mercredi 8 février 2012

Léviathan - Scott Westerfeld


Je suis assez admirative de Scott Westerfeld, à chaque fois que je tombe sur un roman de lui, il n’a rien à voir avec le dernier de lui que j’ai pu lire. Entre Uglies et Succession, on passait déjà de la dystopie au space-opéra (bonjour le grand écart !). Avec Léviathan, on entre de plain-pied dans le steampunk (des fois que la couverture vous laisse un doute).

Le roman se déroule dans un univers uchronique sacrément alternatif : à la veille de la Première Guerre Mondiale, on trouve en Europe une opposition entre les Darwinistes et les Clankers. Derrière ces termes un peu obscurs se cachent des sociétés dont les évolutions technologiques ont pris un tour radicalement différent.

Les Darwinistes ont, grâce à Darwin, percé le mystère de l’ADN (les fils de vie) et se spécialisent dans les créatures hybrides : lézards messagers capables de reproduire des voix humaines façon dictaphone, méduses gonflées d’hydrogène faisant office de parachute/ballon d’appoint…

De leur côté, les Clankers qui perçoivent ces pratiques comme des abominations ont développé des armes mécaniques révolutionnaires, dont les mécanopodes (qui vont du petit modèle de promenade sur deux pattes au monstre titanesque hérissé de canon).

Bien évidemment, la Grande Bretagne, la France et la Russie sont de fervents darwinistes, tandis que l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Empire Ottoman sont d’irréductibles clankers, et tout le monde ne rêve que de se mettre sur la tronche, on est en 1914 après tout. L’occasion est très justement fournie lors de l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand , qui va être le point de départ de la guerre, comme chacun l’apprend à l’école, mais également de l’aventure de nos deux protagonistes principaux.

Nous avons Alek d’un côté (clanker), fils de l’archiduc assassiné, qui s’enfuit à bord d’un mécanopode pour échapper à la mort, tandis que de son côté (darwiniste) Deryn, une jeune fille pleine de ressources qui s’est fait passer pour un garçon afin d’être engagée dans l’Air Service anglais, se retrouve à bord du Léviathan, une gigantesque baleine volante.

Léviathan est clairement un tome d’introduction, destiné avant tout à poser l’univers, véritable point fort. C’est vraiment une constante chez Scott Westerfeld, il a une imagination assez incroyable pour créer des mondes jusqu’au moindre détail, assez pour nous donner envie d’aller y faire un tour.

Ici il réussit avec brio à créer un très bel univers steampunk autant basé sur les progrès mécaniques que biologiques, et l’implantation au début de la première guerre mondiale est réalisée avec beaucoup d’intelligence.

C’est peut-être ce qui m’a frappé le plus d’ailleurs. Léviathan est un roman jeunesse (presque trop jeunesse vu la taille des caractères), mais le sujet du déclenchement de la Première Guerre Mondiale y est très finement analysé (plus finement qu’il ne l’est dans mon souvenir au collège, et ce livre me semble idéalement écrit pour des collégiens).

L’autre aspect qui m’a beaucoup plus, c’est les illustrations de Keith Thompson qui sont de toute beauté (surtout la carte en début d’ouvrage) et aident grandement à se représenter l’univers sans pour autant être envahissantes. Elles me rappellent un peu les romans de Jules Verne abondamment illustrés, idéal pour se mettre dans l’ambiance donc.

Par contre, là où le bât blesse un peu, c’est au niveau de l’intrigue. Elle met très longtemps à se mettre en place. Léviathan est vraiment une mise en bouche là pour introduire l’univers avant de passer à la suite (Béhémoth), si bien qu’il commence réellement à se passer quelque chose dans les cinquante dernières pages.

Cela explique sans doute que j’ai eu un peu de mal à me passionner pour l’histoire et les personnages que j’ai trouvé un peu trop simplistes (d’où cette impression d’un roman « trop » jeunesse à mon goût). Ceci dit l’univers est plaisant, la conclusion donne envie d’en savoir plus, alors je continuerais sûrement ma lecture, vu qu’une lecture commune est prévue pour Béhémoth également !

Lecture commune réalisée avec : Acr0, Endea, Shaya, Spocky, Yume

Et comme ce roman joue clairement de l'uchronie avec sa Première Guerre Mondiale alternative, je tiens enfin ma première participation au Winter Time Travel de cette année !

CITRIQ

18 commentaires:

  1. Cette série est dans ma pal car je désire connaître un peu la littérature steampunk. Et j'avais trouvé Uglies sympa (la suite un peu moins).
    Je veux bien te confirmer pour le côté jeunesse car mon frangin l'a lu et apprécié. Je pense que c'est clairement le public visé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Uglies s'essouffle un peu sur les derniers tomes, mais le concept de base était très chouette avec une bonne réflexion (qui manque peut-être un peu à Léviathan)

      Supprimer
  2. Celui-là, ça fait un moment que j'aimerais le lire... Je regrette de ne pas l'avoir lu avec vous, en fait !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas faute de t'avoir invité pourtant ^^

      Supprimer
  3. Tiens, c'est vrai qu'on pourrait faire lire ça aux collégiens, ils trouveraient peut-être ça moins barbant ^^ et en plus version steampunk, c'est carrément sympa !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vi, je pense que c'est une approche assez ludique de l'époque, d'autant plus que y'a plein de parallèles à faire ^^

      Supprimer
  4. Contente que, pour ta première participation, tu aies apprécié ta lecture ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si j'ai du courage, je vais enchaîner sur Stephen Fry (sinon je suis capable d'attendre l'édition 2013 pour le lire, sauf fin du monde xD)

      Supprimer
  5. Réponses
    1. On est partis sur fin février début mars je crois ^^

      Supprimer
  6. Je crois que nous avons à peu près toutes été d'accord sur cette LC. Moi aussi j'ai trouvé l'univers très original et intéressant, mais les choses se goupillent trop bien, défaut de son côté trop jeunesse. Mais ce premier tome me donne envie de lire la suite, c'est l'essentiel finalement :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait, va falloir que je pense à investir à ce sujet ^^

      Supprimer
  7. La même qu'au-dessus, en rajoutant que ça m'a un peu déçue pour le coup, j'étais restée sur la très bonne impression de la série Uglies, et celle-ci est beaucoup plus axée jeunesse en réalité. Ce serait pour quand une LC du tome 2, voir si je peux l'emprunter au boulot ?

    RépondreSupprimer
  8. Aaaah, j'ai les deux tomes chez moi... du coup, j'ai quand même un peu peur du "trop" jeunesse...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah je ne vais pas tarder à lire la suite, je te dirais si ça reste trop gamin ou pas ^^

      Supprimer
  9. J'ai trouvé cela dommage que ce tome se présente comme une introduction ; mais apparemment vous avez pris beaucoup de plaisir à lire le tome 2 ;)
    C'est vrai que les illustrations de Thompson sont vraiment supertbes !
    Bon, alors, verdict : es-tu plutôt Darwiniste ou Clanker ? :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Darwiniste bien sûr (les Clankers seront sûrement responsables à terme de la destruction de la couche d'ozone :P)

      Supprimer