vendredi 17 novembre 2017

Tolkien et la religion : comme une lampe invisible – Leo Carruthers


Tiens ça faisait un petit moment que je ne vous avais pas parlé de Tolkien sur ce blog, il était donc plus que temps pour moi de produire mon article annuel. A défaut de me pencher sur les derniers « inédits » publiés, aujourd’hui je vais vous parler d’un essai plutôt intéressant sur le monsieur.

Tolkien et la religion : comme une lampe invisible est un texte qui comme son titre l’indique se penche sur les liens qui unissent Tolkien (catholique on ne peut plus pratiquement) à la religion, dans sa vie et dans ses écrits.

Signé de Leo Carruthers, un professeur d’études médiévales anglaises (qui avait déjà supervisé l’ouvrage Tolkien et le Moyen-Âge), cet essai ne se contente pas de faire l’inventaire des symboles chrétiens qui s'invitent parfois dans les œuvres de Tolkien (ceux-ci restent d’ailleurs très obscurs pour les non connaisseurs).

A la place, Tolkien et la religion cherche à mettre en lumière tout le travail réalisé par Tolkien pour recréer une mythologie qui s’appuie sur des textes anciens « païens » mais aussi sur un certain nombre de valeurs chrétiennes, sans pour autant tomber dans le prosélytisme comme C.S Lewis avec Narnia.

Leo Carruthers tisse notamment un parallèle très juste avec Beowulf, un récit qui a beaucoup inspiré Tolkien et qui déjà en son temps cherchait à concilier les valeurs d’une société récemment christianisée avec des mythes et récits bien plus anciens.

Écrit universitaire oblige, j’avais un peu peur de trouver cet essai difficile à lire mais il n’en est rien. La plume de Leo Carruthers est limpide et très agréable à lire, et les pages s’enchaînent toutes seules du moment qu’on ne commence pas à s’égarer dans les notes de bas de page

Du coup j’ai beaucoup aimé cette lecture, d’autant plus que l’auteur réussit à caractériser des sensations que j'ai pu avoir à la lecture du Seigneur des Anneaux ou du Silmarillion sans jamais vraiment réussir à vraiment mettre des mots dessus.

Tolkien et la religion : comme une lampe invisible est donc une belle découverte, qui a réveillé une fois de plus mon intérêt pour Tolkien et son œuvre. A voir si j’arrive à lire d’ici l’année prochaine certains de ses inédits récents (Beowulf ou La Chute d’Arthur), ou si je saute enfin le pas pour me procurer la fin de l’Histoire de la Terre du Milieu en VO…

D’autres avis : Elbakin

10 commentaires:

  1. Super intéressant! :) J'ai lu quelque chose du même genre quand j'étais plus jeune mais c'était une démarche prosélyte justement: légitimiser Tolkien en cherchant des symboles catholiques dedans (genre Galadriel c'est la Vierge Marie), parce que en soi la fantasy c'est pas sérieux. Alors que l’œuvre va tellement au-delà de ça et ça crève les yeux quand tu as un minimum de cerveau quoi! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Alys
      C'est pas du tout la démarche là même si la symbolique est brièvement évoquée. Comme l'explique si bien l'auteur si symbolique il y a elle est perceptible pour qui la connaît, et les autres passent à côté sans que cela gêne.

      Supprimer
  2. Le sujet est très intéressant, il faudra que je le lise :)

    RépondreSupprimer
  3. Intéressant tout ça ! Quand j'aurais plus de connaissance sur Tolkien ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Shaya
      C'est vrai que ça s'apprécie mieux avec une bonne connaissance de ses écrits (il cite pas mal l'Histoire de la Terre du Milieu, les portions non traduites en plus, snif)

      Supprimer
  4. Ca a l'air vraiment intéressant. Est-ce que c'est facilement abordable pour ceux qui ne sont pas calés en religion ? Que ce soit le catholicisme ou les mythes plus anciens dont Tolkien a pu s'inspirer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @Boo
      Je pense que c'est plus facile à lire si on n'est pas calé en religion que si on n'est pas calé en Tolkien ^^

      Supprimer