vendredi 17 juillet 2009

Uglies – Scott Westerfeld



Bizarrerie du moment, je suis dans une période SF ces temps-ci, tous les livres empruntés à la bibliothèque portent la petite étiquette jaune associée. Merci Elisabeth Vonarburg et Ursula Le Guin. Entre deux gros pavés je m’offre une petite pause plus calme avec une série jeunesse, Uglies, qui parait-il marchait très bien en librairie l’an dernier. On comprend vite pourquoi quand on se plonge dedans.

1.Uglies
2.Pretties
3.Specials

Uglies, c’est une histoire qui se passe dans notre futur, où, pour abolir les différences, tout le monde subit à 16 ans une opération de chirurgie esthétique destinée à devenir beau (on parle de "pretty"). Du coup, on a plus de moches, tout le monde s’aime, personne ne se fait la guerre, et on laisse la terre respirer, tralalalalère.

Sauf que.
Parce qu’il faut toujours un « sauf que » dans les romans.

L’héroïne s’appelle Tally Youngblood, elle a 16 ans et c’est une Ugly attendant avec impatience de devenir Pretty. Un jour, elle fait la connaissance de Shay, fille de son âge qui cherche elle à échapper à l’opération et à rester Ugly. Tout en apprenant à voler avec elle sur des planches magnétiques à travers les ruines des Rouillés (nous quoi), commence à s’insinuer des doutes sur l’opération qui l’attend…

Et c’est parti pour trois tomes d’exploration d’une Terre bien différente de celle qu’on connaît, avec une société futuriste qui n’est pas si jolie que ça si on gratte le vernis.

Les mauvaises langues (comme Silvère) feront remarquer qu’on sait ce qui attend Tally à la fin de chaque tome à cause du titre de la suivante, mais il faut savoir que comme dans tout voyage, c’est le chemin qui compte, pas la destination. Et le cheminement est en effet intéressant ici.

J’avoue que la série m’a bluffé. Pour un roman de SF pour ado, c’est du très bon.

Toute la partie réflexion est drôlement bien menée. Elle porte sur la question du physique bien sûr, et sur l’influence qu’une société peut avoir sur un individu en fonction de son apparence physique. Dans cet univers, on rend tout le monde beau pour que personne ne se sente exclu, ou ne cherche à se détruire en voulant être conforme à la norme (on y parle d’anorexie entre autres). Mais finalement, laisser la société vous rendre beau, n’est-ce pas aussi une manière de la laisser vous dicter une fois de plus votre apparence ?

Et puis il y a toute l’exploration du revers de la médaille d’une société qui se sert du prétexte de l’opération chirurgicale pour contrôler complètement ses membres, pour en principe éviter qu’ils ne ramènent la Terre au bord de la destruction une nouvelle fois, et accessoirement contrôler leur vie. Préservation de la vie et liberté de l’individu ne vont pas forcément ensemble.

Sur les trois tomes, l’auteur a largement le temps de développer ces axes, qui contiennent une bonne dose d’aventure (ah les longs trajets en pleine nature sur les planches magnétiques), la découverte des différentes « castes » (Pretties, Uglies, Specials, Fumants), un petit travail sur les personnages (Tally qui est un vrai petit catalyseur à elle-seule, mais qui reste à la base fondamentalement humaine quand même, ce qui la confronte à pas mal de dilemnes) et leurs interactions.

Bref ça se lit franchement bien. Je ne sais pas si ça vieillira ultra bien (ça frappe parce que le thème est ultra actuel), mais en tout cas, c’est intense.

4.Extras

Après Uglies, la série continue avec un tome de plus, Extras, un peu à part parce que la narratrice n’est pas Tally (bien qu’elle y apparaisse) mais Aya. Cette jeune fille vit dans une cité fondée sur le mérite et la célébrité. C’est le rang facial (sorte de cote de popularité), qui détermine votre lieu et vos moyens de vie. Pour cela, tout le monde a son site personnel où il peut notamment publier des reportages (sur sa vie ou celle des autres), et il convient d’être brancher en permanence sur le réseau pour suivre sa progression.

Un peu de deçà des trois tomes précédents, Extras reste fort sympathique à lire. Il est assez difficile de ne pas reconnaître là dedans une magnifique évocation de l’univers des blogs sur internet, et plus généralement la course à la première place sur google. Sans parler de la pertinence d’une société où la 2e personne la plus célèbre ne fait que parler de la couleur de ses prochaines chaussures, et où le but est de se rendre intéressant, quitte à blesser les gens au passage.

5.Secrets

Le dernier tome de la série est plutôt une sorte de bonus, puisqu’il s’agit en gros d’une mini-encyclopédie qui n’est pas sans rappeler par exemple le Dossier Artemis Fowl. C’est sympa, ça permet de voir l’auteur s’expliquer sur l’origine de certaines de ses idées, et aller plus en profondeur dans certaines explications pseudo scientifiques. Ca fait donc une jolie conclusion à la série même si la lecture reste hautement facultative (si ce n'est pour l'anecdote qui explique l'origine de la série).

En tout cas, pour une fois qu'on a de la SF bien fichue pour les jeunes, on ne va pas se priver !

4 commentaires:

  1. J'avais déjà eu droit à ton commentaire/résumé aujourd'hui en direct live, mais là tu m'achèves ^^ J'ai bien envie de lire cette série de bouquins \o/ Et en plus les couvertures sont jolies ! :D

    RépondreSupprimer
  2. Et dire que ça fait 1 ans que ça traîne dans les étagère sans que j'ai eu le temps de les lire... promis (ou presque) c'est pour cette année ^^

    RépondreSupprimer
  3. Ah j'ai lu les premiers de cette série! Je me suis arrêtée au troisième, pour cause de pas de sous pour me le payer >< faudra que je trouve quelqu'un à qui les emprunter ^^

    RépondreSupprimer
  4. moi je suis en train de lire le premier et j'adore, ça touche quelque chose dont il faut parler...

    RépondreSupprimer