jeudi 15 octobre 2015

Doctor Who 9x04 - Before the flood


Après un Under the lake qui mettait la barre très haut à tous les niveaux, il est temps de se pencher sur sa suite directe, Before the flood, qui a la lourde tâche de faire aussi bien que sa première partie. L’objectif n’est peut-être pas complètement atteint au final, mais cela n’empêche pas d’avoir droit à un épisode bien construit avec quelques très bons moments (et des spoilers !)

« […] This is called "The Bootstrap Paradox". Google it. The time traveller panics, he can't bear the thought of a world without the music of Beethoven. Luckily he'd brought all his Beethoven sheet music for Ludwig to sign. So he copies out all the concertos and the symphonies... and he gets them published. He becomes Beethoven. And history continues with barely a feather ruffled. »
Rien que l’introduction pré-générique est fort chouette, dans cette façon de s’adresser au téléspectateur et de donner tout de suite les éléments de compréhension, à savoir le fameux « bootstrap paradox », qu’on connaît en France sous le nom de paradoxe de l’écrivain selon Wikipedia. Une bonne vieille boucle de causalité, un grand classique de Doctor Who !

Techniquement il donne également la clé de l’épisode, ce qui pourrait sembler un peu grossier, mais j’aime cette façon de le mettre en avant dès le départ, c’est un peu une manière d’assumer une résolution scénaristique un peu facile, parfois bancale, mais qui néanmoins fonctionne fort bien dans le monde des voyages dans le temps.

« But my question is this. "Who put those notes and phrases together ?" Who really composed Beethoven's 5th ? »
Et puis comment résister à un peu de guitare électrique jouée par le Doctor himself, y compris pendant le générique ? (d’ailleurs à ce sujet, si on pouvait garder cette version qui est très chouette…)


Le décor où va se dérouler la majorité de l’épisode, c’est du Toby Whitehouse (Being Human) tout craché. Cette fois-ci le spécialiste des papiers peints déjantés a déniché un terrain d’entraînement sous la forme d’une fausse ville soviétique en pleine guerre froide. Délicieux !


Et on retrouve la navette avec un cadavre à l’intérieur, celui d’un tyran conquérant, le Roi Pêcheur. Il n’y a pas encore d’inscriptions, et le tivolien qui n’est pas encore passé à l’état de fantôme. Les éléments sont en place, il ne reste plus qu’à combler les trous…



… et à résoudre le problème de la mort à venir du Doctor, dont le fantôme égrène une liste de noms dans le futur. L’évènement en lui-même est peu crédible au possible (surtout qu’on l’a déjà vu falsifié son décès), mais c’est toujours intéressant d’observer les réactions de l’entourage. Dans le cas présent on peut dire que Clara pète tout simplement un câble.
« Doctor, I don't care about your rules or your bloody survivor's guilt. If you love me in any way, you'll come back. »
C’est assez marrant parce qu’elle devient un peu voire carrément irritante dans cette saison la miss Clara.  Trop autoritaire, trop centrée autour d’elle-même, elle n’apporte plus forcément toute la compassion qu’elle avait auparavant.

Mais en même temps on aurait un peu de mal à lui en vouloir, c’est évident qu’après avoir accompagné le Doctor à travers une régénération, et avoir perdu (deux fois techniquement !) son amoureux, il y a de quoi être un peu à fleur de peau... En tout cas je l’imagine mal quitter le TARDIS de son plein gré (ou ça serait une vraie surprise pour le coup !).


Et le pauvre Doctor ne voit aucune issue possible, du moins pour le moment. Il met donc Clara en sécurité et repart mener l’enquête avec ses deux compagnons improvisés. Et se retrouve pourchassé par le Roi Pêcheur à travers la ville fictive. Évidemment ils se séparent (comme dans tout film d'horreur qui se respecte)…


Et forcément, la fangirl du Doctor, celle que le Doctor voulait garder en sécurité (sans doute parce qu’il avait compris que la liste donnait l’ordre des morts), part de son côté et est assassinée. On ne peut pas s’empêcher de penser que s’il n’avait pas voulu tester sa théorie, il aurait peut-être plus insisté pour qu’elle reste en sécurité. C'est là toute l'ambiguïté du personnage.


En tout cas ça le motive à résoudre cette affaire au plus vite (sans pour autant croiser son double !), d’autant plus que Clara est la prochaine sur la liste. Est-ce qu’il est vraiment prêt à tout uniquement pour sauver son amie ? On l’a déjà vu faire mais ça ne lui ressemble pas forcément de se soucier si peu des autres, à ce stade il doit surtout soupçonner la vérité (après tout Clara n’a pas vu son fantôme, et elle est avant lui sur la liste !).

D’ailleurs Clara de son côté est un peu en mode Doctor, et réussit à convaincre ses petits camarades de quitter leur refuge pour récupérer son téléphone portable, et la séquence où Cass est toute seule dans le couloir, poursuivie par un fantôme qui laisse traîner une hache est terriblement flippant. Joli moment ! (d’autant plus que je lisais cette semaine un article sur la diversité dans les médias, et la part des handicapés dans la fiction en France, c’est juste rien du tout, alors ça fait plaisir d’avoir un tel personnage ici)


Pendant ce temps le Doctor se confronte au Roi Pêcheur. Sacré échange verbale où l’on voit petit à petit le Doctor passer du faible terrifié au héros qui a le dessus, avec une sacrée maîtrise. J’aime beaucoup cette scène (qui alterne avec les séquences dans la base sous-marine), ce sous-sol à demi-éclairé, ce duel de mots, et un méchant fort classe :


Pour la petite anecdote sa voix me semblait familière et accessoirement terriblement adaptée à un rôle de grand méchant. Après vérification, c’est tout à fait normal, son doubleur, Peter Serafinowicz, a déjà donné dans le domaine du côté obscur (bon ok il n’avait que trois répliques dans le film, mais tout de même !).


Et on retrouve sans grande surprise le Doctor planqué dans le sarcophage que personne n’arrivait à ouvrir depuis le début de Under the lake, qui a ainsi échappé à l’inondation et sort de là juste à temps pour se débarrasser des fantômes restants avec son propre fantôme qui n’était rien d’un autre qu’un hologramme (autant dire que tous les éléments étaient en place depuis le début).


L’histoire se conclue quand même sur une petite note de tristesse, puisque O’Donell est toujours morte, au désespoir de son amoureux que Clara essaye de consoler (pour le coup elle sait de quoi elle parle !). Mais aussi une petite note de bonheur avec une histoire d’amour qui elle se termine bien (c’est un peu gratuit mais ça réchauffe le cœur !).

- When did I first have those ideas, Clara ?
- Well, it must have been... Wow.
- Exactly. Who composed Beethoven's 5th ?
Après quoi il ne reste plus qu’à faire un petit point sur la résolution, afin de boucler avec l’introduction de l’épisode, et terminer sur une nouvelle dose de guitare électrique !


(et j’aime beaucoup le petit haussement d’épaule à l’attention du téléspectateur, il veut tout dire !)

Before the flood est au final un épisode tout à fait honorable. Il n’est pas aussi frappant que sa première partie, mais l’ensemble est fort solide et se défend très bien dans la gamme épisode déconnecté de tout fil rouge

J’ai pour ma part apprécié les ficelles un peu faciles de la boucle de causalité volontairement assumées, le Doctor en grande forme à la guitare électrique, le méchant à la voix terriblement bad ass, les personnages secondaires forts attachants, les décors étonnants et la très chouette réalisation. Un bel épisode donc !

2 commentaires:

  1. Il m'a beaucoup plu aussi ! J'ai hâte que Clara s'en aille je crois, elle m'agace de plus en plus par contre xD

    RépondreSupprimer
  2. @Shaya
    C'est bien connu que les Clara sont des chieuses ;p

    RépondreSupprimer