beaucoup penser à Roald Dahl) a son petit effet également.

Après deux tomes pleins d’aventures hautes en couleur, Alcatraz a enfin l’occasion de mettre les pieds dans les Royaumes Libres (de la domination des bibliothécaires) et de découvrir un royaume fantaisiste à loisir où s’empilent les châteaux et où il doit apprendre à gérer sa célébrité nouvellement acquise. Sans parler d’un nouveau complot des bibliothécaires à déjouer…

Et sans surprise, on replonge avec plaisir dans cette histoire, autant pour les péripéties ubuesques du héros que pour ses digressions de début de chapitre exaspérantes et hilarantes à la fois. Je me suis franchement fendue la poire à la lecture (il faut dire qu’il y a quelques piques bien senties envers les maniaques du classement dans mon genre !), tout en appréciant de voir le héros grandir un peu.

J’ai idée que je finirais par me lasser du ton employé au bout de mille pages, mais comme le roman ne fait que trois cents pages et que je lis ce cycle par intermittence, chaque roman est un excellent moment de lecture et de fous rires, un chouette ouvrage pour se détendre, à prescrire aux adolescents comme aux adultes.

Je vous laisse avec ma digression favorite de début de chapitre :
« Pourquoi est-ce que je vous parle des poissons panés ? Tout simplement parce qu’en plus d’être une plaie universelle, ils se valent tous plus ou moins. Si vous n’aimez pas ceux d’une certaine marque, il y a de fortes chances pour que vous n’en appréciiez aucun.
Le truc, c’est que je me suis rendu compte que les gens avaient tendance à traiter les livres comme du poisson pané. Ils en essaient un et ils s’imaginent qu’ils les ont tous testés.
Les livres ne sont pas des poissons panés. Certes, ils ne sont pas tous aussi géniaux que celui que vous avez entre les mains ; toutefois, ils sont d’une telle variété que ça vous en donnerait presque le tournis. Et même au sein d’un genre particulier, on peut tomber sur deux bouquins totalement différents.
Nous y reviendrons. Pour le moment, efforcez-vous de ne jamais prendre la littérature pour du poisson pané. (Et si jamais on vous force à manger l’un ou l’autre, choisissez le bouquin. Croyez-moi.) »
D’autres avis : Un brin de lecture, Plaisir de lire

12 commentaires:

  1. Réponses
    1. @Alys
      Tu ne le verras plus de la même façon hein ? ^^

      Supprimer
  2. Ahah, j'ai bien rigolé en lisant la citation ! Je n'ai pas testé cette série de l'auteur. Sais-tu combien de tomes composeront la série au final ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Acr0
      Il y en a 4 de parus, l'auteur en a prévu un 5e à priori.

      Supprimer
  3. La citation est géniale xD Il faudrait que je teste un jour quand même !

    RépondreSupprimer
  4. J'adore Sanserson. Énormément. J'ai quasiment tout lu de lui.... sauf les Alcataz qui ne passent pas chez moi.
    Au passage j'adore cette citation!! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @lutin82
      C'est rigolo, moi je n'ai lu pratiquement aucun Sanderson sauf Alcatraz :D

      Supprimer
  5. Extra ! Ca me fait bien envie. Je tente par ailleurs de chercher du bon humour en SF, et j'espère bien pouvoir en trouver là. Je ne savais pas que Sanderson écrivait ce genre de texte.
    J'essayerai avec le tome 1. On verra bien. Ta citation m'a bien faire rire en tout cas ^^.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Miroirs SF
      Ca vaut le coup rien que pour le premier tome, surtout quand on fréquente beaucoup les bibliothèques. C'est du jeunesse mais du bon jeunesse ^^.

      Supprimer
    2. Ca marche ! Je ne suis par ailleurs pas allergique aux jeunesses ^^. Je suis d'ailleurs en train de relire le premier tome d'Harry Potter pour tenter (difficilement) d'améliorer mon anglais.

      Supprimer
    3. @Miroirs SF
      Harry Potter est un bon moyen de se mettre à l'anglais, j'ai fait d'énormes progrès grâce aux romans (et aux fanfictions aussi xD)

      Supprimer